Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Elisabeth Borne à Pau: du Fébus à l'Intercité mais sans passer par Canfranc

Elisabeth Borne,Ministre chargée des Transports en visite à Pau

C'est à pied, sous un parapluie tenu par François Bayrou, qu'Elisabeth Borne a rejoint la gare de Pau ce vendredi 26 avril en fin de matinée pour inaugurer les nouvelles rames Intercité Bayonne-Toulouse. La Ministre chargée des transports avait auparavant, à la Mairie de Pau, pu découvrir les images inédites du futur bus à hydrogène palois « Fébus », inauguré le 19 septembre prochain. A la gare, outre la visite des rames, le sujet de son accessibilité a également été au cœur des échanges. Une occasion aussi pour la Ministre de réaffirmer « la priorité du Gouvernement pour les lignes d'aménagement du territoire » et « le confort des concitoyens » quitte à faire entrer les agglomérations dans la boucle. Enfin, difficile dans les Pyrénées-Atlantiques, de parler ferroviaire sans évoquer le dossier clivant de la Pau-Canfranc...

A peine entré dans le hall de la gare, que François Bayrou a évoqué le sujet de l'accessibilité des voies aux personnes en situation de handicap. Un aménagement très attendu par les associations, d'autant que le projet de passerelle sous la grande halle, jusque là défendu par SNCF Réseau ne fait pas vraiment l'unanimité. François Bayrou le premier le critique sans demi-mesure. « La solution d'une rampe d'accès au sous-terrain est la meilleure et elle est 3 fois moins chère que celle de la passerelle qui coûtera entre 7 et 8 M €», estime-t-il. Un message bien entendu par le nouveau Directeur régional de SNCF Réseau, Jean-Louis Gary, assurant que c'est de toute façon selon lui « à François Bayrou de choisir ». Pour une bonne raison sans doute, c'est de la Mairie que viendra le chèque... Si sur ce sujet, Elisabeth Borne, a invité le directeur régional à regarder « avec pragmatisme » toutes les solutions possibles, sa visite paloise avait pour objectif premier le baptême des nouvelles rames Intercité Bayonne Toulouse.

Intercité: "Un saut qualitatif indéniable"
Si ces rames à l'aménagement intérieur lumineux et coloré circulent déjà sur les lignes Bordeaux-Nantes et Nantes-Lyon, en lieu et place des anciens Corails de 40 ans d'âge ; entre Bayonne et Toulouse les nouvelles rames, au nombre de 9, seront mises en service progressivement à partir de juin. « Ces rames assurent un meilleur confort aux clients ainsi qu'un meilleur confort acoustique, insiste-t-on du côté de la SNCF. C'est un saut qualitatif indéniable, qui trouve d'ailleurs son écho très rapidement dans le niveau de satisfaction de nos clients ».
Quant à la Ministre, visiblement séduite par le confort des sièges, elle rappelle que « ces rames ce sont 100 M€ d'investissement pour l'Etat. Le matériel n'a pas été renouvelé depuis des décennies sur des lignes importantes et pour lesquelles il est nécessaire d'avoir un meilleur confort pour les voyageurs. Cela va avec un important programme de remise en état de l'infrastructure. 570 M€ sont fléchés sur la priorité qu'est l'entretien des réseaux, et notamment celui des lignes d'aménagement du territoire importantes qu'on a laissé se dégrader pendant trop longtemps.»

Eric SPITZ, préfet des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Paul Brin, adjoint au Maire de Pau, François Bayrou et Elisabeth Borne


De Bayonne à Tarbes, vers un train des vallées ?
Un sujet de la régénération des lignes saisi au vol par François Bayrou appelant qu'à l'avenir, Bayonne, Puyoo, Orthez, Pau, Lourdes et Tarbes puissent être reliées, « d'autant que la ligne existe ». « Relier toutes ces vallées serait un service considérable pour aller sur la côte, sans avoir à passer par Dax. C'est un détours qui rallonge le trajet d'une heure. » Une idée bienvenue pour la Ministre Borne, invitant le maire de Pau à se rapprocher de la Région pour étudier la question. Une idée aussi, qui va dans le sens du projet de la Ministre souhaitant « que les intercommunalités et les agglomérations puissent se saisir de la question du transport ferroviaire et mettent en place une coopération souple, par voie de contrat, avec la Région ». Objectif avoué: la mise en place dans les intercommunalités ou autour des métropoles « de véritables RER, avec des dessertes cadencées pouvant être une alternative à la voiture ».
Pour autant, si, selon Elisabeth Borne, « l'Etat met de l'argent sur la remise en état du réseau et le développement du transport ferroviaire partout où les concitoyens sont coincés dans les embouteillages », il ne semble toujours pas prêt à en mettre sur le projet de la réouverture de la ligne Bedous-Canfranc... Au grand dam de François Bayrou, partisan de sa réouverture. Et de considérer, face à la Ministre que « les deux Etats, français et espagnol, vont finir par mesurer l'intérêt vital de la liaison. Ne serait-ce que pour soulager le tunnel du Somport... ». Et d'ajouer avec un brin d'optimisme : « Je suis persuadé que la décennie ne passera pas sans que cette question soit traitée ». Pas sous cette Ministre là en tous les cas.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 26/04/2019