Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Européennes : de grosses disparités entre bassins de vie en Charente-Maritime

Elections européennes illustration - mairie d'Aytré

La tendance des élections présidentielles et législatives majoritairement favorables à la République en Marche ne se sera pas confirmée en Charente-Maritime. 54% des 493 209 électeurs du département ont voté à plus de 25% pour le Rassemblement national, creusant l’écart avec LREM et ses 22%, suivi d’Europe écologie Les verts (EELV) avec 13%, des Républicains avec 7,68% et de la France Insoumise avec 6,60%. La Charente-Maritime suit ainsi la tendance nationale, avec un clivage entre les zones urbaines et les zones rurales, ces dernières étant plus enclines à un vote RN.

Dans les communes rurales de moins de 5000 habitants, le candidat frontiste creuse l’écart avec LREM, comme à Mirambeau où Bardella l’emporte avec près de 30% des voix loin devant Loizeau qui fait 16%, ou à Pons où le RN passe devant LREM avec 28% des voix. A l’instar des élections présidentielles et législatives, le phénomène se retrouve aussi bien à l’intérieur des terres que sur le littoral, dans des petites communes très marquées par la pêche et l’ostréiculture, comme à Marennes Hiers Brouage où le RN l’emporte haut la main avec 33,32% des suffrages contre LREM avec 15,61%, EELV suivant derrière avec 11,32%.

Si les zones urbaines avaient plutôt voté pour LREM lors des présidentielles, le scénario ne s’est pas systématiquement répété lors de ce vote. Rochefort est le meilleur exemple, avec 23,83% des voix attribuées au RN, contre 20,64% pour LREM et 15,10% pour EELV, alors que la ville avait largement voté LREM lors des présidentielles (24%). Chef lieu d’arrondissement, la ville de Saint-Jean d’Angély a fait de même avec 24,77% des suffrages emportés par le RN contre 21,11% pour LREM. Le clivage cette fois-ci semble plutôt reposer sur les disparités de richesses entre territoires. Les bassins d’emplois les plus importants ont davantage voté pour LREM, comme à La Rochelle où LREM passe en tête avec plus de 27% des voix, plaçant le candidat frontiste en 3e position derrière EELV avec 18,79%. Mais aussi à Saintes et à Jonzac, où Nathalie Loizeau est loin devant Jordan Bardella avec plus de 25 et 29% des voix alors que le candidat frontiste y fait moins de 20%. La tendance se retrouve ainsi sur les communes du littoral les plus riches, comme à Royan (LREM 28,20%, RN 23,61%, LR 12,80%) ou à Chatelaillon-Plage (LREM 29,75%, RN 17,72%, EELV 13,65). L’île de Ré n’échappe donc pas au phénomène, comme en attestent les votes des Portes en Ré (LREM 32,28%, LR 19,69%, RN 16,54%) d’Ars en Ré (LREM 34,88%, RN 12,81%) ou La Flotte (LREM 31,55%, RN 19,87%, EELV 15%). Une exception à la règle : la commune des Mathes-La Palmyre, station balnéaire le long de l’estuaire, où le candidat frontiste fait 36,17% loin devant Loizeau à 21,87%, confirmant une tendance de la commune observée lors des précédentes élections.

Rien d’étonnant alors, à ce que ces tendances se retrouvent dans le vote par circonscription. Sur les cinq que comptent la Charente-Maritime, seule la première, celle du bassin La Rochelle-Ré, se retrouve avec LREM en tête, alors que toutes les autres voient le RN prendre l’avantage.

 

En chiffres

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Publié sur aqui.fr le 27/05/2019