Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Agriculture | A l'aise Bazadaise !

Louise Grafeinne en compagnie d'Eva, lauréate du concours

Après les limousines et les blondes, c’est au tour des Bazadaises d’entrer sur le ring central du concours interrégional. Les plus belles vaches et taureaux de la race se réunissent sur le pré afin de déterminer la plus caractéristique et la plus gracieuse. Ancienne race de travail, connue pour son coté rustique, sa couleur gris éclairée et sa forte qualité bouchère, la Bazadaise revient en force dans l’élevage français. Un concours où nombre de passionnés, de plus en plus jeunes, se rassemblent autour de la race.

La Bazadaise, race bovine originaire de Gironde, se rassemble ce dimanche matin sur le ring central du Salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Un événement réunissant tous les amoureux de la grise de Bazas. Louise Grafeinne, jeune éleveuse en formation qui, avec passion s’occupe de cette race en pleine expansion se dit « très heureuse de participer à un tel concours ». Toute jeune étudiante de 2ème année de BTS production animale à Hasparren, éprise des animaux d’élevage, Louise poursuit ses études, en alternance, à la ferme du lycée agricole de Bazas où elle s’occupe de Namibie, jeune vache Bazadaise d’un an et demi participant au concours interrégional Aquitanima du salon.

Affectionnant tout particulièrement les bovins, la jeune girondine explique qu’« un concours comme celui-ci se prépare en amont ». En effet, « c’est une finalité de plusieurs entrainements, d’attaches, de brossages et d’attentions avec la vache; il faut installer une complicité et une confiance entre le meneur et l’animal ». A travers plusieurs techniques, l’éleveur met ses bêtes dans les meilleures conditions. Anxieuses à leur entrée sur le ring, Louise et Namibie seront élues premier prix des génisses de la race ainsi que championne espoir du concours. A la suite de cette petite victoire, Louise peut croire en son rêve d’un jour, peut-être, s’installer et avoir son propre élevage.

Damien Carrère
Damien Carrère

Crédit Photo : Damien C

Publié sur aqui.fr le 02/06/2019