Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Spécial | La Ferme swingue au Salon

1

Entre les activités ludiques des élèves de Bordeaux Sciences Agro et les animaux, la Ferme de Nouvelle-Aquitaine a vibré pendant le Salon. Avec trois petits nouveaux parmi les stands : la filière forêt bois papier, le pôle énergies renouvelables et la pêche. Autant d'animations pour satisfaire petits et grands. Et ce, même si les conditions météorologiques n'ont pas toujours été au rendez-vous. Balade dans la Ferme.

Les trois petits nouveaux...

Damien à la pêche

Sous le soleil tapant, le stand chasse et pêche est un petit îlot de fraîcheur sur la Ferme du Salon. Une alliance chasseurs/pêcheurs qui est une première sur la manifestation pour la satisfaction partagée de ces amateurs de nature sauvage. Des amoureux et utilisateurs de la nature qui comptent bien sur ces 10 jours de Salon pour faire partager leur passion aux visiteurs. Dans un décor de zone humide, avec plan d'eau, barque et tonne, la cabane de chasse traditionnelle pour le gibier d'eau, le stand permet de s'essayer au float-tube qu'utilisent chasseurs et pêcheurs pour se déplacer sur l'eau, ou encore de repartir avec sa photo grâce à un photobooth. Enfin, un simulateur de pêche permet, canne en main, de retrouver toutes les sensations du pêcheur face à un poisson un poil revêche… Enfin, une « roue de la chasse », permet de gagner des lots dont l'examen du permis de chasse et la validation du permis 2 fois par jour.

Quelques mètres plus loin, un pôle dédié aux énergies renouvelables attend exposants et curieux pour impulser une nouvelle alliance : agriculture et production d'énergies renouvelables. L'ambition est de promouvoir l'économie circulaire, notamment, via la méthanisation. Le processus implique d'utiliser les déchets des exploitations pour produire du bio-méthane qui est ensuite injecté dans le circuit de  distribution et dirigé vers l'alimentation en énergie des habitats et des transports routiers. La production de ce bio-carburant, en plus d'être une source de revenus complémentaires stable, non négligeable et prévisible (le prix du gaz étant fixé pour 15 ans), permet aux exploitants de produire le carburant nécessaire à leurs engins, à l'instar du tracteur New Holland présenté sur l'un des stands du Salon.

Forêt, bois, papier

Dernier arrivé de cette édtion 2019, le stand dédié à la filière forêt bois papier. Le Centre régional de la Propriété Forestière, l’ONF (Office National des Forêts), Campus Forêt Bois, Sylvinov et bien d’autres exposants y sont présents pour valoriser le travail de la filière. Des conseils affinés, des simulateurs de machines d’abattages ou encore de multiples activités afin de découvrir les vertus de notre futaie. Parmi tout ce beau monde, PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) : présent sur de nombreux produits du quotidien, le logo aux deux arbres verts nous promet une garantie de gestion durable des forêts et une certification de nos objets. Un espace éco responsable et bien géré fait du PEFC, un logo a responsabilité.

machine

Les visiteurs peuvent aussi assister à des démonstrations de machines forestières sur un ring dédié. Alex Payet anime l’atelier. À 18 ans, le sylviculteur né à Cadaujac est diplômé d’un brevet professionnel en agroéquipements, habilitant à la conduite et à la maintenance d’engins forestiers. Il est actuellement en alternance dans l’entreprise Forêts et Jardins d’Aquitaine, basée à Marcheprime. « J’ai passé ma jeunesse dans la forêt des Landes de Gascogne. Plus qu’un métier, la sylviculture est une passion, explique Alex Payet. J’aime la nature, les grands espaces et la mécanique. » Il passe même son temps libre en compagnie des arbres, au fil de ses balades en VTT et de ses excursions de chasse. « Je suis un mordu de la palombe », assure le brun aux yeux verts pétillants. Dernier point, et non des moindres, la sylviculture recrute : « Ils cherchent de tout, des gestionnaires, des technico-commerciaux, et des ouvriers. » 

... Et les habitués

Après les nouveaux, les habitués sont également présents. Les granulés de bois de la coopérative Grasasa font partie du décor du Salon d'Agriculture Nouvelle-Aquitaine depuis plus de huit ans. Fabriqués sur la base de sciure de bois issue des scieries de Nouvelle-Aquitaine, ces granulés participent d'un travail de revalorisation. De plus les coopérateurs revendiquent leur choix de ne travailler qu'au niveau local, tant pour la matière première que pour la distribution. Tout se fait à échelon régional. Ainsi le granulé de votre poêle ou de votre chaudière présente un bilan carbone réduit autant que possible. Christophe Collignon, directeur général adjoint de la coopérative, et Vincent Mercier responsable qualité de la coopérative, vous accueillent tout au long de la journée sur leur stand pour vous expliquer plus en détail le processus de fabrication et vous orienter vers le distributeurs correspondant au secteur de votre projet chauffant.

 Glace

Et rien de mieux, pour la canicule, qu'une bonne glace. Depuis plus de 15 ans, Chez Fred propose ses glaces sur le Salon de l’Agriculture. Ces originaires de Labouheyre dans les Landes reviennent chaque année avec un plaisir non dissimulé pour l’amour de la région et la convivialité du Salon. Sur leur stand, vous pouvez déguster leurs glaces maisons aux multiples parfums (Vanille, Chocolat, Fraise, Citron, Framboise, Mangue, Yaourt, Banane, Ananas et Fruits Tropicaux), dans des cornets pur beurre qu’ils fabriquent également eux-mêmes. Alors rendez-vous sur la 27ème Avenue pour vous faire plaisir et ravir vos papilles ! 

La ferme Tartifume propose aussi glaces et fromages venus tout droit de l'exploitation pessacaise. Avec le lait des Holstein et des Brunes des Alpes, Claire Dubourg fabrique des glaces et des sorbets aux fruits des producteurs de la région. Le but ? Montrer ce qui est proposé à la ferme et initier les gens à transformer leurs produits laitiers. Beurre et yaourts se prêtent à l'exercice sur le stand. "On part du lait cru que l'on fait chauffer puis on le passe à la baratte et, après moulage, les gens peuvent le déguster et repartent avec leur motte de beurre." Claire enseigne également le procédé pour faire du yaourt avec la machine des années 50 qu'elle a retrouvée au fond d'un placard. Démystifier la transformation de produits laitiers mais aussi déguster l'aliment fini, c'est ce que propose la ferme Tartifume aux visiteurs. 

Anna Bonnemasou Carrere, Damien Carrere, Alix Fourcade, Sabine Taverdet
Anna Bonnemasou Carrere, Damien Carrere, Alix Fourcade, Sabine Taverdet

Crédit Photo : Pierre Frei

Publié sur aqui.fr le 09/06/2019