Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Budget participatif : 41 projets sélectionnés !

Laetitia Jarty-Roy, Nicolas Florian, Alexandra Siarri

Six mois après le lancement de la démarche, voici déjà l’heure du bilan pour le budget participatif. Le Maire de Bordeaux Nicolas Florian s’est exprimé ce vendredi matin sur cette nouvelle formule de démocratie participative. Accompagné d’Alexandra Siarri, 2ème adjointe chargée de la Ville de demain et de Laetitia Jarty-Roy, conseillère municipale déléguée au budget participatif, Nicolas Florian a présenté les grandes lignes de cette dernière phase de la démarche : la mise en place de 41 projets imaginés par les citoyens bordelais répartis en trois catégories : écologie, solidarité et sport.

« C’est un succès, tant sur le fond que la forme ». Nicolas Florian salue la réussite de cette première édition du budget participatif sur la municipalité bordelaise. Celui qui, alors adjoint aux finances, a défendu la démarche et convaincre son prédécesseur, Alain Juppé, loue la participation des citoyens. En effet, ce sont au total 407 projets qui ont été déposés sur la plateforme dédiée au budget participatif. Parmi eux, 134 ont été validés par les services municipaux avant d’être soumis au vote des bordelais. « Plus de 13 000 de nos concitoyens ont pris le temps de voter, se réjouit Nicolas Florian, nous savons déjà que la majorité [12 168, ndlr] a voté par internet. Il faudra maintenant développer la participation physique des bordelais ». Ce sont finalement 41 projets qui ont obtenu les faveurs des bordelais, permettant d’utiliser la totalité de l’enveloppe de 2,5 millions d’euros dédiée au budget participatif. La Mairie se donne deux ans au maximum pour concrétiser les projets.

Frustrations et réédition de la démarche

Nicolas Florian admet tout de même ressentir quelques regrets : « J’ai des états d’âme quant au choix de seulement 41 projets : je suis persuadé qu’il y en a d’autres à mettre en œuvre, nous allons devoir y travailler ». Il est sur ce point rejoint par Laetita Jarty-Roy : « Que les projets non retenus se rassurent, précise la conseillère municipale, la vie associative bordelaise est très riche. Nous allons mettre ces porteurs de projets en relation avec des acteurs associatifs pour ne pas que leurs idées s’évanouissent ».

D’un point de vue géographique, plus d’un tiers des projets concernent la ville entière, et pour les propositions plus ‘individuelles’, les huit quartiers de Bordeaux sont représentés. Alexandra Siarri souligne également le côté intergénérationnel de cette démarche : « toutes les générations avaient la parole, et toutes se sont exprimées, des plus petits aux plus âgés. C’est ce que nous voulions : que toutes les catégories de population soient représentées ». Le Maire de Bordeaux a d’ores et déjà annoncé la réédition de la démarche, « avec une enveloppe qui pourrait être plus conséquente ».

Zoom sur trois projets

N°458 « Des arbres fruitiers dans toute la ville » (Écologie), soumis par Jean-Rémy Guibert

« Je veux mettre des arbres fruitiers dans les parcs et jardins de Bordeaux afin de créer des lieux de convivialité et d’échange. L’objectif pour moi est aussi de pouvoir ressentir ce plaisir de manger un fruit directement cueilli sur son arbre. Les arbres seraient à disposition de tous. Au-delà des espaces verts, les arbres pourraient être plantés en cœur de ville, mais en évitant les zones passagères pour éviter la pollution liée à la circulation. L’idée de base est de partager, de redécouvrir la nature, peu présente en ville. Pourquoi ne pas aussi se dire que nous ferions venir des mésanges ou autres espèces d’oiseaux que l’on voit peu en milieu urbain ».

N°464 : « Valoriser la pratique du skate en créant des espaces publics ludiques » (Sport), soumis par Soizic Gargaud

« J’ai déposé un projet dans le but de valoriser la pratique du skate-board. Le but est de développer le skate urbain en le pratiquant dans des espaces publics adéquats. C’est en quelque sorte adapter l’espace public existant ou des espaces en déshérence et de les faire vivre avec la pratique du skate. Moi par exemple, je skate avec mon fils, j’aime le fait de le faire librement dans la rue. Les skate-parks c’est une autre dimension, plus compétitive, alors que la pratique dans l’espace public c’est développer la créativité, ça rassemble pas mal des photographes, des curieux, et ça participe à la mise en valeur des monuments ».

N°359 « Embellir et animer l’Allée Serr » (Solidarité), soutenu par Denis Bonhoure

« Je connais ce quartier depuis très longtemps. Lorsque j’étais gamin et que je me baladais, le quartier avait une réputation de coupe-gorge, bref, ce n’était pas des plus accueillants. Aujourd’hui, je suis content d’habiter ici, sur la Rive Droite. Cette Allée Serr, il faut l’animer et l’embellir. Quand on a vu le projet de budget participatif, nous nous sommes dit qu’il fallait y aller de suite. Nous devons faire prendre conscience que l’Allées Serr est là, et vu l’espace dont elle dispose nous avons largement de quoi embellir et animer le secteur, peut-être sur le modèle de ce qui a été fait du côté du Quai Deschamps, avec les voies cyclables et piétonnes, ou encore la végétation ».

Yoan Denéchau
Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Publié sur aqui.fr le 15/06/2019