Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | La Coursive : fin de saison sur fond de crise

Bruno Odin, Franck Becker et Marc Le Bourhis, directeur adjoint de la DRAC, représentant le ministère de la culture

Le malaise durait depuis 2 ans, depuis l’arrivée de Franck Becker à la tête de l’institution, reprenant le flambeau de l’ancien directeur Jackie Marchand. Sans rentrer dans les détails, le Conseil d’administration de La Coursive parle de « désaccords de management » entre le directeur et son adjointe Florence Simonet, tout en précisant qu’il ne s’agit de « rien de grave ». Franck Becker évoque de son côté une « situation de conflit de pouvoir » et de « détérioration de la communication » au fil des mois. Le CA affirme avoir fait venir un cabinet d’audit pour prendre la mesure de la situation.

A la suite de ses conclusions, les huit membres du conseil auraient décidé de procéder au licenciement de Florence Simonet, pour « faute simple ». L’entretien préalable au licenciement aurait été effectué en mai, et Florence Simonet dispensée d’effectuer son préavis au sein du théâtre. Ce délai légal entre l’annonce et le départ du salarié étant toujours en cours, les membres du conseil d’administration ont refusé d’en dire davantage sur les tenants et les aboutissants de cette histoire. « Nous regrettons ce licenciement et qu’il n’ait pas été possible de trouver une autre issue à la crise », a affirmé le vice-président Bruno Odin, avant de préciser que « d’autres choses ont été tentées en amont », tout en refusant d’apporter des précisions. « Des négociations entre avocats » seraient en cours, et « les choses seront suivies d’effet sur le plan budgétaire ».

« Si la situation a été difficile à gérer ces 18 derniers mois, il ne s’agit pas de renier les vingt-sept années de travail que Florence Simonet à passé ici », a précisé un des deux représentants de l’agglomération au CA, Vincent Coppolani. « Ces aventures de 27 ans au sein d’un même établissement peuvent être perturbées par l’arrivée d’un nouveau fonctionnement », analyse de son côté Franck Becker, « Florence Simonet et Jackie Marchand avaient construit des méthodes de travail qu’il a été très difficile, pour Florence Simonet, de dupliquer dans cette nouvelle relation de travail ». Pas un mot sur la lettre ouverte rédigée en décembre dernier par les salariés de La Coursive pour faire part de leur souffrance au travail, lié au nouveau management.  Pour le CA, « le recrutement de Franck Becker a été une réussite » puisque les résultats de la saison sont « positifs », « et il est reconnu pour le travail qu’il a fait par ailleurs ». Un représentant du ministère de la Culture est venu appuyer la décision du conseil pour cette annonce officiel.

Du côté du public et des salariés, l’annonce a été reçue avec une vive émotion, au point qu’un appel à rassemblement a été lancé sur les réseau sociaux, pour lundi, 18h. Des salariés s’étaient déjà rassemblés mercredi, dès l’annonce officielle.

De son côté, Jean-François Fountaine a fait part de ses regrets concernant la décision du CA, précisant que les membres représentant l’agglomération avait voté « en leur âme et conscience » : « Je ne suis pas un élu interventionniste, nous ne faisons pas ingérence dans les décisions des associations ». Il a rendu hommage au « parcours exemplaire » et à « l’engagement » de Florence Simonet auprès du public et des artistes. Il s’est engagé « à ce qu’elle puisse poursuivre sa carrière à La Rochelle », dans le milieu culturel. Il a prévu de la recevoir et de se renseigner auprès des associations de leurs éventuels besoins en la matière. Il a également reçu les salariés de La Coursive, dont il a perçu le malaise à différents degrés. « Certains sont préoccupé par leur avenir, voire inquiets d’être licencié eux aussi, d’autres sont nostalgique de l’époque de Jackie Marchand », relate-t-il. Il a appelé au dialogue pour construire une nouvelle Coursive.

Mise à jour le 1er juillet 2019 :

Dans un communiqué, le groupe local EELV Aunis-La Rochelle appelle lui aussi au dialogue entre le public, les salariés et le conseil d'aministration. EELV regrette le "spectacle de certains abonnés déchaînant leur violence verbale sur un Directeur et des membres du conseil d’administration médusés par des paroles injurieuses qui n'ont laissé aucune place à l’échange", dénonçant une "d’une instrumentalisation politique, sur fond de campagne électorale, de cet épisode de crise". Il regrette le manque d'accompagnement lors de cette transition. Et s'inquiète pour les salariés, dont le mal-être serait grandissant : "Seul le dialogue voire une médiation avec les équipes salariées peut offrir une issue à la crise, les salariés-es doivent retrouver le respect, le plaisir à faire vivre le projet de la Coursive, retrouver du sens à leurs missions, sans se sentir ni inquiétés ni malmenés et encore moins instrumentalisés. Le conseil d’administration devra accompagner ce virage essentiel souhaité par beaucoup de Rochelais-es."

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Publié sur aqui.fr le 25/06/2019