Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Lancement d’un budget participatif citoyen en Lot-et-Garonne

L'hémicycle du Département

Les conseillers départementaux de Lot-et-Garonne se sont réunis en session vendredi 19 juillet afin de voter le premier budget participatif citoyen, doté d’une enveloppe financière d’un million d’euros. Un budget qui répondra aux principes définis dans un règlement co-écrit avec les membres du conseil consultatif citoyen installé le 21 septembre prochain, puis soumis au vote de l’Assemblée départementale…

Après l’initiative d’un conseil consultatif citoyen composé de Lot-et-Garonnais tirés au sort et la mise en place d’un droit d’initiative citoyenne, l’Assemblée départementale vient donc d’acter, en ce vendredi 19 juillet, le lancement d’un budget participatif citoyen, doté d’une enveloppe d’1 million d’euros pour 2020. « Nous construisons aujourd’hui un pacte ambitieux avec pour objectif d’inclure tout le monde et d’éviter ainsi des citoyens de seconde zone », assure Sophie Borderie, présidente du Conseil départemental de Lot-et-Garonne. Ce projet de budget participatif est né d’un travail commun entre la commission Développement Durable-Citoyenneté et la commission Redéfinition des Politiques Départementales qui se sont tenues les 7 et 14 juin derniers. « Ce budget participatif est au service des citoyens, tient à souligner Laurence Lamy, vice-présidente en charge de la citoyenneté. Dans le Gers, un budget participatif citoyen a été lancé et a rencontré un vif succès puisque 1 000 idées ont été déposées. 35 000 personnes ont ainsi participé à ce dispositif. Nous nous inspirons de notre voisin gersois qui vient d’acter un deuxième budget participatif. »

Des avis réservés du côté de l’opposition
Suite à la présentation de ce budget participatif citoyen, le groupe de l’opposition « L’Avenir Ensemble » a émis quelques réserves. Quatre conseillers départementaux ont ainsi pris la parole. Le chef de file Guillaume Lepers a tenu à assurer que « le groupe est attaché à cette démocratie participative. Toutefois, nous souhaitons émettre quelques réserves sur certains points, notamment sur la cohérence de la strat lot-et-garonnaise qui n’est pas très évidente. Repasser par les communes complexifie l’action pour nos concitoyens. Aussi, les régimes d’aides sont largement en baisse aujourd’hui et vous, vous nous proposez un nouveau dispositif. Votre discours manque de sincérité et répond bien aux exigences des prochaines échéances électorales. Je vois déjà des 4 par 3 fleurirent un peu partout dans le département, des annonces sur facebook… bref, beaucoup de com à la veille d’élections. Donc oui nous sommes pour un budget participatif mais des doutes subsistent ». Clémence Brandolin-Robert, quant à elle, s’interroge : « quelle sera notre place d’élu départemental ? Ces projets seront votés par l’ensemble des citoyens et nous n’aurons pas notre mot à dire ? Cela me gêne, car nous avons été élus donc nous avons notre rôle à jouer. Quel rôle également tiendront les communes ? » Laurence Ducos, elle, estime que « les mises en place du conseil consultatif citoyen, du droit d’initiative citoyenne et maintenant du budget participatif citoyen ont été trop rapides. Et puis, cela ne va-t-il pas trop mobiliser les élus et acteurs du territoire ? Et n’allons-nous pas à l’encontre du rôle du Département qui doit travailler en lien avec les communes ? Certes c’est une expérimentation, mais nous aurions pu prendre plus de temps à la réflexion ». Baya Kherkhach, elle, estime que « ce dispositif n’est pas ouvert à tous les Lot-et-Garonnais car [pense que] seul l’envoi numérique comptera ». Aussi, elle pointe du doigt le fait qu’« il y aura une élection de projets par canton ». Etant élue dans le canton le plus peuplé du Lot-et-Garonne, cette dernière craint « une disparité du nombre de projets. »

L'hémicycle du Département


Réponse de la majorité
Laurence Lamy, vice-présidente en charge de la citoyenneté et Jacques Bilirit, vice-président en charge de l’économie ont tenu à répondre aux propos des élus de l’opposition en rappelant que « les propositions de projets pourront être envoyées numériquement ou sous format papier pour ne pas exclure les personnes n’utilisant pas Internet. Aussi, les élections ne se feront pas par canton mais bien sur le plan départemental. Et les élus que nous sommes auront toute leur place dans ce dispositif. Car notre place sera dans nos cantons afin de faire émerger les idées et amener les citoyens à venir voter pour les projets qui seront présentés. Ainsi, nous épouserons totalement notre rôle d’animateur de territoire. » Et Sophie Borderie d’ajouter qu’« en commission permanente le projet du citoyen sera voté par les conseillers départementaux », ce seront donc bien les élus qui auront le dernier mot. Pour Jacques Bilirit, « les citoyens recherchent aujourd’hui des façons de s’exprimer. Ce budget participatif est une des réponses à leurs attentes. Oui bien sur il y a des interrogations car nous sommes dans une phase expérimentale. Mais nous ajusterons au fur et à mesure. » A l’issue de ces débats, l’Assemblée départementale a procédé au vote de ce budget. Résultat : seul « L’Avenir ensemble » s’est abstenu.

Budget participatif mode d’emploi
Les projets retenus seront entièrement pris en charge par le Département, sans cofinancement. Les montants éligibles des projets seront différenciés en fonction de leur nature. Pour les projets jeunes : 25 000 € maximum et pour les autres projets : 50 000 € maximum. Ces projets devront concerner des dépenses d’investissement ne générant pas ou très peu de fonctionnement, être en lien avec les compétences du Département, représentés des projets d’intérêt collectif dont le portage sera exclusivement réalisé par une association, des projets réalisables dans l’année suivant leur approbation. Les projets pourront être déposés en format numérique, sur un site dédié ou en format papier, dans les collèges, en mairie ou à l’Hôtel du Département. Afin de choisir parmi tous les projets proposés, tout citoyen résidant en Lot-et-Garonne, âgé d’au moins 11 ans sera invité à voter pour trois projets. Le premier projet sur chaque canton qui arrivera en tête sera retenu, ainsi que les suivants jusqu’à épuisement de l’enveloppe dédiée. Du côté du calendrier en octobre des réunions publiques de présentation de la démarche et du règlement seront organisées, d’octobre à décembre se tiendront le dépôt d’idées par les citoyens, une pré-analyse et une aide à la construction des projets. En janvier, analyse définitive des projets, en février, vote des Lot-et-Garonnais et en mars résultat des votes et inscription budgétaire correspondante au budget primitif du Conseil départemental.

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Publié sur aqui.fr le 19/07/2019