Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Métropole | Villenave d'Ornon se refait une beauté

Freque traits d'union Villenave

Comment intégrer l'art dans la ville ? Comment associer plus harmonieusement ces grands ensembles d'immeubles ? A Villenave d'Ornon, la question s'est posée. Pour y répondre, la Ville, en collaboration avec la FAB (Fabrique de Bordeaux Métropole), a eu l'idée d'embellir le central téléphonique Orange en le recouvrant d'une fresque monumentale. Longue de plusieurs mètres, cette œuvre murale sera réalisée au cours de l'été par l'artiste Stéphane Carricondo, pour une inauguration prévue le 19 septembre.

Pour la commune, l'idée de repeindre ce bâtiment a vu le jour petit à petit. L'édifice était « très critiqué par les habitants » justifie Laurence Clénet, chargée de mission à la mairie de Villenave d'Ornon. Un groupe de travail composé entre autres d'habitants et de commerçants a réfléchi pendant un an sur le sujet. L'idée a germé d'embellir le bâtiment, une perspective qui a été soutenue par Bordeaux Métropole dans le cadre du programme « Arts dans la Ville ».

« Réintégrer le lieu dans l'espace »

Au terme d'une sélection qui opposait trois projets, c'est l'artiste originaire de Montreuil, Stéphane Carricondo, qui a été choisi pour offrir à la place Aristide Briand un nouvel horizon. Sa fresque, intitulée Traits d'union, recouvrira deux façades du bâtiment. Habitant à Bègles depuis quelques années, l'artiste a naturellement postulé pour ce projet, sous l'impulsion de Pierre Lecaroz, directeur de l'association d'art urbain Pôle Magnetic. « Je trouvais le bâtiment intéressant, étonnant, symbole de l'architecture des années 70 » explique Stéphane Carricondo. Il lui est apparu comme « une sorte de temple moderne ». Un axe particulier, où les gens se croisent sans se voir, chacun étant enfermé dans sa voiture. L'idée ? « Réintégrer le lieu dans l'espace » comme le décrit l'artiste béglais.


Un défi technique
Stéphane Carricondo

Le défi s'annonce compliqué. En effet, le mur possède de nombreuses fenêtres, des créneaux et est constitué de crépis. Un challenge qui ne rebute pas Stéphane Carricondo : « c'est intéressant car cela pousse à se dépasser » confie-t-il. Le chantier devrait être terminé d'ici fin juillet. Pour l'inauguration, il faudra attendre le 19 septembre pour un week-end de festivités autour du bâtiment dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine. Ce bloc de béton autrefois austère reprendra bientôt des couleurs.

Sarah Dumeau
Sarah Dumeau

Crédit Photo : Sarah Dumeau

Publié sur aqui.fr le 24/07/2019