Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Un barbecue des policiers au goût plutôt amer

Le barbecue des policiers

Près de 200 policiers se sont retrouvés hier à Anglet pour un barbecue "convivial", même si certains ne trouvaient pas ce terme au goût de leurs jours et de leurs nuits. Ils l'avaient mis sur pied depuis quelques semaines et ont donc décidé de se retrouver la veille de l'arrivée des délégations participantes au G7 dans un ensemble sportif de plein air, à Anglet, entre Bayonne et Biarritz et au pied d'une piste d'aéroport étroitement surveillée.

À première vue, le stationnement de véhicules de police le long du stade Girouette hier soir à Anglet n'avait pas de quoi surprendre. Colonnes de ces véhicules, comme ceux de la gendarmerie abondent depuis le début de la semaine dans le secteur n'a rien de surprenant. Une compagnie de CRS est installée dans un lycée voisin d'une part. En outre, cet ensemble sportif lieu d'entraînement des footballeurs et rugbymen mais aussi scolaires, se situe en bordure de la piste de l'aéroport dont tous les accès sont barrés de véhicules de gendarmerie.

Quelque 200 policiers avaient répondu à une invitation bien estivale de l'inter syndicale Unité SGP FO et Alliance pour les gardiens de la paix et Synergie qui concerne les officiers de police.
Si le ministre de Christophe Castaner avait organisé une mega opération de relations publiques pour présenter les 13 200 hommes et 490 sapeurs-pompiers pour rassurer la population, profitant du gros coup de projecteur de ce G7, succédant aux sapeurs pompiers qui avaient manifesté devant la mairie de Biarritz, eux ont choisi un barbecue., plaisante presque ce policier.
Trêve de plaisanterie, Philippe Dosba, secrétaire régional adjoint d'Alliance police nationale sur la Nouvelle Aquitaine, Éric Marrocq, et Daniel Domengé, secrétaire départemental d'Alliance Police nationale, effacent le ton de la plaisanterie pour exprimer leur lassitude et leurs inquiétudes.

"Cela fait quelques semaines que nous envisagions d'organiser cette rencontre. Devant l'immobilisme de notre gouvernement qui ne prend pas en compte certains phénomènes et exaspérations comme la vague de suicides chez nous (1), explique Philippe Dosba. La DGPN (direction générale de la police)    -NDLR.- Éric Morvan, passé par la préfecture des Pyrénées-  nous avait recommandé d'organiser des moments de rencontres, de convivialité, avec nos femmes et nos enfants, mais ce sont des choses qui ne sont que rarement mises en place et c'est pour cela que ce barbecue est le contre-pied de la proposition qui a été faite, mais cette direction n'assume pas vraiment les difficultés des policiers sur le terrain et ne se rend pas compte du mal-être qu'il peut avoir. On est sur employés. Personnellement, comme pour beaucoup de collègues, cette charge date depuis 2015 avec les attentats terroristes. Depuis, avec les manifestations hebdomadaires des Gilets jaunes, la charge a augmenté, mais ce n'est pas le cas des effectifs."

" Nous sommes suremployés avec un matériel non efficient "

On nous sollicite de plus en plus en heures supplémentaires et avec moins de matériel efficace et efficient parce qu'il n'est pas renouvelé, donc à un moment on essaie, comme ce soir de défendre nos intérêts et nos valeurs. On a choisi justement cette veille du sommet du G7 pour que l'opinion soit sensible à nos difficultés et une certaine lassitude"
Ils étaient en moyenne deux cents donc à se retrouver. "Il y en a qui nous rejoignent car ils ont fini leur service et d'autres qui nous quittent car ils vont le prendre." dit encore Philippe Dosba.
Alors que flotte l'odeur des grillades, une colonne de véhicules de CRS passe devant Girouette. Elle va emprunter l'autoroute au péage voisin pour relever des collègues qui ont essuyé les premiers heurts avec des manifestants qui, occupant le camp de base du contre sommet d'Urrugne ont tenté d'occuper la bretelle menant à l'autoroute... Résultat 17 interpellations et 4 policiers légèrement blessés.
(1).- Une policière a mis fin à ses jours avec son arme de service jeudi à Drancy. Quarante-septième policier à se donner la mort jeudi dernier dans la banlieue parisienne.

 

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Publié sur aqui.fr le 24/08/2019