Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Culture | A Pau, l'Eté indé signe sa troisième saison

Exposition Le dernier cri dans le cadre de l'Eté indé 2019 à Pau

C'est une troisième édition de l'Eté indé, qui vient s'installer, dès ce 30 août, en « arrière-saison culturelle » dans la capitale béarnaise. Pour l'occasion, l’événement s’offre un partenariat avec le festival des Eurockéennes de Belfort tout en continuant à tisser des liens avec les acteurs culturels palois, tel que Un été au ciné et à l'opéra, La Nuit de l’électro du festival Accè)s, A tant rêver du Roi ou encore le Festival Court Circuit... Deux mois - la fête dure jusqu'au 25 octobre - pour prolonger l'été entre soirées « à la fraîche », concerts, projections en plein air, mais aussi expositions, spectacle vivant et tables rondes.

Côté expositions, l'Etét indé programme trois expositions, pour le moins variées. La première, fête du 7 septembre au 18 octobre, les 31 ans des Eurockéennes en photo à la médiathèque André Labarrère. La deuxième, Bye Bye Berlin du photographe Patrice Martins de Barros, commandée spécialement par la ville de Pau, est une immersion dans le Berlin underground, le Berlin des friches artistiques, des squats et des bars cachés; à voir aux Halles (du 07 au 30/09) et à l’Usine des Tramways (du 07/09 au 25/10) et enfin, Dernier cri, rassemble les oeuvres du collectif d'auteurs graphiques internationaux Galaxie XXIII du 30 août au 28 septembre à la Chapelle de la Persévérance.

La part belle à la musique
Mais comme depuis trois ans, Eté indé fera bien sûr la part belle à la musique avec quatre soirs de concerts sous les étoiles : It it Anita et Lysistrata le 30 août place de la Déportation, Villejuif underground et Rendez-vous le 6 septembre place Récaborde, Jesuslesfilles et Johnny Mafia le 13 septembre place Reine Marguerite en partenariat avec les Eurockéennes et enfin Furie, Mnemotechnic, la Jungle le 20 septembre place Reine Marguerite avec le label A Tant Rêver du Roi. En plein air aussi, ne manquez pas la projection de Visages, Villages d’Agnès Varda le 7 septembre parc de la Villa Ridgway grâce au cinéma le Méliès dans le cadre du festival Un été au ciné et à l’opéra.

Fort de leur succès, les soirées « A la fraîche » avec l’association Rendez-vous reviennent pour six dates à la Forge Moderne, les 6, 7, 13, 14, 20 et 21 septembre. Et comme on ne change pas une formule qui gagne, foodtrucks, rafraichissements et DJ aux platines seront de la partie. Dans vos oreilles les mix de Galaxie XXIII, Exotica 7, H de Navarre, Coup d’un soir Kemical Kem, Heeey !, Hellvis… Autre soirée résolument tendance, vendredi 27 septembre pour la Nocturne des Halles ambiancée là encore par DJ Hellvis.

Les Ogres de Barback en concert le 17 octobre au Zenith de Pau

Artistes de tous les horizons
Mais Eté indé rassemble aussi des concerts en salle avec une soirée à Ampli le 28 septembre autour des groupes Génial au Japon, L’Envoûtante, Qrabe ; une programmation croisée avec le festival A Tant rêver du Roi du 3 au 5 octobre ou encore le concert des Ogres de Barback également labellisé Pop Up, le 17 octobre au Zénith.

Les nouvelles collaborations se multiplient avec La Nuit de l’électro du festival Accè)s( le 11 octobre à Ampli et le festival Courts circuits, qui présente des artistes de tous les horizons (beatbox, jonglage, hip-hop, clown, théâtre…) du 11 au 13 octobre sous chapiteau à la MJC Berlioz.

Enfin l’équipe des Eurockéennes de Belfort donnera rendez-vous au public le 14 septembre à la médiathèque André Labarrère pour une rencontre intitulée : « Être un festival indépendant en 2019 a-t-il encore un sens ? ».

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Atelier Le dernier cri et Les Ogres de Barback

Publié sur aqui.fr le 29/08/2019