Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Libourne : dernière ligne droite pour le mandat de Philippe Buisson

Philippe Buisson

A six mois des élections municipales, Philippe Buisson n’est pas en campagne, du moins pour l’instant. Le Maire de Libourne souhaite se concentrer pleinement sur le dernier semestre de son mandat, qu’il qualifie de « remontada » en faveur du dynamisme et de l’attractivité de la Ville et sa Communauté d’Agglomération. En effet, plusieurs échéances importantes approchent pour la municipalité en termes d’habitat, de transition écologique et d’emploi. Avant de se concentrer sur son avenir, Philippe Buisson se concentre sur ce « dernier sursaut » politique pour les mois qui nous séparent des municipales.

« Je rendrai ma décision sur les municipales en octobre, j’ai un choix à faire, aussi bien personnel que collectif ». Si Philippe Buisson ne cache pas la passion qu’il a pour sa Ville et son territoire, il n’est pas sûr de vouloir briguer un nouveau mandat. Le Maire de Libourne affiche toutefois sa détermination à terminer ce mandat municipal et communautaire comme il se doit. « Pour certains, ce mandat est perçu comme une remontada en termes de dynamisme et d’attractivité, et il faut consolider cela ».

 

Priorité à l’habitat et la transition écologique

Pour Philippe Buisson, la qualité de l’habitat est à améliorer, notamment dans le cadre de la lutte contre les vendeurs de sommeil. Ainsi, la majorité s’est réunie en séminaire ce mardi 03 septembre au soir, sur le thème de l’habitat. L’objectif est d’y faire un bilan de l’anniversaire de la mise en place du permis de louer [le 1er septembre 2018], pour lequel 500 dossiers ont été déposés. Pour rester dans le même sujet, la concession de la Bastide à un opérateur engagé pour 10 ans devrait se faire d’ici la fin de l’année civile. « Il y a deux enjeux à cela, reprend le Maire de Libourne : la réhabilitation des logements représente un million d’euros à l’année. De plus, le centre de Libourne compte 400 logements vacants, il faut les occuper. L’objectif de cette fin de mandat est la reconquête de l’habitat en centre-ville ».

En ce qui concerne le centre-ville libournais, l’habitat n’est pas la seule préoccupation de la municipalité. En effet, Philippe Buisson souhaite accélérer les politiques publiques en faveur du développement durable. Ainsi, au cours du prochain conseil municipal, les élus réfléchiront à une motion ‘Nous voulons des coquelicots’, en référence à l’appel à la résistance contre les pesticides de synthèse. « Je n’ai pas souhaité prendre un arrêté anti pesticides, comme à Parempuyre ou à Langouet (Bretagne). Il ne faut pas engager la Ville dans une procédure judiciaire ». Après avoir déjà interdit l’utilisation d’herbicide sur la voirie, le Maire de Libourne souhaite donc engager le dialogue avec les agriculteurs utilisateurs de pesticides, parce que selon lui « l’utilisation de ce genre de produits doit être compatible avec la vie à proximité ».

Toujours sur le volet écologie, Philippe Buisson souhaite que l’équipe municipale actuelle réfléchisse dès maintenant à un plan de verdissement et de reboisement de la commune, à travers notamment la mise en place d’îlots de fraîcheur dans l’hypercentre. « Nous ne partons pas de rien, précise le Maire de Libourne. Par exemple, Bordeaux compte 350 hectares d’espaces vert. Du côté de Libourne, nous en sommes à 1000 hectares, mais des efforts sont à faire dans l’hypercentre.

 

Emploi : un automne chargé

De l’hypercentre, il en est également question dans la troisième grande priorité de cette fin de mandature libournaise : l’emploi. En effet, les travaux pour l’arrivée d’une grande enseigne spécialisée dans la culture et l’électronique à Libourne débuteront en octobre, pour un an. Ce chantier devrait impacter la vie de la rue Gambetta, artère commerçante du centre-ville. « Nous faisons tout pour minorer le plus possible l’impact de ces travaux sur les commerçants », rassure Philippe Buisson. Enfin, sur le dossier « Flying Whales », cette nouvelle branche économique pourrait en effet voir le jour sur le territoire de la Communauté d’Agglomération du Libournais (Cali), « mais tous n’est pas acquis », temporise l’élu libournais. En effet, un bureau d’études évalue les caractéristiques techniques et environnementales des derniers sites candidats. Philippe Buisson doit se rendre à une réunion technique avec le Conseil Régional au cours du mois de septembre.

Yoan Denéchau
Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Publié sur aqui.fr le 03/09/2019