Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Une boucle solidaire pour lutter contre le sida

Jérémy Chalon la boucle du ruban rouge

Aujourd’hui, en France, entre 170 000 et 175 000 personnes sont porteuses du VIH. Auxquelles s’ajoutent 25 000 séropositifs ignorant qu'ils sont infectés. Tous les ans, plus de 6 000 Français contractent cette maladie. Afin d’enrayer cette pandémie, Jérémy Chalon chargé de projets développement vidéo et innovation numérique au sein du CRIPS Ile-de-France, le Centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes, s’est lancé un défi. Relier 38 villes de France en 38 jours pour dialoguer autour de la maladie, sensibiliser et mobiliser la population. Dernière étape de son tour de France, Lyon le 10 octobre prochain où se déroulera la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose…

« C’est une aventure humaine avant tout ! » Jérémy Chalon, 38 ans, s’est lancé un défi un peu fou pour un homme qui se dit « pas vraiment sportif ». Relier 38 villes de France en vélo ou a pied en 38 jours afin de mobiliser, sensibiliser et dialoguer autour du sida. Le parcours formera symboliquement sur la carte de France un ruban rouge. Il est parti donc le 3 septembre dernier de Bordeaux pour arriver le 10 octobre prochain à Lyon où se tiendra la 6ème Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Cette conférence est en quelque sorte la plateforme officielle sur laquelle les donateurs pourront annoncer leurs promesses de dons pour la sixième reconstitution des ressources qui couvre la période 2020/2022. « Par ce challenge, nous souhaitons véritablement faire émerger une mobilisation citoyenne et ainsi faire pression sur les décideurs politiques afin qu’ils augmentent leur dotation. »

La fin du sida programmée pour 2030…
Et c’est là tout l’enjeu de ce challenge. « Grâce à ce fonds 27 millions de vies ont été sauvées en 15 ans, depuis sa création, souligne Jean Spiri, président du CRIPS IDF. Mais il ne faut pas oublier que 15 millions d’autres attendent toujours du soutien. D’où l’importance capitale de ce fonds. » S’il y a quelques années de cela la France était le deuxième contributeur derrière les Etats-Unis, aujourd’hui, elle a été reléguée à la troisième place derrière le Royaume-Uni. A noter également que l’Allemagne, le Japon, le Royaume-Uni et le Canada ont d’ores et déjà annoncé qu’ils augmenteraient drastiquement leur aide financière.
« La fin du sida est programmée pour 2030 et c’est tout à fait possible si on met les moyens ! » martèle Jean Spiri. Selon le professeur François Dabis, directeur de l’ANRS, l’Agence nationale de recherche contre le sida, « nous possédons tous les éléments pour réduire ce fléau ». Pour n’en citer qu’un il y a notamment la Prep qui consiste à prendre un médicament antisida pour empêcher une contamination. « Et elle fonctionne bien », assure le professeur. Surtout dans les pays occidentaux où elle rencontre un vif succès. « En France, selon une étude réalisée, nous sommes proches de zéro contamination sous Prep. »

Conférence de lancement de la boucle du ruban rouge


Sixième Conférence, un moment décisif
Recevant pour la première fois cette Conférence et étant à l’origine, « la France se doit d’être au rendez-vous », pour Jean Spiri. Le 21 juin dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, a demandé aux structures de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose de « lui rendre la vie impossible pour qu’[il] augmente significativement la contribution française au Fonds mondial » tient à souligner Aurélien Beaucamp, président de AIDES. « Et c’est ce que nous allons faire ! », assure ce dernier. Cette boucle du ruban rouge en est une des réponses.
« Si les dotations n’augmentent pas, nous serons les témoins d’une croissance des contaminations. En revanche, si les dotations augmentent nous nous dirigerons vers la fin du sida. Et l’Etat peut ne pas être le seul contributeur français. Des personnes fortunées peuvent également donner de l’argent ! », précise Jean Spiri. Enfin, lors de la 22ème conférence internationale sur le sida, qui s’est tenue à Amsterdam du 23 au 27 juillet 2018, il a été notifié que les fonds mobilisés par les donateurs pour la lutte contre le VIH étaient en baisse depuis 2012, et que la sixième reconstitution des ressources du Fonds mondial constituera un moment décisif pour l’avenir du financement de la lutte contre le sida à court terme.
Pour suivre l’épopée de Jérémy Chalon à travers la France : www.laboucledurubanrouge.org

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : CRIPS IDF / SR

Publié sur aqui.fr le 05/09/2019