Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Environnement | Le Blayais : EDF mise sur la mobilité électrique

centrale blayais

Longtemps considérées comme secondaires, les énergies dites propres opèrent aujourd'hui un retour en force. En cause ? La profonde remise en question des énergies carbone en raison de leur impact sur l'environnement. Une transition à laquelle n’échappe pas le domaine des transports, reconnu comme un des principaux contributeurs de d'émission de gaz à effet de serre. Un secteur dans lequel EDF s'investit particulièrement. A l'occasion de la semaine européenne de la mobilité durable (du 16 au 22 septembre), elle a souhaité célébrer la plus grande flotte de véhicules électriques de France à la centrale du Blayais.

8em édition du Nouvelle-Aquitaine Electric Tour, ITS4Climate ou encore Challenge de la mobilité. EDF a, à l'occasion de cette semaine européenne de la mobilité durable, choisi de participer à différentes manifestations afin de rendre la mobilité électrique accessible à tous. L'occasion également pour l'entreprise de présenter, à la centrale du Blayais, la plus grande flotte de véhicules électriques de France. Un choix qui ne doit rien au hasard. « Avec ses quatre réacteurs produisant sans émission de CO2, les deux tiers de la consommation d'électricité de la Région, ses 17 000 panneaux photovoltaïques et ses 4 hectares d'ombrières, le Blayais, modèle de mix énergétique d'EDF, participe au développement de l'énergie renouvelable en France », annonce fièrement Séverin Buresi, Directeur de la centrale. Également équipé d'une centaine de véhicules électriques (VE) et d'autant de bornes de recharge, le Blayais est « le symbole de la complémentarité des énergies durables et celui d'une transition énergétique que l'on veut tous efficace ». La centrale ayant fait le choix, dès novembre 2017 de se doter d'un parc de véhicules électriques et de bornes de recharge Simple Plug. Des véhicules avec lesquels le personnel d'astreinte réalise chaque année 650 000 kms et « qui permettent d'économiser 72 tonnes de CO2 ». « Transformer notre parc automobile n'est plus une option, c'est un devoir. Celui d'une société responsable et consciente des enjeux environnementaux sur son territoire et sa planète », poursuit-il. Une flotte de véhicules électriques que la direction entend continuer à développer, envisageant le remplacement de l'intégralité des véhicules de service par des VE au plus tard en 2022 : « Le site du Blayais aura alors 200 véhicules électriques et probablement 215 bornes de recharge. C'est à cette condition qu'il demeurera le plus grand parc automobile industriel bas carbone de France ».

centrale blayais

EDF, une entreprise engagée pour la mobilité électrique

Lancé par EDF en octobre dernier, le plan mobilité électrique s'inscrit aussi dans cette démarche. Son objectif ? Rendre la mobilité électrique accessible partout et pour tous. EDF s'engageant notamment à électrifier 100% de sa flotte et à déployer, via sa filiale Izivia, des infrastructures de recharge sur l'ensemble du groupe d'ici 2030. Le but final étant de pouvoir recharger les véhicules dans tous les sites du groupe (Réseau interne) ou à l'extérieur. La possibilité d'ouvrir des bornes au public étant aussi envisagée. 8000 point de charge étant d'ores et déjà installés en France ; 75000 bornes étant prévues à l'horizon 2022.

Un plan qui vise aussi à faire d'EDF, à cette date, le leader en la matière dans quatre grands pays : la France, le Royaume-Uni, l'Italie et la Belgique. Jean-Bernard Lévy, Président du groupe ayant également signé avec Alain Rousset en juin dernier, une convention qui fait d'EDF le premier grand énergéticien destiné à accompagner la transition écologique en Nouvelle-Aquitaine.

« La région Nouvelle-Aquitaine est une des plus attractives et des plus engagée en matière de mobilité bas carbone. Je suis heureux de célébrer aujourd'hui EV100, marque de l'engagement du groupe EDF pour le climat », énonce pour sa part, Yannnick Duport, Directeur de la Mobilité Électrique de l'entreprise. Mise en place par l'ONG « The Climate Group », l'initiative mondiale EV100 rassemble des entreprises qui se sont engagées à accélérer le passage aux véhicules électriques pour que le transport électrique devienne la norme d'ici 2030. « Avec l'électricité au cœur de la mobilité, cette journée s'inscrivant dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité durable est aussi l'occasion de rappeler les convictions du groupe en ce domaine. Le secteur des transports génère aujourd'hui 20% des gaz à effet de serre. 48 000 décès prématurés par an sont dus en France à la qualité de l'air que nous respirons et le sommet mondial de la biodiversité à Paris a annoncé la disparition d'un million d'espèces animales et végétales dans les prochaines décennies. Il y a urgence à agir pour décarboner notre économie », poursuit-il, rappelant également que « le Blayais est à la pointe de l'innovation et le groupe EDF, premier électricien bas carbone avec un mix énergétique 97% sans CO2, un acteur engagé ». La réduction du CO2 étant « un des principaux combats de l'entreprise ».

Autre ambition du groupe: devenir leader du Smart Charging, nouvelle technologie (V2G, « vehicle to grid », en français « de la voiture au réseau ») destinée à alimenter le réseau si nécessaire. Une filiale (Dreev) ayant été créée à cette fin en février dernier et les premières bornes V2G étant déjà implantée sur le site de la société bordelaise Hotravail. Soucieux d'être exemplaire sur le sujet et dans la lignée de son engagement pris en 2017 d'électrifier sa flotte de véhicules légers d'ici 2030, EDF qui a déjà converti 6,1% de l'ensemble de sa flotte en VE en 2018 entend arriver à une fourchette située entre 7% et 9% pour l'année qui vient. « Un challenge audacieux car le parc automobile de l'entreprise est composé de plus de 35 000 véhicules situés dans plus de 30 pays différents », rappelle le dirigeant qui évoque aussi le souhait d'aposer sur l'ensemble de ces véhicules un marquage commun fédérateur. « Cette signature (« Mobilisés pour le climat ») repose sur une idée de mouvement, d'engagement collectif pour l'environnement. Une signature simple et explicite qui donnera, je l'espère à d'autres, l'envie de nous rejoindre ». Une version anglophone (« Driving Electric for Climate ») étant également prévue pour les pays anglo-saxons.

Plus près de nous, l'ambition du groupe EDF en Nouvelle-Aquitaine reste d'« accompagner de manière pro-active la mise en place du plan Mobilité Électrique. Le souhait étant de devenir la première vitrine de ce plan en région avec deux axes : faire connaître et promouvoir la mobilité électrique et devenir un laboratoire d'expérimentation. Des acteurs industriels étant déjà très engagés sur le sujet dans la région ».

A noter que Nissan et le groupe EDF viennent par ailleurs de s'associer pour accélérer l'adoption du véhicule électrique et son intégration sur les réseaux en Europe.

Cet accord de coopération portant principalement sur le développement de solutions de recharge intelligente ( V2G ) s'applique à la France, au Royaume-Uni, à la Belgique et à l'Italie. « L'accord de coopération s’inscrit pleinement dans le Plan mobilité électrique du groupe EDF, lancé en octobre dernier. Nous sommes convaincus que le développement de la mobilité électrique sera soutenu par des partenariats. Je suis très heureux de compter parmi eux l'accord de coopération que Nissan et le groupe EDF viennent de signer en vue de développer des solutions de recharge intelligente. Ainsi, le groupe EDF construit un écosystème d’acteurs innovants en nouant des partenariats stratégiques pour le déploiement à grande échelle des meilleures technologies au service de nos clients. », conclut Yannick Duport.

Emmanuelle Diaz
Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Publié sur aqui.fr le 21/09/2019