Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Des Girondins en mode séduction envers Bordeaux et les Bordelais

1

Les Girondins de Bordeaux ont présenté ce 18 septembre leur stratégie RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Un phénomène qui vient tout droit du modèle anglo-saxon. En France, l’Olympique lyonnais a été l'un des premiers clubs de football à proposer cela. Ils sont de plus en plus nombreux à mettre en place cette stratégie. Les dirigeants girondins s'en sont également emparés. L'occasion de s'investir au niveau d'acteurs économiques, sociaux et environnementaux mais aussi d'élargir leur influence sur le plan local, voire régional.

Dans un des salons du fameux et célèbre château du Haillan, symbole des Girondins de Bordeaux, Joe DaGrosa, président du Conseil d’Administration, de retour en terres girondines après un mois passé aux Etats-Unis, accueille ses invités. L’occasion pour lui de revenir sur la volonté du club dans une stratégie RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). « Nous allons vous parler de l’ambition globale du club, vous présenter notre ambition locale et démontrer l’engagement des Girondins auprès de la communauté locale », explique le président du CA.  

Quatre piliers pour une stratégie RSE

Pour cela, les Girondins comptent développer leur notoriété et s’appuyer sur leur réseau de partenaires. « Bordeaux est le seul club de la région en Ligue 1, rappelle Frédéric Longuépée, président délégué et directeur général. Il faut qu’il occupe une place à part dans le coeur des gens. Il doit apporter émotion et fierté pour devenir un club central dans la vie régionale » Le président délégué a conscience qu’il faut s’engager dans certaines thématiques et associer tous les partenaires du club. Cette plateforme RSE s’organise autour de quatre piliers : Bordeaux dynamique, Bordeaux intégrateur, Bordeaux militant, Bordeaux engagé. 

Bordeaux dynamique. Les Girondins de Bordeaux représentent le plus gros club d’affaires de la région avec 1 200 entreprises qui emploient un total de 15 000 collaborateurs. « Il faut réussir à les mettre en contact, à les faire collaborer ensemble », poursuit Frédéric Longuépée. Le club de foot veut être en quelque sorte fédérateur autour d’événements majeurs et d’échanges économiques. Et cela peut passer également par le bien-être au travail en pratiquant du sport avec son entreprise. Le club proposera à ses partenaires à partir du mois d’octobre des pass pour aller au stade et découvrir par la suite une activité sportive. Cela s’appellera Bordeaux - Sport & Santé. « Nous allons tout d’abord proposer une soixantaine d’activités à différents horaires. A terme nous devrions proposer 150 activités recensées sur notre plateforme », explique Florian Hervé, co-fondateur de la Boîte à sports avec Alexandre Criscolo, une start-up qui est née il y a deux ans et demi, accompagnée par l'incubateur Sportech Nouvelle-Aquitaine et qui compte révolutionner le sport en entreprise. Accéder au carnet de partenaires des Girondins est une aubaine pour ces deux jeunes qui se lancent et suscitent un nouveau marché. 

Le château du Haillan, symbole du club de football des Girondins de Bordeaux, sera le théâtre d'une démonstration handisport dans le courant de la saison

Bordeaux intégrateur. Le but ici est d’accompagner les personnes en voie d’insertion professionnelle, en situation de fragilité sociale et de jouer ce rôle d’intégration. « Le club doit être un facilitateur dans le développement d’associations en essayant de leur permettre de  trouver leur chemin de vie », indique Frédéric Longuépée. Les Girondins collaborent avec l’Ecole du management bordelaise dans le sport, AMOS. Ils développent également des relations avec l’enseignement secondaire et l’inspection académique, le sport UNSS où plusieurs projets vont naître autour des thèmes du mieux-vivre ensemble.  

Bordeaux militant. En agissant auprès d’associations, le club veut proposer un investissement par l’intermédiaire du sport. « Nous avons mis en place une convention avec les Restos du coeur pour organiser la collecte de denrées qui ne sont pas consommées dans le stade les soirs de matchs. Ils les distribueront ensuite le lendemain aux familles dans le besoin », précise Frédéric Longuépée. En partenariat avec l’association bordelaise «  ovale citoyen » qui oeuvre pour les populations exclues et en difficultés, en situation de précarité, le club de Bordeaux veut mettre en place, sur le même modèle que pour le rugby, un dispositif foot citoyen. Le 17 août dernier, le Secours populaire a offert une centaine de places à des migrants qui bénéficient de l’accueil de jour proposé par l’Athénée libertaire pour aller assister au match des Girondins. Il y a aussi le soutien du foot amateur avec qui le club compte entretenir des relations privilégiées. Cela se traduit par des joueurs ou des joueuses des équipes des girondins qui viendront participer à l’entraînement d’écoles de foot locales.

Bordeaux engagé. « Vous savez Bordeaux est engagé dans les changements liés aux phénomènes climatiques. Le match contre le Paris-Saint-Germain ce 28 septembre sera l’occasion de promouvoir les modes de transports alternatifs », explique Frédéric Longuépée qui d’ailleurs durant la semaine européenne de la mobilité a joué le jeu en covoiturant avec des salariés du club et en amenant le soir de Bordeaux-Brest, le samedi 21 septembre, des supporters au nouveau stade de Bordeaux. Pour le PSG, vélos, covoiturage, bus seront mis en avant. L’achat d’un billet de bus et d’une place sera proposé à des prix attractifs. Durant le match, un coup de projecteur sera donné pour dire comment on peut changer les habitudes pour se rendre au stade. Le climat est l’une des choses que défendent les Girondins de Bordeaux avec l’association Initiative Océane où des abonnés, des sportifs et des membres du réseau de partenaires participeront au nettoyage d’une plage. Les jeunes qui suivent un stage à Cap Girondins - ils sont en moyenne 150 chaque semaine en période de vacances scolaires - sont sensibilisés au développement durable, à l’écocitoyenneté et aux premiers secours. Du côté de la santé, le club s’engage aussi. Il entretient des liens privilégiés avec le CHU de Bordeaux et compte renforcer des actions, comme les visites de joueurs à l’hôpital des enfants. Avec l’institut Bergonié, les Girondins soutiennent le dépistage du cancer du sein. Durant le mois d’octobre, et l’opération octobre rose, les Girondins participeront à une course à pied solidaire. Pour l’affiche Bordeaux-Saint-Étienne, le 20 octobre, les joueurs arboreront un noeud rose sur leur maillot. Des maillots qui seront mis aux enchères par la suite pour collecter des fonds en soutien à ce combat. Côté sportif, une journée découverte en handisport va être programmée au château du Haillan. Les Girondins veulent promouvoir également les femmes dans le sport. 

"Renforcer le lien avec la population"

C’est dans l’optique d’une opération séduction envers son public, ses fans et de développer leur image que les Girondins proposent leur RSE. « Nous devons améliorer pour le futur nos relations avec les locaux et les Bordelais. Nous devons renforcer ce lien entre la population et cet éco-système », conclut Joe DaGrosa. S’inscrire dans la vie bordelaise et des environs, alors que l’on reproche depuis fort longtemps l’inverse aux Girondins... aujourd’hui le club semble vouloir changer de tactique pour séduire autour de Bordeaux, de sa couronne et même au-delà. Car ils l’ont rappelé, Bordeaux est le seul club de Ligue 1 de la région. L’autre club professionnel de la Nouvelle-Aquitaine, les Chamois Niortais, évolue un échelon en-dessous.

Julien Privat
Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 24/09/2019