Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Municipales à Libourne : Philippe Buisson candidat à sa succession

Philippe Buisson

Après avoir mûrement réfléchi, Philippe Buisson a tranché : il se représentera aux élections municipales de mars prochain. Celui qui lors de sa conférence de presse de rentrée en septembre évoquait un choix « personnel, professionnel mais surtout collectif » veut aller au bout du projet urbain « Libourne 2025 ». Si la décision semble logique, elle n’a toutefois pas été évidente à prendre pour le Maire de Libourne, à l’image de la violence dont sont victimes les maires français, vite contrebalancée par la passion pour la ville et son territoire, que Philippe Buisson occupe depuis 22 ans maintenant.

« J’aime Libourne, la Corse et les cactus ». Philippe Buisson nous a fait entrer dans l’intimité de son salon pour annoncer sa candidature aux municipales, à propos de laquelle il avait fait part de son hésitation en septembre. Installé sur son canapé, au dessus duquel trône la photo d’un village corse – où le Maire de Libourne dit avoir pris sa décision – le désormais candidat à sa succession s’est livré sur le désir de poursuivre son travail au service des Libournais. « J’ai la passion de Libourne, j’aime ce que je fais, et je veux aller au terme du projet urbain "Libourne 2025" ».

Si la référence à la Corse a déjà été expliquée, celle au cactus peut sembler plus étrange. Deux choix d’interprétation s’offrent à nous, à partir de deux phrase tenues par l’actuel Maire de Libourne : peut-être aime-t-il son cactus, parce qu’il lui parle tous les matins « tout le monde a ses petits travers », sourit l’élu socialiste, ou encore à cause de la difficulté du travail de maire, parfois usant. « On prend des coups. Je comprends le ras-le-bol de beaucoup de maires sur cette violence verbale ou physique qu’ils subissent et qui prend parfois le dessus sur l’enthousiasme. Cela m’est également arrivé », admet Philippe Buisson.

Défendre un projet plutôt qu’un parti

Malgré les difficultés occasionnelles, le Maire de Libourne persiste. « La majorité municipale m’a encouragé », précise Philippe Buisson. Ce dernier n’est d’ailleurs pas encore officiellement investi par le Parti Socialiste, qui annoncera ses têtes de liste « dans les 15 prochains jours ». Pour ce qui est de la majorité municipale, la liste à trois couleurs – Socialiste, Communiste et Europe Écologie – sera maintenue mais renouvelée en partie. Du côté de La République En Marche, c’est Jean-Philippe Le Gal qui a été désigné chef de file à Libourne. « La encore, je ne me fais pas de souci sur le soutien du parti présidentiel, ajoute Philippe Buisson. Jean-Philippe est un de mes adjoints, un ami et un complice depuis le début de cette aventure municipale ». Jean-Philippe Le Gal sera d’ailleurs le directeur de campagne de Philippe Buisson.

D’après les mots du Maire de Libourne, « cette campagne sera pleine d’audace, tant sur les propositions que la liste ». En effet, au-delà des trois partis composant l’actuelle majorité, Philippe Buisson ouvre la porte à « d’autres personnalités, du centre droit par exemple », dans une démarche de convergence municipale pour contrer le Rassemblement National. L’élu socialiste reprend d’ailleurs une phrase tenue par le Premier Ministre Édouard Philippe : « les municipales ne sont pas l’affaire des partis, mais des projets et des personnes qui les défendent ». La liste définitive de Philippe Buisson sera dévoilée début 2020.

« Un mandat imparfait, mais réussi »

La promesse d’électrochoc, faite en 2014 par le Philippe Buisson fraîchement élu, semble avoir été tenue pour celui qui l'avait faite. « Certains libournais avec qui je discute le reconnaissent », assure l’élu. « Libourne a relevé la tête, gagné en attractivité et apparaît plus ambitieuse. Mon mandat n’est pas parfait, mais il est réussi ». Afin de continuer à mobiliser les citoyens libournais, un collectif de campagne sera lancé ce samedi 05 octobre dans la Salle du Verdet. D’après Philippe Buisson, ce collectif, ouvert à tous, travaillera sur quatre sujets : l’acte II du projet urbain Libourne 2025, le développement de la démocratie participative, l’écologie et la vie du quartier. « Le projet urbain étant concentré sur le cœur de ville, je veux que les citoyens abordent la thématique de la vie du quartier pour m’assurer qu’ils sont tous irrigués par Libourne 2025 », éclaire Philippe Buisson. De manière générale, après une éventuelle réélection, Philippe Buisson entend surtout conclure le travail entamé.

Yoan Denéchau
Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Publié sur aqui.fr le 01/10/2019