Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Edito | Le renouveau du Train Régional comme marqueur de la décentralisation

Ils étaient tout sourire nos élus de Nouvelle Aquitaine sur la parvis de la gare de Libourne avec à leur tête le président du Conseil régional Alain Rousset, les présidents des départements Jean-Luc Gleyze et Germinal Peiro, les parlementaires et ces élus locaux de nos communes qui ont mis la main à la poche pour financer la rénovation de la ligne de chemin de fer Libourne-Bergerac-Sarlat abandonnée par la SNCF. Et pourtant indispensable trait d'union d'un grand territoire, lien entre ce Sarladais et ce Bergeracois d'où des générations d'étudiants ont rejoint l'Université bordelaise par le train.. Il y avait aussi le nouveau jeune secrétaire d'Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebarri, venu de sa Haute-Vienne où, portant les couleurs d'En Marche, il ne peut pas méconnaître la rude réalité de certaines liaisons ferrées qui ont, elles aussi, grand besoin de rénovation. Il se trouve que ce renouveau de Libourne-Bergerac-Sarlat n'aurait pas été possible si la Région à hauteur de 42% et en avançant de surcroît la part de l'Etat, ainsi que les collectivités n'avaient pas, hors de leur domaine de compétences, financé des travaux d'infrastructure.

 

Confirmation, s'il en était encore besoin, que la décentralisation peut être synonyme d'efficacité et, en l'occurrence, de réponse aux nécessités d'un aménagement du territoire soucieux du niveau de services en milieu rural, singulièrement dans la plus grande région de France qu'est la Nouvelle-Aquitaine. Difficile d'imaginer où le réseau ferré en serait aujourd'hui, alors que le choix de la grande vitesse a été privilégié si, voilà bientôt 20 ans, l'Etat n'avait pas transféré aux régions la compétence dans le cadre de la loi SRU, Solidarité et Renouvellement Urbain, de « l'organisation et du financement des services ferroviaires régionaux... » Simple rappel au moment où la Cour des Comptes, tout en reconnaissant l'impact décisif des Régions pour le sauvetage du réseau et la mise en service des TER, marquée par l'acquisition d'un matériel roulant digne de considération, se prononce pour la suppression des petites lignes....

 

SNCF réseaux a d'ailleurs fini par bien comprendre où était son intérêt en signant, avec la Région, une nouvelle convention qui porte jusqu'en 2024 où elle s'engage à une qualité de service accrue, y compris en terme de fiabilité, s'agissant des horaires. Un défi qui dans un vrai match de fond de court entre l'élu régional et la SNCF, avec le retour de l'association des usagers et les remontées des « comités de ligne », lieux d'expression citoyenne, a permis des progrès importants. C'est ainsi que les résultats des neuf premiers mois de la convention mettent en évidence une augmentation de la ponctualité ( de 90,5% à 93,7%) et une forte diminution du nombre de trains supprimés. Ces progrès constants sont les bienvenus d'autant qu'ils font écho à l'engagement que la Nouvelle-Aquitaine vient de prendre avec sa feuille de route, Néo Terra, et le grand et passionnant défi de la transition écologique.

 

 

 

 
 
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo :

Publié sur aqui.fr le 27/10/2019