Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Tourisme : premier bilan de la saison en Nouvelle-Aquitaine

De 4 à 7% de touristes en plus pour l'année 2019. Cet été, les plages de la façade atlantique, comme ici à Lacanau, ont attiré les foules

Le comité régional du tourisme de la Nouvelle-Aquitaine a dressé un premier bilan de la saison 2019. Les chiffres sont au vert puisque la région va accueillir de 4 à 7% de touristes en plus par rapport à 2018. Ce qui fait un total de 32 millions de touristes. Un chiffre qui fait forcément plaisir aux professionnels du tourisme qui indiquent être satisfaits à plus de 85%. Etat des lieux de ce domaine en pleine mutation et adaptation, le deuxième secteur économique de notre région. Une région qui reste la plus visitée de France.

Sandrine Derville, vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine en charge du tourisme, a le sourire. Il y a de quoi. « Tous les indicateurs assurent que 2019 sera une année record. Cela confirme que le tourisme est le deuxième secteur économique de notre région. » Il pèse tout de même 9 % du PIB régional, avec 18 milliards d’euros de consommation touristique et 140 000 emplois générés. Cette année, la région a accueilli 32 millions de touristes dont 4 millions d’étrangers, soit une augmentation de 4 à 7% par rapport à l’année précédente. « La clientèle est mieux répartie dans le temps et dans l’espace  sur l’ensemble de l’année », explique-t-elle. 

Un bilan qui ravit les professionnels du tourisme selon Sandrine Derville. « Ils sont satisfaits de cette progression ». Pourtant, ils se sont nourris de craintes avec le mouvement des gilets jaunes qui a paralysé l’activité de certains week-ends ou encore le calendrier du mois de mai qui n’était pas forcément favorable sans les traditionnels ponts du 1er et du 8 mai (ils tombaient un mercredi). Cependant, le mois de février avec des températures douces avait dynamisé les destinations urbaines et littorales. Le mois de juin a été très bon. Une bonne dynamique s’est poursuivie en juillet. Quant à la haute saison, elle a été plutôt bonne. Au niveau de l’indice de satisfaction, les professionnels le sont à hauteur de 85%. Un chiffre qui grimpe à 91% dans les grande villes, 86% pour le littoral et 72% pour l’intérieur. D’ailleurs 78% d’entre eux ont dépassé ou égalé leur niveau d’activité de la saison dernière.

Un effet Brexit finalement compensé

Côté clientèle, Michel Durrieu, directeur général du Comité Régional du Tourisme (CRT) de Nouvelle-Aquitaine note « un changement ». « Il y a eu un impact avec la dévaluation de la livre et un effet Brexit avec 8% de Britanniques en moins en 2019 ». Mais cette baisse a été compensée par l’arrivée de nouveaux touristes. Il y a plus de Français, d’Espagnols, de Belges, d’Allemands qui sont venus et même des Russes, puisqu’une nouvelle liaison aérienne entre Bordeaux et Moscou a été établie. Les meilleurs visiteurs de la Nouvelle-Aquitaine sont également les Néo-Aquitains. Curieux de découvrir de nouveaux paysages depuis que la région s’est agrandie. « Les premiers touristes sont avant tout les Néo-Aquitains. Et sous toutes ses formes : tourisme sportif, culturel, gastronomique. Les activités touristiques sont présentes sous de multiples facettes », confirme Régine Marchand, présidente du CRT.

Investir pour une montée en gamme

La région accompagne les établissements dans leur modernisation. Cela se traduit par une montée en gamme que ce soit dans l’hôtellerie ou le camping. « Nous voyons les premiers résultats de ces investissements », confie la vice-présidente de la région, Sandrine Derville. Dans l’hôtellerie, il y a eu 800 chambres en plus proposées dans la catégorie 4 et 5 étoiles, avec un taux d’occupation de 80% pour le mois d’août. Cette montée en gamme correspond à la demande actuelle de touristes qui sont plus exigeants. Côté camping, les 3 à 5 étoiles représentent plus de la moitié des établissements. Ils ont connu une progression de 4% de leurs nuitées. 

En terme de nuitées, là encore, les chiffres sont en augmentation. Dans l’hôtellerie, on dénombre 3,3% de touristes en plus en juillet et août 2019 ce qui correspond à un total de 7 millions de touristes et 11 millions de nuitées. Cette progression est visible dans l’hôtellerie sur l’ensemble des départements (sauf celui du Lot-et-Garonne qui connaît une légère baisse par rapport au précédent exercice). Pour le camping, 4,7% de touristes en plus entre avril et août, soit 4,1 millions de personnes pour 24,6 millions de nuitées. Au niveau de la location des hébergements privés, il y a eu entre 15 et 20% de réservations en plus avec un nombre de nuitées estimé à 45 millions sur l’ensemble des douze derniers mois. En Nouvelle-Aquitaine, il y aurait 200 000 hébergements privés proposés à la location. La clientèle est à 72% française pour 28% d’étrangers. « Il y a une croissance des étrangers depuis 3 ou 4 ans », remarque Michel Durrieu de directeur général du Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine.

Fréquentation en hausse au parc du Futuroscope cette été avec 560 000 entrées pour les mois de juillet et d'août

Autre accompagnement pour les professionnels du tourisme : la transition numérique. Il concerne notamment les plateformes de vente en ligne. La région les accompagne pour utiliser une plateforme afin de mieux gérer leur e-réputation. Elle permet d’avoir un oeil sur les performances et d’adopter des stratégies de vente en ligne alternatives. « Il faut qu’ils apprennent à mieux se vendre, au bon moment, au bon prix pour le bon client. Les professionnels doivent adapter leurs tarifs », confie Sandrine Derville. 

Futuroscope, La Rochelle et Cité du vin

Mais on peut se demander quels lieux de la Nouvelle-Aquitaine ont attiré les foules. Le Futuroscope dans la Vienne a accueilli 560 000 visiteurs sur les mois de juillet et août, avec le mardi 13 août, une journée record avec 18 481 visiteurs. Il faut remonter à 2000 pour voir autant de touristes sur une seule journée. Les tours de La Rochelle ont 5% de fréquentation en plus depuis janvier. Le train de la Rhune (Pyrénées-Atlantiques) compte 6% de voyageurs en plus. La Cité du vin à Bordeaux a vu aussi son nombre de visiteurs croître de 5% entre avril et août. « Nous voyons qu’il n’y a pas de dépendance à un seul et unique site », commente Sandrine Derville. Ce que démontrent aussi les chiffres, c’est un certain engouement pour le tourisme urbain. Que ce soit Limoges ou Poitiers qui ont vu leur fréquentation augmenter de 3%, Pau de 4%, Angoulême de 2% ou encore Bordeaux de 12%. « Ce tourisme urbain est assez récent, nous ne le voyions pas il y a quelques années », explique Régine Marchand. 

Tèrra Aventura : le geocaching de Nouvelle-Aquitaine

Ce premier bilan du tourisme est aussi l’occasion de faire un focus sur Tèrra Aventura. Un jeu de géocaching en Nouvelle-Aquitaine. « C’est un outil régional de développement touristique et économique », présente Régine Marchand. Au départ, il concernait 6 départements et désormais les 12 de la région. Ce géocaching propose 400 parcours sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. Un jeu gratuit disponible en 5 langues (français, espagnol, anglais, allemand, néerlandais). Il a dépassé, en septembre, la barre des 1,7 million de joueurs. Le nombre de joueurs a été plus que doublé par rapport à la même période en 2018. « Ce jeu permet de découvrir la nature en famille. A force, on y devient presque accro », poursuit la présidente du CRT de Nouvelle-Aquitaine. Un guide du routard sur Tèrra Aventura va voir le jour le 2 décembre prochain. Il y aura une rubrique « coups de coeurs », une autre « à voir, à faire », un carnet d’aventure. Ce guide va condenser plus de 100 villes de départ avec un descriptif des itinéraires. « Il va nous permettre d’aller chercher une clientèle. Leur donner envie de voir, de découvrir », explique Michel Durrieu qui espère d’ailleurs atteindre les 2 millions de joueurs d’ici la fin 2019. Une forme de tourisme durable qui permet de découvrir des espaces de nature. L’une des données à retenir c’est que 91% des joueurs envisagent de revenir dans les départements découverts. 

Le tourisme urbain connaît un certain engouement comme Bordeaux qui attire grand nombre de touristes

Le tourisme est donc un secteur en pleine progression et en pleine mutation. « En 2020, nous voulons continuer à accompagner les professionnels dans leur mutation et l’adaptation au marché. Nous voulons travailler sur la transition énergétique et l’environnement », explique la vice-présidente de la région en charge du tourisme, Sandrine Derville. D’ailleurs, la région va expérimenter deux territoires test avec l’ADEME  pour mettre en place des destinations de tourisme durable et écoresponsable. Une preuve que le tourisme se met au vert.

Julien Privat
Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 06/11/2019