Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Hôtellerie-Restauration : une appli pour trouver du personnel

Franck Chaumès vice-psdt UMIH33 et Delphine Demade directrice de salons chez CEB

Aujourd’hui, en France, le secteur de l’Hôtellerie Restauration propose 150 000 offres d’emploi dont 1/3 en Nouvelle-Aquitaine. Pour enrayer ces statistiques, l’UMIH 33 innove ! Elle vient de créer une appli Be to Be dédiée à l’emploi. Gratuite pour les 12 000 adhérents de l’UMIHNA ainsi que pour les demandeurs d’emploi, elle sera payante pour les entreprises qui déposeront des offres. Intuitive et ergonomique elle permettra la géolocalisation ce qui facilitera la recherche d’emploi…

Depuis plusieurs décennies déjà, les métiers de l’Hôtellerie Restauration recherchent désespérément du personnel. Les raisons à cette situation sont multiples. « C’est un métier pénible », précise d’entrée de jeu Franck Chaumès, vice-président de l’UMIH 33 en charge de Bordeaux-Métropole. Un métier en coupure car le travail n’est pas en continue. « Certes, aujourd’hui, de grandes enseignes peuvent proposer à leurs salariés huit heures d’affilée. Mais les petites entités de restauration traditionnelle n’ont pas cette possibilité-là ». Pour Franck Chaumès, les attentes de la jeune génération ne sont pas les mêmes que celles de ses aïeuls. « Aujourd’hui, les jeunes exigent une certaine qualité de vie, désirent des week-ends, des congés, travailler 35h. Des critères difficiles à respecter en hôtellerie restauration ».

Des salaires peu attractifs
Autre raison pour laquelle la main d’œuvre se fait rare, le salaire. « Nous demandons à nos salariés de travailler plus de 35h et en coupure pour un salaire de misère. Même si notre secteur d’activités propose le SMIC le plus élevé, ce n’est vraiment pas suffisant ! ». Mais, aujourd’hui, les moyens financiers manquent cruellement. « Alors, oui, l’Etat a fait un geste envers nous avec la baisse de la TVA », reconnaît le vice-président de l’UMIH33. Grâce à cette mesure, 60 000 personnes ont été embauchées. « La majorité des restaurateurs ont joué le jeu et ont répercuté cette baisse sur les salaires, assure Franck Chaumès. D’autres, c’est vrai, en ont profité pour augmenter les prix. Mais ils sont infimes ! Malheureusement ce sont eux dont la presse s’est faite l’écho », se désole ce dernier. D’autres encore ont mis leur établissement aux normes. Aujourd’hui, et ce depuis quelque temps déjà, l’UMIH33 demande à reporter une partie des charges sur le salaire des employés afin d’augmenter les paies. « Un facteur qui pourrait séduire ! »

U Me Jobs, une appli innovante
En attendant un nouveau geste de l’Etat, l’UMIH33 a décidé de prendre le problème à bras le corps et de s’atteler à trouver des solutions pour palier à la pénurie ou au profil inadéquat des candidats. D’où la naissance de U Me Jobs, l’application innovante qui va permettre aux demandeurs d’emploi et aux professionnels de l’hôtellerie-restauration de Nouvelle-Aquitaine de se mettre en contact direct sans intermédiaire. Elle sera lancée officiellement le dimanche 24 novembre, à 17 h 00, sur le stand de l’UMIH33, lors du Salon Expo-Hôtel qui se tiendra au Parc des Expositions de Bordeaux. Cette appli proposera ainsi aux 12 000 adhérents de l’UMIHNA ainsi qu’à tous les autres professionnels de ce secteur d’activités de recruter par compétence et par géolocalisation. Pour les demandeurs d’emploi, étudiants, salariés, bénéficiaires des minima sociaux, plus de 3 000 postes seront à pourvoir dans la Région. Aussi, la pertinence des offres proposées sera obtenue grâce à un algorithme prenant en compte les affinités communes (localisation, nature de contrat, compétence, salaire…). Du côté des employeurs, l’UMIH33 table sur 50 000 potentiels candidats pour répondre à la pénurie de personnel. Cette appli n’existe nulle part ailleurs en France. « C’est une première et nous pensons vraiment qu’elle peut répondre à notre manque de personnel », conclut Franck Chaumès.

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Publié sur aqui.fr le 09/11/2019