Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Essai transformé pour le 67e congrès des hôteliers

1

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État au tourisme qui, mardi, a présidé l'ouverture de ce copieux congrès est arrivé avec des valises emplies de bonnes intensions. Miraculeusement dégagé le ciel s'est couvert à l'annonce par le Comité des Jeux Olympiques 2020 d'un partenariat entre le Comité et l'ennemi RB&B. Évacué en partie par Bernard Laporte qui est venu signer un partenariat avec l'UMIH. Quant à Roland Héguy, il a pris une étoile supplémentaire quand le ministre a annoncé la création officielle d'un Comité de filière du tourisme qu'il présidera: il a choisi le Biarrot comme vice-président.

Roland Héguy, le président biarrot de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie a offert le plus beau des cadeaux aux  six cent cinquante élus, chefs d’entreprise et responsables syndicaux qui participaient pendant trois jours au 67e congrès de la profession. Après  trois semaines de pluies incessantes qui se sont abattues sur la Perle de la Côte basque  un ciel digne du "Bèth Cèu de Pau" a présidé  ces  trois journées. Seul (gros) nuage, l'annonce, – nous nous en étions fait écho dans l'interview de Roland Heguy — mais cela doit être le fait du hasard, du partenariat entre RB&B et le Comité des Jeux Olympiques 2024. Le Béarnais Tony Estanguet a du entendre ses oreilles siffler.

Avant que ne s'exprime le président Heguy, puis le ministre, les acteurs locaux, le président du Conseil départemental 64 Jean-Jacques Lasserre - qui ne s'y attendait pas, mais est rompu à ce genre d'exercice- tout comme le sénateur Max Brisson, qui représente aussi au sein du département la marque Pays basque s'était exprimé sur les efforts et les vertus du Béarn et de la marque Pays basque, respectueuse de son identité que porte, avec conviction et éloquence, Max Brisson. En revanche, la vice-présidente du tourisme en Nouvelle Aquitaine, n'a pas été conviée à s'exprimer quand cette immense région dont le tourisme représente 140 000 emplois et 30 millions de visiteurs du nord au sud. "C'est un petio" -une erreur comme on dit en pelote basque- dira un proche de l'organisation. Nul ne pensant mal évidemment en imaginant que le transfert des compétences touristiques Département vers agglo, suite à la loi Notre n'avait inspiré une forme de lobbiyng.

L'oreille attentive du ministre aux hôteliers et restaurateurs


Le ministre était assurément au courant  du thème des hôteliers sur les territoires, dont le président Macron semble plutôt déficitaire en termes d'image alors que s'ouvrait le Congrès des maires, comme du bon sens des revendications portées par Roland Heguy et qu'il avait exposé la veille lors d'une conférence de presse – dont aqui.fr s'est fait largement l'écho-la veille. Et des bonnes intentions Jean-Baptiste Lemoyne en a sorti plein la valise: règles des 120 jours à réduire, déclaration intégrale des plateformes utilisées aux mairies pour les loueurs RN&B, transmission. À ce sujet, le président de l'UMIH a rapporté la bonne initiative de l'Agglomération Pays basque qui a établi une réglementation de trois zones de ce genre de location entre littoral et Pays basque intérieur.
Comme il a répondu favorablement  à la remise en cause, suite au Grenelle de l'Environnement qui interdisait les panneaux publicitaires en bordure de route, de ce que l'on appelait les pré-enseignes. "Ce sont les seuls moyens pour ces petits établissements ruraux, ces petites auberges ou hôtels de se faire connaître, voire le seul moyen quand ils sont en zone blanche pour internet", avait plaidé Roland Heguy. "En France, pour détricoter une loi, il faut dix ans", avait répondu le ministre. 
Apparemment les deux hommes se reçoivent cinq sur cinq. Tant et si bien que Jean-Baptiste Lemoyne, s'il a officialisé la création d'un Comité de filière du tourisme, comme interlocuteur  des pouvoirs  publics pour tous les métiers du tourisme hôteliers, tours opérators, agence de voyage, hôtellerie de plein, domaines skiables, transports (!), événementiel, avait aussi un cadeau supplémentaire dans sa valise "Si j'en serai le président, et bien c'est Roland Heguy qui en sera le vice-président. Applaudissement chaleureux de l'assistance. Évidemment.

 

 

Bernard Laporte à l'UMIH Biarritz

 

 

Bernard Laporte avec un gros partenariat Coupe du Monde pour conclure

Le président de la Fédération de rugby Bernard Laporte aura tenu promesse en se rendant au congrès des hôteliers, chez l'ancien joueur du Biarritz Olympique et dirigeant du BO. De la veine et du même tempérament que Serge Blanco, la légende éternelle  de l'Ovale au Pays basque.
Il a ainsi confirmé et signé un partenariat entre la Fédération française de rugby et l'UMIH qui s'associeront pour cet événement planétaire. Puis Claude Atcher qui sera le directeur général de cette Coupe du monde a établi un bilan économique élogieux de la Coupe au Japon qui laisse augurer de sa version française en 2023. L'essai du congrès des hôteliers biarrots aura été remarquablement transformé.

 

 

 

 

 

 

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Publié sur aqui.fr le 22/11/2019