Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Vincent Feltesse pour une métropole sociale "référente"

Vincent Feltesse

C'est l'une des inconnues de la campagne des municipales bordelaises qui suscite bon nombre d'interrogations sinon de conjectures...La candidature de Vincent Feltesse, l'ancien président de La Communauté urbaine, qui se présente dans ses documents de campagne en tant que « fondateur du collectif citoyen Bordeaux Métropole des Quartiers » ne s'appuie à priori, en effet, sur aucune structure politique au sens des partis. En rupture de PS l'homme qui n'avait pas craint d'affirmer, après de très rudes élections en 2014, qu'il serait maire de Bordeaux en 2020 déroule, et avec une envie manifeste, entouré de fidèles et d'amis de longue date comme Etienne Parin, l'homme qui a porté le Grand Projet de Ville de la rive droite, ses propositions pour Bordeaux et la Métropole.

Lors de la dernière conférence de presse consacrée au « Social » il a rappelé le « positionnement clair » du collectif qui « se retrouve totalement dans les 66 propositions du Pacte écologique et social lancé par Laurent Berger, Véronique Fayet, Nicolas Hulot et des dizaines d'associations et de syndicats. » Sur le terrain bordelais cette ambition pourrait s'exprimer à travers une phrase qui suscite, à tout le moins, une certaine curiosité : « la question sociale exige aussi un devoir d'invention et de radicalité ». Traduisons : à Bordeaux il ne faudra pas faire dans la demi-mesure Mais encore...

Dans le document en référence on ne compte pas moins de 27 mesures. Les inégalités entre quartiers et type de populations y sont pointées, à commencer par ce constat au sujet de la carte scolaire qui fera nécessairement réagir : « aucun lycée public à Caudéran pour une population de 45.000 personnes mais énormément de lycées privés. Il existe une sorte de ségrégation douce. A Bordeaux près d'un collège sur deux est privé. A eux tous ils acueillent autant de CSP défavorisés que le seul collège Edouard Vaillant. » La mesure 3 qui fait référence à « l'exemple rennais » ne craint pas de revendiquer un même prix pour le loyer HLM, quelle que soit la résidence et le quartier tandis que la 4 propose « un moratoire sur les grandes opérations d'aménagement qui aboutit à une sur densification du logement social»

Dans cet ensemble qui veut être attentif aux divers âges de la vie, on ne s'étonne pas de trouver le besoin de crèches, d'un plan contre la précarité étudiante et de toute une série où le handicap et le grand âge figurent en bonne place . Objectif : devenir la métropole européenne référente en matière d'inclusion » défendre l'idée de « l'emploi pour tous » allant jusqu'à « créer un label d'entreprise d'excellence sociale » bénéficiant de l'appui d'une agence spécialement dédiée.

Des marqueurs empruntant, nettement, à une ligne que l'on pourrait situer côté social-démocrate dont on ne sait, face à la nouvelle donne proposée par l'écologiste Pierre Hurmic et ses alliés de gauche, l'espace électoral qu'elle pourra trouver en mars prochain.

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo : SR

Publié sur aqui.fr le 15/12/2019