Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | « Faire de Bordeaux la 1ère ville de la transition écologique » Thomas Cazenave, candidat aux élections municipales

1

C’est au compte-goutte, mois après mois, que les candidats aux élections municipales de mars prochain distillent les grandes lignes de leur programme. Et Thomas Cazenave (LREM), en lice pour briguer le mandat de maire de Bordeaux, ne déroge pas à la règle. En ce 7 janvier, ce dernier a dévoilé dix propositions touchant à la mobilité, au logement, à la transition écologique, à l’organisation des quartiers, à l’égalité homme-femme ou encore à l’accessibilité à la culture pour tous, non sans égratigner au passage ses adversaires les plus directs, selon les sondages, Nicolas Florian et Pierre Hurmic…

« Le retrait de Vincent Feltesse à la course pour la municipalité simplifie l’offre politique ! » Thomas Cazenave, candidat aux municipales de mars prochain à Bordeaux, n’a eu de cesse de répéter, en ce 7 janvier, que son programme n’a rien à voir avec celui de ses opposants Pierre Hurmic « à gauche et même très à gauche » et Nicolas Florian « LR et bien à droite ». « Nous, nous possédons une véritable ambition progressiste de par nos projets d’actions », assure-t-il L’heure est donc à la présentation de dix propositions concrètes pour faire de Bordeaux « une ville pour les Bordelaises et les Bordelais ».

Un foncier solidaire
Tout d’abord, en matière de logement. Ce dernier en est certain « il y a de la place pour une nouvelle politique en s’appuyant sur la puissance publique ». Son projet est l’investissement massif de la municipalité dans 7 000 logements sur six ans ouverts à la location et à la propriété à prix réduits. « Clairement, nous nous différencions des autres candidats. Nicolas Florian préconise la poursuite de l’existant et Pierre Hurmic, un viager municipal. » Ce dernier estime également que la politique du maire actuel a « totalement oublié la classe moyenne ». Lui, veut mettre en place un foncier solidaire. « J’ai déjà entamé des discussions avec la Caisse des Dépôts pour acter un prêt de 300 millions d’€ sur 90 ans. Et vous pouvez me croire, je connais pas mal de monde pour mener à bien ce projet », précise-t-il serein.

Une mobilité exemplaire
Concernant la mobilité à présent, « poursuivre ou étendre les lignes de tramways n’est pas une bonne idée. Mieux vaut un bon bus en site propre qu’une prolongation d’une ligne de tram », estime le candidat LREM. Ce dernier préconise également la transformation de la rocade « avec notamment une voie dédiée au covoiturage ainsi que l’interdiction pour les poids lourds de circuler en semaine aux heures de pointe ». Certes cette évolution de la rocade figure également dans d’autres programmes mais, lui, assure être le premier à y avoir pensé. Et pour faire stationner tous les camions à l’arrêt au heures de pointe, Thomas Cazenave a une solution : « étendre les parkings de rétention ». Autre projet relatif à la mobilité, le développement du RER Girondin (déjà en projet NDLR) et le fret ferroviaire. « Oui j’ai bien conscience que tous ces sujets relèvent plus des compétences métropolitaines et régionales. Mais la municipalité a son rôle à jouer. » Et au chapitre des vélos, il a pour ambition que la Métropole bordelaise devienne la 1ère Métropole du vélo avec la création de 200 nouveaux km de piste cyclable.

Une police municipale non armée
Du côté de la sécurité, l’ancien délégué ministériel à la transformation publique préconise l’embauche de 65 policiers municipaux de plus. « J’opte pour une nouvelle organisation de la police municipale. Une police plus proche des Bordelais et des Bordelaises. Davantage sur le terrain, plus visible, connue de tous au sein des seize nouveaux quartiers et qui contribue à la tranquillité de tous. Et la Police ne sera pas armée car, pour moi, cela ne sert à rien ! » Concernant les quartiers justement, jugeant « trop grands » les actuels, le candidat LREM souhaite créer des quartiers plus petits, à « taille humaine », au nombre de seize, riches de commerces et de services de proximité. « Clairement, nous possédons une vision différente de la ville, nous allons complètement modifier l’organisation des services ». Pour sauvegarder ces services de proximité, il compte mettre en place « un moratoire sur la construction de nouvelles surfaces commerciales ». Aussi, dans cet esprit-là, il désire revoir le projet de la rue Bordelaise « un projet daté, qui n’a rien à voir avec les attentes et les besoins actuels ».

La transition écologique « véritable vecteur économique »
Autre proposition, celle de faire de Bordeaux « la 1ère ville de la transition écologique ». Ainsi, rive droite Thomas Cazenave désire ériger la Cité de la Transition écologique « tout comme Bègles à sa Cité numérique et Bordeaux sa Cité du Vin ». Dans un seul et même lieu, faire travailler ensemble université, chercheurs, associations, acteurs du territoire. « La municipalité actuelle n’a pas tenu compte des évolutions environnementales. Nous subissons cette prise de position aujourd’hui. Nous, notre projet rime avec ambition. La transition écologique sera l’axe principal de notre développement économique ! » Parmi les autres propositions du candidat figure notamment le désir de faire de l’école un lieu exemplaire notamment pour contribuer au développement de l’égalité homme/femme, « adapter notre ville pour nos séniors », porter une « nouvelle ambition culturelle en rendant le Palais Rohan aux habitants », et enfin créer une « vraie démocratie participative par un droit d’initiative citoyen ».

Et de conclure cette présentation en rappelant que, « nous, nous proposons véritablement une alternative car nous ne sommes pas là depuis 25 ans comme Nicolas Florian et Pierre Hurmic ! »

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Publié sur aqui.fr le 07/01/2020