Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Libourne : « presque tout va mieux après 6 ans »

Philippe Buisson

Deux mois avant l’échéance municipale, Philippe Buisson dresse un ultime bilan de son mandat de Maire de Libourne et Président de la Cali. Ce dernier évoque la « sortie de l’eau » du Libournais et son rayonnement, quand d’autres territoires girondins souffrent. Le Maire sortant s’est longuement exprimé sur le dossier ‘Flying Whales’ dont le verdict devrait tomber sous peu. Les mobilités douces, vélo en tête, ont également eu la part belle dans le propos de Philippe Buisson avant d’évoquer le chantier du centre aquatique des Dagueys ou les travaux de la flèche de l’église Saint-Jean et, bien sûr, la campagne des municipales.

« Tout ne va pas bien, mais presque tout va mieux pour Libourne et la Cali depuis 6 ans ». Le rayonnement récent du Libournais laisse Philippe Buisson relativement satisfait de son mandat, « quand d’autres territoires sont en difficultés », précise-t-il. Le Maire de Libourne reste néanmoins conscient de l’importance des deux prochains mois. Parmi les gros dossiers du moment, le cas Flying Whales. En effet, Philippe Buisson se dit optimiste vis-à-vis de l’implantation d’une usine de dirigeables géants destinés au transport de marchandises lourdes sur le territoire, à cheval sur la Communauté d’Agglomération du Libournais (à Saint-Denis de Pile) et le Grand Saint-Émilionnais (aux Artigues de Lussac). « Les planètes sont alignées, poursuit-il. C’est le Président du Conseil Régional Alain Rousset qui porte la décision. La Cali va peut-être devenir un pôle d’innovation aéronautique ».

Pour le Maire de Libourne, il reste tout de même un point à régler : la question de la Départementale 1089, séparant les deux communes concernées. Philippe Buisson insiste sur l’importance d’une telle installation pour l’avenir du Libournais, représentant à terme la création de 200 à 300 emplois. « Flying Whales doit être le début d’une histoire, pas la fin ». Du côté des grands chantiers libournais, le Maire de Libourne est revenu sur le centre aquatique, dont les travaux ont été mis à mal par la liquidation judiciaire, « étrange » aux yeux de Philippe Buisson, du carreleur Mignola. La commission d’appel d’offre pour trouver une autre solution se réunira le 26 janvier, avant une attribution du marché à la mi-février.

Municipales : « les mobilités, la grande question »

Philippe Buisson étant en campagne pour les municipales, il en a profité pour faire plusieurs annonces du côté du vélo et répondre aux critiques de certains de ses opposants. Sur ce premier sujet, le candidat Buisson organisait le 11 janvier une réunion publique pour réfléchir à la mise en place du Plan Libourne à Vélo 2025, s’il est élu. Ce plan implique la création de 6km de réseau express vélo, garantissant la sécurité des cyclistes, piétons ou autres usagers des déplacements doux. « Libourne doit être une ville cycliste, et on ne peut pas tout faire en deux ans », reprend Philippe Buisson. Ce dernier annonce également sa volonté de passer la bastide libournaise en ‘zone 30’, permettant ainsi aux cyclistes de circuler à contresens dans les rues à sens unique. Il souhaite également doubler la flotte de vélos en libre service (actuellement neuf bornes sont disponibles sur la commune) et l’installation d’une station de location de vélos, gratuite et accessible à toute heure. Enfin, il s’adresse à certains rivaux des élections municipales, critiques à l’égard de son bilan. « Je suis fidèle à Libourne, être opposant ce n’est pas contester avant de proposer. Les élus d’opposition doivent être les aiguillons de la majorité et proposer des alternatives, pas s’opposer bêtement ».

Yoan Denéchau
Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Publié sur aqui.fr le 13/01/2020