Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Black History Month 2020: Mémoires et Partages met la boxe à l'honneur

1

Ce mardi 28 janvier, l’association Mémoires et Partages a donné une conférence de presse pour annoncer sa 3ème édition du “Black History Month”. C’est dans les locaux du club de la presse de Bordeaux, partenaire de l'événement, que l'association a présenté aux journalistes le programme de cette nouvelle édition. Cette 3ème édition débutera le 1er février et a pour titre “qui n’a pas d'imagination n’a pas d’ailes”. Le Black History month 2020 met à l’honneur le Boxeur Mohamed Ali.

Le Black History Month a été organisé pour la première fois aux Etats-Unis en 1926. Les afro-américains ont choisi un mois pour mettre à l’honneur la culture noire. L’association Mémoires et Partages choisit depuis 3 ans le mois de février pour inviter les amoureux et les amis de la culture noire à se retrouver et à partager ensemble.
Former un programme autour de l’univers de la boxe et de Mohamed Ali est légitime selon karfa Diallo, le directeur et cofondateur de l’association: “ le sport a toujours été un vecteur humain et social de lutte pour le peuple noir et c’est tout naturellement que nous avons choisi Mohamed Ali, car au-delà du boxeur, il était avant tout un homme engagé”. 

Adel Yahmidi, ancien boxeur français et éducateur à l’Ussap boxe de Pessac et Walid Karkoud, directeur du boxing club de Bacalan, tous deux partenaires du Black History Month 2020, voient ce thème de la boxe comme idéal pour l’évènement, car ils retrouvent dans l'événement des valeurs semblables à celles de ce sport comme le partage, le courage, l’honneur et le respect de l’autre. 

A travers la boxe Mohamed Ali a combattu la ségrégation, les discriminations et Mémoires et Partages s’inspire de lui pour symboliser la lutte qu’elle mène depuis la création de l’association. “ La boxe est un outil contre la discrimination et Mohamed Ali l’a bien démontré par ses engagements qui ont marqué le monde” déclare Abel Yahmidi.

"Qui n’a pas d’imagination n’a pas d’ailes" Mohamed Ali 

Pour reprendre, cette citation de Mohamed Ali l’association et ses partenaires voient grand pour cette année. Tout le mois de février sera rythmé par des concerts, des projections, des expositions, des galas de boxe et des visites guidées. Comme pour les précedentes années la Remise posthume du prix « Mémoires Partagées » sera de la partie et attribué au journaliste Pierre Cherruau pour honorer sa mémoire. Le public aura l’occasion de voir Aya Cissoko, championne du monde de boxe et marraine du Black History Month , et de rencontrer Judith Perrignon,  journaliste, et essayiste française  , auteure de « L’Insoumis », une enquête sur la vie de Mohamed Ali.

Elles invitent le public au Musée Mers et Marine pour le lancement du Black History Month. Ce sera le 1° février  lors l’exposition photo "entre les cordes du boxing lormontais” de la réalisatrice, Lauranne Simpere et pour la projection « Danbé, la tête haute » de Bourlem Guerdjouf. L'écrivain, Jean-Marie Bretagne, auteur « Battling Siki » sera aussi présent pour nous faire vivre l'histoire de ce champion de boxe français.

Le public aura l'opportunité de retrouver cette notion d’absence d’impossible le samedi 15 février à Darwin, avec une rencontre qui mettra en scène des ateliers de boxe, des vernissages, des projections notamment le film sur Battling Siki, des conférences, performances artistiques et boxées et une Block Party, pour célébrer l’apport de boxe à l’humanité. Pour rentrer pleinement dans l'univers de la boxe, le public pourra assister à un Gala de boxe du boxing club de Bacalan au gymnase du quartier Ginko, le 22 février. 

Toutes activités se passeront à Bordeaux, à la Rochelle et au Havre avec des visites guidées retraçant le passé négrier des ces villes françaises. Cette année le Black History Month s'envole pour l'Afrique pour une conférence au CENTRE CULTUREL ARTISTTIK AFRIKA de Cotonou au Benin. 

"Mohamed Ali est une forme de modèle pour nous, par son engagement et les valeurs fortes qu'il a defendues, ce que je retiens de lui c'est que l'impossible n'est pas une fatalité" déclare Nathalie Bois Huygue, réprésentante de Darwin. C'est à travers l'impact qu'a laissé cet homme que l'association Memoires et Partages invite les bordelais à prendre part à cet évènement de partage et d'échange. Elle donne rendez vous le 31 janvier à 18h30 pour la soirée de lancement « SELMA » Projection- débat, Wato-Sita au 194 Cours de la Marne Bordeaux.

Kevyne Grah
Kevyne Grah

Crédit Photo : Aqui

Publié sur aqui.fr le 29/01/2020