Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Résurrection : des crackers écoresponsables

Marie Kerouedan et Nathalie Golliet

Concevoir des crackers à partir de drêches de bière et de marc de pomme. Cette idée innovante et unique en Europe est née de deux passionnées de cuisine et sensibles à la cause environnementale, Marie Kerouedan et Nathalie Golliet. C’est lors d’un stage au cœur d’une brasserie parisienne que ces deux jeunes femmes ont découvert « la destinée tragique des drêches de bière ». Pour obtenir 1 000 litres de bière, 300 kg de drêches sont jetées. « Un gâchis » irresponsable pour ces deux entrepreneuses. L’idée leur est donc venue de redonner vie à ce co-produit en montant leur boîte…

Elles sont les seules en Europe à redonner vie aux drêches de bière et au marc de pommes. Elles, se sont deux entrepreneuses engagées dans la cause environnementale et l’écoresponsabilité, Marie Kerouedan et Nathalie Golliet qui se sont lancées dans l’aventure du co-produit il y a deux ans de cela. « Je suis arrivée à Bordeaux en juillet 2017, se remémore Marie. Très vite, je me suis attelée à la tâche et ai tenté de trouver des appuis pour nous accompagner. Nous avons tout de suite été très bien accueillies par la Région et la BPI – la Banque Publique d’Investissement- qui ont été séduites par notre innovation ». La pépinière de Darwin baptisée « Le Campement » a proposé d’héberger leur structure pour un accompagnement optimal afin de grandir progressivement. « L’écosystème néo-aquitain a répondu présent et c’était vraiment extra pour nous. » Aujourd’hui, Résurrection vient d’être sélectionnée par le Village By CA, un accélérateur de start-up, pour accompagner davantage leur petite entreprise et les mettre en relation avec des grands comptes. « Nous sommes vraiment ravies d’avoir ce double accompagnement aujourd’hui qui nous aide à accroître notre activité et nous intégrer davantage dans l’écosystème économique du territoire », souligne Marie Kerouedan. Les deux jeunes entrepreneuses travaillent principalement avec des entreprises agroalimentaires.

Gamme de crackers


800 000 € de levée de fonds
Cette intégration au cœur du Village by CA va de pair avec la levée de fonds que vient d’entreprendre Résurrection. « Nous venons d’obtenir 800 000 € grâce à quatre investisseurs – Charente Périgord Expansion, Le Duff, le Club des Prophètes et Triballat – ainsi qu’un prêt auprès de notre banque ». Une levée de fonds qui répond à trois besoins de l’entreprise. Tout d’abord, développer davantage son son service commercial. « Aujourd’hui, nous sommes référencés dans 300 points de vente principalement en Nouvelle-Aquitaine. Nous souhaitons vivement être référencés un peu partout aux quatre coins de l’hexagone. » Autre besoin actuel, la visibilité de la marque. « Nous devons travailler sur notre identité digitale afin d’être plus connus et reconnus. » Enfin, troisième besoin celui du service R&D. « Nous avons développé deux gammes de produits à partir de deux co-produits. Mais nous ne voulons pas nous arrêter en si bon chemin. D’où, aujourd’hui, nos recherches sur huit autres co-produits pour créer d’autres gammes. »

Recrutement
A ce jour, en effet, l’entreprise propose deux gammes de crackers. La première est à base de drêches de brasserie. Passionnées de cuisine les deux cofondatrices ont confectionné quatre recettes à partir de ce produit. « Nos crackers sont réalisés avec de la farine noble comme la châtaigne, des graines, des épices, du sel, de l’huile d’olive et 1/3 de drêches », détaille, avec plaisir, Marie. L’autre gamme est confectionnée à partir de marc de pomme et propose deux recettes de crackers avec les mêmes ingrédients que sont la farine noble, les graines, l’huile d’olive, les épices et le sel. Et en matière d’emploi, Résurrection compte sept salariés, les deux co-fondatrices, deux ingénieurs en R&D et en Production et Qualité, « un socle fort de notre entreprise car nous ne sommes pas ingénieures agro, un directeur business qui vient d’être recruté grâce à la levée de fonds et deux alternants. En 2020, Résurrection compte embaucher six nouvelles personnes, stagiaires et alternants, principalement en stratégie digitale et en business développement.

Sybille Rousseau
Sybille Rousseau

Crédit Photo : Manon Starck / Frédéric Atlan

Publié sur aqui.fr le 13/02/2020