Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | AUT’Gironde : un nouveau porte-parole pour les usagers des transports

AUT'Gironde

En Gironde, les problèmes de mobilités sont croissants. En réponse à cela, AUT’Gironde (Association des usagers des transports en commun de Gironde), affiliée à la FNAUT, apparaît dans le paysage associatif du département. Lancée fin janvier par Stéphane Saubusse, cette dernière souhaite assurer la représentation et la défense des usagers des transports de Gironde et apporter des solutions rapides aux problèmes les plus handicapants.

Le quotidien des usagers des transports en Gironde est constamment noirci par divers dysfonctionnements. Beaucoup d’usagers se posent la question suivante : à qui pourrais-je faire part des difficultés quotidiennes que je rencontre dans les transports ? C’est à partir de ce besoin d’écoute et de médiation entre les usagers et les instances en charge des transports, qu’ils soient élus ou privés, qu’a émergé l’idée d’AUT’ Gironde. L’association est en cours de construction depuis fin janvier 2020 et c’est Stéphane Saubusse, conseiller départemental de Gironde (EELV), qui a pris les devants : « l’idée de créer cette association a germé dans mon esprit il y a environ un an quand j’ai vu que cela devenait de plus en plus difficile d’obtenir un vrai débat sur les transports. Puis j’ai été sollicité par des usagers et en particulier sur un problème précis : les anciens combattants avaient la gratuité des transports jusqu’au 1er juillet 2019 et ont dû payer de nouveau passé cette date. Je suis intervenu auprès du président du conseil régional pour obtenir le rétablissement de cette gratuité sur les ter et transports trans-gironde ».

Pour l’émergence de solutions efficaces et rapides

Stéphane Saubusse a de grandes ambitions par rapport à ce groupe de pression qu’il souhaite établir. AUT’Gironde tend à devenir une organisation de masse, affiliée à la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports), qui serait l’intermédiaire privilégié entre les usagers et ceux qui s’occupent des transports. L’un des objectif de l’association : la réactivité et la prise de décision rapide face aux dysfonctionnements. « On peut faire bouger les choses rapidement et la Gironde en a besoin notamment avec les nouvelles constructions immobilières en cours sur le territoire » explique Stéphane Saubusse. A chaque problème, sa solution. Déjà membre d’une association s’occupant du Tram C à Bordeaux, le conseiller départemental du canton Les Portes du Médoc croit en une amélioration rapide grâce à une communication plus fluide. Il se rappelle d’un épisode particulièrement représentatif : « J’ai suggéré un jour à Christophe Duprat (Vice-Président de Bordeaux Métropole en charge des transports et du stationnement) de privilégier les trams à longues rames aux heures de pointes sur la ligne C pour une question de sécurité et de confort. Cela a été fait dès la rentrée suivante. »

« Porter la voix de tous les usagers »

Une vingtaine de personnes font pour l’instant partie de l’association. Stéphane Saubusse espère pouvoir dépasser largement les 100 adhérents au mois de juillet et souhaite trouver un remplaçant au poste de président qu’il occupe actuellement. Tout juste née, AUT’Gironde va commencer sa campagne d’adhésion à la recherche de profils divers et variés. L’association a un besoin de mixité fort pour répondre au mieux à ses objectifs. Elle invite donc des personnes de tout âges, de tous milieux sociaux,  et venant de tous les coins de Gironde à participer pour signaler tout type de problèmes liés à la mobilité. « Nous souhaitons mettre en avant les zones rurales et faire entrer la question des inégalités dans le débat des transports » assure Stéphane Saubusse. Le trésorier d’AUT’Gironde est d’ailleurs à ce jour David Poulain, jeune gilet jaune actif et concerné par la problématique des transports dans le département.

Le programme de l’association se conçoit clairement : après une campagne d’adhésion de plusieurs mois, AUT’Gironde veut dresser un « inventaire des problèmes » que rencontrent les usagers avant de discuter avec les instances compétentes. Un système citoyen et participatif qui part déjà avec une base d’idées par rapport aux plus gros dysfonctionnements existants sur le territoire. Pour le président temporaire de l’association, le plus gros dysfonctionnement reste les interconnexions : « les horaires et trajets des bus ne correspondent pas aux horaires des trains TER par exemple ». Les tarifs sont aussi problématiques pour AUT’Gironde, notamment ceux des TER, « bien trop élevés ».  A terme, cette association toute neuve veut redonner la parole aux usagers et faire valoir leurs avis auprès des acteurs publics et privés en charge des transports. Une initiative émergente qui traduit un désir profond de faire du lobbying citoyen avec une représentativité du territoire égalitaire concernant la mobilité dans toute la Gironde, sans exception aucune.

Lucile Bonnin
Lucile Bonnin

Crédit Photo : LB / Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 13/02/2020