Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Edito | Municipales: La démocratie locale, notre espoir!

Dieu merci ! Les élections municipales ne nous déversent pas que d'abominables nouvelles sur les réseaux sociaux entre "dégueulasseries" et histoires de cornecul... C'est ainsi que le dernier sondage de BVA, pour le compte d'Orange et Europe 1, vient confirmer un précédent réalisé par Elabe, en novembre dernier : nous sommes 71% à nous dire satisfaits de notre maire, soit 13% de plus qu'il y a six ans. Et, il n'est pas moins significatif que 90% des Français considèreront comme prioritaires les enjeux locaux, au moment de déposer leur bulletin dans l'urne. La commune est donc bien la cellule de base, quasiment organique, de notre démocratie et cela crée une obligation d'autant plus grande aux futurs élus que le pays, à travers l'éruption des gilets jaunes, a crié son besoin d'être associé aux décisions qui engagent son avenir, de participer à l'élaboration des solutions.(1)


Ce constat, dans une France travaillée par la tentation révolutionnaire et une montée de l'activisme qui, en particulier aux yeux de la génération des plus jeunes, trouve ses racines dans l'angoisse de l'effondrement climatique, nécessite une nouvelle donne... Une mobilisation puissante des équipes qui vont entrer dans les mairies. Car, et elles le mesurent chaque jour davantage à observer le contenu des programmes et des débats qui se succèdent, les enjeux de cette élection des 15 et 22 mars ne sont pas seulement locaux. Ils touchent à la pérennité même de notre modèle démocratique.

 

C'est bien ici, dans la commune, que le citoyen pense trouver des réponses à ses attentes, à ses craintes, qu'il s'agisse de sécurité quotidienne ou de respect de la nature et, même qu'il est le plus disponible pour apporter sa pierre à l'édifice. Dire son mot, avec l'espoir d'ête écouté quand, par exemple, il dépose son avis sur un registre d'enquête lié à l'élaboration d'un nouveau Plan d'urbanisme que trop d'élus encore se gardent bien d'ouvrir à tous ceux que cela concerne. Réfléchissent-ils aux effets négatifs des informations dévoilées ces temps-ci, où l'on découvre que les cahiers citoyens, ouverts à la demande du pouvoir central lors du grand débat, quelques dix mille au niveau national, ont certes été numérisés à la Bibliothèque Nationale mais restent, pour l'instant, inexploités, faute de logiciels adaptés dont les chercheurs ont besoin pour avancer dans le classement de ces contributions... ?

 

Oui la démocratie locale qui exonère, quelque peu, le citoyen de son rejet de la politique dont nous avons trop de représentations négatives ces temps-ci se trouve à un moment crucial de notre histoire collective. Elle est sans doute, plus que jamais, porteuse d'espoir face à la verticalité du pouvoir central et à la faiblesse du parlement, d'une assemblée nationale plus que jamais aux ordres de l'exécutif et, singulièrement, depuis la réforme constitutionnelle de 2000 qui, de fait, a lié son sort à celle du président élu.

1. A lire à ce sujet le livre "Le partage du pouvoir local" de Jean-Marie Darmian ( éditions Le Bord de l'Eau)

 

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo :

Publié sur aqui.fr le 16/02/2020