Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Municipales : à La Rochelle, EELV a son candidat

Jean-Marc Soubeste (au centre) et les colistiers en tête de la liste "Ensemble, osons l'écologie"

Il fait partie de ces candidats qui ont déroulé leur programme jusqu’à la dernière minute de la campagne des municipales. C’est aussi celui qui pourrait déjouer, ou du moins dérouter les pronostics des sondages. Issue de l’équipe du maire sortant Jean-François Fountaine, Jean-Marc Soubeste, déjà candidat vert en 2014, entend faire la différence lors de ces élections.

Il semble loin, ce temps où la liste de Jean-Marc Soubeste avait réalisé 6,04% des voix au premier tour des précédentes élections municipales. Depuis, les européennes sont passées par là. A La Rochelle, la liste de Yannick Jadot s’était placée en seconde position derrière LREM avec 18,79% des voix. Un score qui n’a pas échappé au parti Europe Ecologie Les Verts : durant cette campagne, le candidat rochelais a reçu successivement la visite et le soutien de Julien Bayou, le porte-parole d’EELV et du député européen Damien Carême, ex maire de Grande Synthe. Il a également reçu le soutien officiel du conseiller régional Benoît Biteau et de Yannick Jadot, à travers une vidéo diffusée lors de son premier meeting de campagne.

En termes de programme, le porte-parole d’EELV avait été clair lors de sa venue en novembre dernier : « Le programme national d’EELV  est une charpente à un projet local. Il n’y a ni relation verticale, ni bréviaire à respecter » – tout juste trois grands thèmes à articuler en locale : l’écologie, la justice sociale et la démocratie. « C’est à l’échelle locale que se trouvent les solutions de transition écologique », estime Jean-Marc Soubeste, « notre boussole sera l’urgence climatique. On fait tous des gestes au quotidien, il est temps de passer à une réponse globale, structurée, écologique ».

Des solidarités dans le quotidien

Pour mettre en place cette « pensée systémique », Jean-Marc Soubeste entend faire rimer écologie et solidarité. Il veut par exemple mettre en place le minimum social garanti à l’instar de Damien Carême dans le nord  - une aide temporaire qui permettrait de se sortir de la précarité sociale, avec un suivi social. Même état d’esprit concernant l’eau pour laquelle il veut une tarification sociale, et une reprise totale de sa gestion par la collectivité, sans passer par une délégation de service public. Pour répondre à la crise du logement et à la hausse des loyers à La Rochelle, il propose de mettre en place un office foncier solidaire, qui permettrait aux habitants d’être propriétaires des murs sans être propriétaires du sol, pour mieux encadrer les prix à la revente ».  Jean-Marc Soubeste s’est également fixé pour objectif de régler le problème de l’insalubrité de l’habitat à l’horizon 2026, avec notamment la création d’aides locales à la rénovation énergétique. Le développement de nouvelles énergies est aussi un des arguments clés de son programme.

La transition agricole comme projet phare

Mais pour Jean-Marc Soubeste, la transition écologique s’incarne le plus dans la transformation de notre modèle agricole. « D’ici 2050, la ville devrait faire face à plusieurs défis environnementaux : le manque d’eau ; la montée du niveau de la mer », explique la tête de liste, « l’agriculture est une solution pour le climat, pour son potentiel de captation de carbone, pour la préservation de l’eau, pour la création d’emplois pérennes et pour garantir notre autonomie alimentaire. Pour cela nous devons accompagner nos agriculteurs dans la transition agricole».  Il propose notamment d’instaurer un service pour préempter 200 hectares de terre/ an pour installer de jeunes agriculteurs en bio, en priorité près des zones de captage de l’eau potable, avec l’aide de l’Agence de l’eau.  Avec la création d’un abattoir mobile et le développement du bio en circuit court dans les cantines, Jean-Marc Soubeste compte intégrer ce volet agricole et alimentaire dans les actions du territoire zéro carbone, territoire d’innovation de grande ambition (TIGA) validé par l’Etat en 2019, dans laquelle l’agglomération de La Rochelle est impliquée. Objectif : devenir la première ville écologique de l’Atlantique.

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Publié sur aqui.fr le 14/03/2020