Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Spécial | Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Salon agriculture 2020

Ce mardi 24 mars, le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine a pris la décision d'annuler sa formule traditionnelle, qui devait se dérouler comme chaque année sur le Hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux-Lac. En lieu et place du salon et alors que la décision d'annulation de la Foire de Bordeaux n'est toujours pas tranchée, les organisateurs ont choisi une nouvelle formule, une "semaine de l'agriculture" qui se tiendra du 14 au 22 mai prochain. Que contiendra-t-elle ? Quelles conséquences pour l'organisation et les exposants déjà engagés ? Nous avons interrogé le Président de la Chambre d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet, et le commissaire général du salon Bruno Millet, pour en savoir plus.

L'épidémie de coronavirus, qui se poursuit en France et dans le monde, touche aussi l'organisation et la tenue de très nombreux évènements qui devaient avoir lieu dans les prochains mois. La décision était attendue, elle a finalement été officialisée ce mardi 24 mars : le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine tel que le connaissaient ses visiteurs et ses partenaires n'aura pas lieu en 2020. La question d'un éventuel report, depuis tranchée, a été remplacée par la tenue d'un évènement réduit, une "semaine de l'agriculture", à la fois à destination des professionnels du secteur (pour qui les conférences et grands temps forts resteraient maintenus) et du grand public au travers des réseaux sociaux et de la web tv du salon, inaugurée en 2019. Pour en savoir plus sur les conséquences de cette annulation et sur la manière dont va s'organiser ce nouvel évènement, aqui.fr a interrogé le commissaire général du salon, Bruno Millet. Nous évoquons avec lui les grands temps forts de cette semaine, son volet organisationnel et budgétaire, le sort des manifestations qui devaient se dérouler en parallèle et la stratégie de communication mise en place pour essayer, même sans présence de visiteurs physiques, d'informer le plus grand nombre de personnes possibles sur une agriculture en plein bouleversement. 

 

 

@qui.fr - Vous avez annoncé aujourd'hui l'annulation de l'édition 2020 du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine et la mise en place sur une semaine (du 14 au 22 mai) d'une "semaine de l'agriculture". Comment la décision a-t-elle été tranchée sur cette annulation ? Quelle forme va prendre cet évènement ? 

Bruno Millet, commissaire général du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine - On a fait une analyse objective de la situation, on a consulté nos partenaires pour les interroger sur leurs intentions. On a également réuni le comité opérationnel et le bureau du salon et en conscience, considéré que le risque était trop élevé pour nous de maintenir cette manifestation même si à mi-mai les choses reviendront peut-être à la normale, mais c'est de moins en moins sûr. Nous n'étions pas en mesure d'assumer ce risque, d'autant plus qu'un certain nombre d'acteurs nous avaient déjà indiqué qu'ils ne seraient pas en mesure d'être présents à cette période. Par contre, ils nous ont assuré de leur soutien; c'est pour ça qu'on a décidé de maintenir une communication autour de l'agriculture, sans salon physique mais avec un semaine de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine en utilisant les réseaux sociaux et les médias pour parler de l'agriculture positivement et montrer qu'elle a été présente au rendez-vous de la crise sanitaire dans laquelle on est, qu'elle est en phase avec la société et qu'on était bien content de la trouver à ce moment-là. 

@qui.fr - Congrès et Expositions de Bordeaux a-t-il pris sa décision de son côté concernant la foire de Bordeaux ? 

B.M - Non, la foire fait partie de notre environnement proche et a participé à cette décision puisqu'elle est membre du bureau du salon. La décision pour elle de se maintenir était en suspens mais elle sera communiquée dans quelques jours. Elle n'aura pas lieu en mai et sera reportée, c'est donc de façon conjointe qu'on a décidé ça ensemble. La date du report de la foire n'est pas encore définie mais comme on sait que ce sera en deuxième partie d'année, on savait que nous ne serions pas en mesure de reporter le salon de l'agriculture.

@qui.fr - Qu'est-ce qui a motivé votre préférence pour une annulation du salon plutôt que pour un report, comme cela pourrait être le cas pour la foire ?

B.M - La période au niveau du climat sera plus incertaine qu'en mai alors que le salon de l'agriculture se passe en extérieur ou sous une halle ouverte. On aurait eu beaucoup d'évènements professionnels autour des animaux en septembre-octobre, il y aurait donc eu beaucoup de difficultés pour remobiliser les éleveurs, notamment pour assurer Aquitanima. Si nos partenaires nous suivent, un nouveau salon va revenir en 2021, on ne voudrait pas que nos partenaires n'aient plus les moyens de nous suivre l'année prochaine. 

@qui.fr - En termes purement budgétaires, on imagine que le financement de cette manifestation sera grandement réduit. Quelle incidence cela aura-t-il sur votre organisation et sur les agriculteurs et partenaires qui s'étaient déjà engagés financièrement ?

B.M - Il est clair que le fait qu'on n'organise pas physiquement un salon de l'agriculture fait que nous avons moins d'engagements à prendre et moins de financements à mobiliser. L'objectif avec cette semaine de l'agriculture, c'est que nos partenaires continuent de nous accompagner sur cette opération. Je n'oublie pas non plus la Région qui nous a assuré de son intention de nous suivre. Le budget n'aura rien à voir, mais on va essayer de mobiliser les moyens nécessaires à la fois pour prendre en compte les engagements qu'on avait déjà pris au niveau du salon habituel et pour permettre de tenir cette opération qui va notamment reposer sur de la production de contenu sur plusieurs supports. 

En intégrant le concours des vins, un salon comme celui-là coûte environ 2,2 millions d'euros. Pour l'édition 2020, pour l'instant, le coût final de la semaine de l'agriculture n'est pas arrêté. L'incidence sur les agriculteurs et les exposants sera une perte de chiffre d'affaire qu'ils avaient l'habitude de faire sur cette manifestation. On ne va pas les pénaliser, même ceux qui s'étaient déjà inscrits. On va rembourser ceux qui avaient déjà versé une participation financière. Vis-à-vis de nos fournisseurs, on verra comment on honore nos commandes, ça pourrait être par une avance sur dépenses pour l'année prochaine. Les acteurs historiques du salon sont déjà suffisamment pénalisés par la situation globale, on ne va pas en rajouter. On fera tout pour qu'ils n'aient pas de charges afférentes aux engagements qu'ils avaient pu prendre.

@qui.fr - Cette "semaine de l'agriculture" prévoit de maintenir les rendez-vous professionnels habituels du salon de l'agriculture. Les thèmes de ces différents rendez-vous resteront-ils les mêmes ? Vont-ils nécessairement se dérouler physiquement ?

B.M - On espère que cette nouvelle forme va nous permettre d'organiser les rendez-vous professionnels habituels que nous avions dans le cadre du salon, à savoir les assises de l'origine, la journée installation-transmission et les États généraux de l'innovation que l'on souhaiterait pouvoir tenir physiquement. On continue à travailler avec nos comités de pilotage pour mobiliser des intervenants pour ces évènements professionnels. En fonction de la tournure des évènements et à un moment opportun, on prendra la décision de les tenir ou non physiquement si on estime que la sortie de la crise sera suffisamment précoce et qu'il n'y aura plus d'interdiction de rassemblement au-dessus d'un certain niveau. Si ce n'est pas le cas, on n'a pas encore la formule mais on essaiera, en gardant la mobilisation des intervenants mobilisés, d'organiser des conférences virtuelles ou de reporter à une autre période de l'année. On ajustera l'offre en fonction des décisions gouvernementales mais pour l'instant, la décision n'est pas prise et la construction des évènements continue. 

Les États généraux de l'innovation seront essentiellement centrés sur la question de l'autonomie protéique et du cycle de l'azote de façon plus large, pour essayer de trouver des solutions au niveau de la région et des exploitations pour trouver une plus grande autonomie sur l'approvisionnement en protéines dont on a besoin pour l'élevage. Pour les assises de l'origine, on est sur une question que nous n'avions jamais traité jusqu'à présent autour du paysage comme signe de qualité et comme patrimoine vivant. On va essayer de voir quels sont les liens entre les signes de qualité et d'origine et les paysages que nous connaissons sur nos différents territoires. On a des intervenants issus de l'UNESCO, du Conseil Régional du Tourisme ou d'ODG. Enfin, la journée installation-transmission évoquera l'implication du réseau des coopératives dans cette installations, pour qui c'est un enjeu majeur d'aider et d'accompagner des transmissions qui se déroulent bien. On aura des témoignages d'installations réussies d'agriculteurs engagés dans des coopératives.

Le concours des vins fait partie intégrante du salon de l'agriculture, même s'il y a une dissociation en termes de date pour être plus utile aux viticulteurs. La manifestation du 18 avril n'aura donc pas lieu mais un report est à l'étude, plutôt au début de l'été, en fonction de la disponibilité des équipements du Palais des Congrès. Un comité de pilotage devrait se tenir très prochainement pour trancher sur cette décision. 

@qui.fr - Comment va s'organiser votre stratégie de communication à l'égard du grand public ? Dans quelle mesure l'Agri WebTV, mise en place pour la première fois l'an dernier dans le cadre du salon, va-t-elle y contribuer ?

B.M - Le pari, c'est de mobiliser l'ensemble des réseaux sociaux dans lesquels les agriculteurs sont impliqués et de produire des contenus fondés sur des reportages, des débats, des interviews d'experts qui seront portés à la connaissance du public au travers des réseaux sociaux et au travers de cette agri-web tv dédiée à l'agriculture en Nouvelle-Aquitaine, qui va dépasser son cadre initial. On va essayer de répondre aux questions que les citoyens se posent au travers de leurs attentes sociétales, montrer en quoi l'agriculture est bien en phase avec ces questions, les a bien prises en compte et est en transition avec des agriculteurs engagés qui font tout pour que leur activité évolue. On compte notamment mobiliser des interventions d'experts sur des thématiques comme l'eau et le changement climatique et montrer en quoi l'agriculture s'adapte à ces nouvelles contraintes tout en faisant en sorte que les agriculteurs puissent continuer à vivre de leur métier.

L'ambition de la web tv était d'abord de tester notre capacité à produire des contenus et de les diffuser. L'an dernier, on s'est appuyés essentiellement sur le salon, moment riche de rencontre avec les professionnels et le grand public et initier des débats. L'agri-web tv sera la plaque tournante mais utilisera d'autres réseaux pour diffuser son contenu. Nos partenaires vont pouvoir puiser dans les contenus qu'on va générer et pouvoir être une caisse de résonance.

Julien Privat, Romain Béteille
Julien Privat, Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 24/03/2020