Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | 100 apprentis journalistes se retrouvent « Rue des confinés »

Rue des confinés

A l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, les cours sont arrêtés depuis le 13 mars dernier. Très vite, l’école a proposé aux élèves de lancer un site internet d’informations, où chacun pourrait produire du contenu journalistique depuis son lieu de confinement. Ce projet a été dévoilé le 1er avril, avec la mise en ligne de « ruedesconfines.com ». 10 rubriques, 100 étudiants et des sujets originaux et variés autour de la crise sanitaire actuelle : voilà ce que propose le rendez-vous « Rue des confinés ».

Pour les étudiants de l’ESJ Lille, pas question de rester les bras croisés pendant cette période de confinement. C’est aux alentours du 20 mars qu’un travail d’équipe a débuté entre les étudiants en première année de master et les étudiants des trois filières de l’ESJ Lille (Master Journaliste scientifique, Licence Journalisme de sport et Licence Journalisme de proximité). Au total, ce sont 100 jeunes apprentis qui se sont lancés le défi de créer un site d’informations de A à Z. « Pour la répartition des postes et des tâches cela s’est fait naturellement, selon les sensibilités de chacun », explique Marianne Chenou, l’une des rédactrices en chef. Le site « ruedesconfines.com » a ensuite été mis en ligne le 1er avril sous la responsabilité de quatre rédactrices en chef : Marianne Chenou, Léa Gorius, Sarah Meyssonnier, Églantine Puel.

« Nous vous proposons de rentrer dans notre immeuble comme on rentrerait chez vous, chez nous, et chez les autres. Entre intérieur imposé et extérieur rêvé, nous vous donnerons un aperçu du monde qui continue, malgré tout, de tourner. » Voilà ce que le site dévoile du projet des jeunes étudiants. Avec une ligne éditoriale particulière, plutôt orientée magazine journalistique, et avec une grande variété de sujets, « ruedesconfines.com » veut nous parler du Covid-19 de façon singulière. Sur le site, il est en effet possible de naviguer entre des rubriques intrigantes et atypiques : « feel good », « la récré confinée », « au coin culture » et bien d'autres ! Les lecteurs peuvent forcément trouver leur bonheur entre des articles sur l’actualité internationale, des chroniques de fact-checking ou des reportages sur le sport en confinement… « Recemment, nous avons également mis en place une boîte à questions pour soumettre, par exemple, des idées à la rédaction, à la manière de Checknews que l’on connaît sur Libération », confie Marianne Chenou. 

Rue des confinés : l’union fait la force 

« Faire du journalisme sans être sur le terrain est une nouveauté pour tous, explique la jeune rédactrice en chef. Nous sommes devenus accros aux visioconférence pour organiser notre travail à distance. » Car « ruedesconfines.com » est avant tout le fruit d’une collaboration intense entre une centaine d’élèves confinés mais motivés. Le site présente d’ailleurs un nombre de productions journalistiques impressionnant car « il y a beaucoup de bras derrière tout cela », plaisante Marianne Chenou. « Nous avons pu profiter du fait d’être nombreux pour embrasser plusieurs sujets » ajoute t-elle.

Témoignages, reportages, vidéos, infographies, podcast… Différents formats sont à découvrir « Rue des confinés ». Chaque contenu est relu par les professeurs de l’ESJ Lille. « Ce n’est pas un substitut aux cours mais un moyen de profiter plutôt de cette situation pour faire quelque chose de différent » indique Marianne Chenou. En effet, cet épisode inédit en France pousse les élèves à se surpasser, à apprendre de nouvelles choses et à développer des compétences qu’ils n’auraient pas pu appréhender en temps normal. « Je me suis rendue compte qu’il était très difficile de gérer une équipe de 100 personnes, même si nous sommes 4 rédactrices en chef. Chacun a aussi pris conscience des difficultés que peut impliquer la distance. Mais pour des apprentis journalistes, c’est très intéressant de pouvoir exercer dans cette position particulière. Nous avons aussi pu apprendre à gérer un média, ce qui n’est pas négligeable. »

Lucile Bonnin
Lucile Bonnin

Crédit Photo : Théo Sire

Publié sur aqui.fr le 20/04/2020