Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | 40 moteurs d'hélicoptères commandés à Safran Helicopter Engines pour soutenir la filière

Florence Parly Ministre des Armées en visite à Safran Helicopter Engines (Bordes - 64) le 11 juin 2020

Ce jeudi, la visite de l'usine Safran Helicopter Engines à Bordes (64) par Florence Parly s'inscrivait dans la droite ligne des annonces gouvernementales du 9 juin dernier quant à la mise en œuvre d'un plan de soutien massif à l'aéronautique, fortement impacté lui aussi par la crise du Covid-19. Si le plan prévoit au global une enveloppe de 15 milliards d'euros d'aides, d'investissements et de prêts et garanties, la ministre des Armées est plus précisément revenue sur les annonces de commandes anticipées d'hélicoptères effectués par l'Etat. Celles-ci visent à soutenir l'activité des 2 grands donneurs d'ordres, Airbus Helicoptère et son motoriste, Safran Helicopter Engine, leader mondial dans son domaine, mais du même coup aussi, celle de leurs nombreux fournisseurs et de sous-traitants sur le territoire.

Pour Safran Helicopter Engines, premier employeur du département des Pyrénées-Atlantiques avec 2500 salariés sur son site de Bordes, « l'année 2020 est marquée par un recul de 15% des commandes, et cela devrait se poursuivre en 2021 », assure Franck Saudo, Président de Safran Helicopter Engines. Une situation de crise qui a impacté l'ensemble du secteur aéronautique. « La crise est profonde et sera longue pour notre industrie », a ainsi confirmé son directeur général Philippe Petitcolin.
Mais avec une visite en personne sur le site de Bordes, la Ministre des Armées, est venue mettre un peu de baume au cœur aux acteurs industriels des Pyrénées-Atlantiques et au-delà.

"Chaque euro doit pouvoir immédiatement bénéficier à tous les sous-traitants"
« Au ministère des Armées et au Ministère de l'Intérieur, nous avons dégagé des marges de manœuvres pour anticiper des commandes d'hélicoptères : 600 millions d'euros de commandes militaires et 200 millions d'euros pour la gendarmerie et la sécurité civile », a-t-elle ainsi confirmé dans son discours. En détails : sont d'une part commandés pour l'Armée de l'Air, huit Caracal qui viendront remplacer des Puma « dont l'Etat avait initialement décidé de prolonger le service jusqu'en 2028 malgré leur très grand âge » , et d'autre part deux hélicoptères H145 pour la Sécurité civile et dix H160 pour la Gendarmerie nationale pour ce qui est de la commande du Ministère de l'Intérieur. « 20 hélicoptères, pour cette usine de Bordes, ce sont 40 moteurs qui vont sortir des chaînes de production dans les prochaines années », précise Florence Parly qui ajoute encore « c'est un millier d'emplois préservés en France sur 3 ans. » Les premières livraisons sont attendues pour 2023.

Mais au-delà de cette «  vraie bonne nouvelle », selon l'expression de Franck Saudo, la Ministre a tenu à souligner la nécessité « que ces commandes anticipées puissent se répercuter sur l'ensemble de l'écosystème industriel qui irrigue tous nos territoires et qui compte non seulement beaucoup d'emplois mais aussi de compétences à préserver. La quantité et la qualité. Il faut que chaque euro versé par l'Etat aux grands donneurs d'ordres puisse immédiatement bénéficier à tous les fournisseurs et à tous les sous-traitants, c'est essentiel ! »

Venue pour dire merci
Des commandes importantes qui sont en effet autant d'emplois pérennisés selon le président de Safran Helicopter Engines qui n'oublie pas non plus de souligner les mesures de soutien à la recherche et à l'innovation comprises dans le plan aéronautique. « Cela nous concerne à double titre avec l'hélicoptère vert et l'avion régional décarbonné », précise-t-il.
Enfin, au delà de ces annonces chiffrées, la Ministre a également tenu à adresser ses remerciements à la filière (et plus particulièrement à Bordes, aux salariés de l'entreprise) qui a su maintenir sa production durant la crise sanitaire, notamment dans le cadre des contrats de maintien en conditions opérationnelles. " Sur le terrain, c'était important pour nos forces, a souligné la Ministre, car le maintien en conditions opérationnelles de nos appareils et de nos moteurs c'est décisif, les terroristes ne connaissent pas le Covid".

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 12/06/2020