Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Spécial | Municipales en Charente : droite éclatée et gauche affaiblie à Cognac et Soyaux

Mairie de Soyaux en Charente

C’est un cas de figure peu courant auquel les électeurs charentais seront confrontés pour le second tour des municipales ce 28 juin. À Cognac et Soyaux, les deux plus importantes villes après Angoulême, ils devront départager quatre listes, majoritairement classées au centre-droit et à droite. Dans les deux villes en effet, la gauche part unie mais affaiblie, et le centre-droit fort mais très divisé.

C'est le cas à Cognac, où le maire sortant Michel Gourinchas (gauche) ne se représente pas. Le 1er tour s’est achevé sur un score assez serré pour trois listes : Morgan Berger (sans étiquette) domine avec 29,02% des voix, suivi du divers gauche Jonathan Muñoz (25,18%, soutenu par le maire sortant) et du divers droite Jean-Hubert Lelièvre (23,15%, par ailleurs secrétaire départemental Les Républicains). Enfin, le candidat LREM Damien Bertrand s’est maintenu de peu, avec 11,45% des voix.

Si des tractations ont eu lieu depuis, elles n’ont pas abouti. Morgan Berger aurait en effet approché Jean-Hubert Lelièvre, mais les deux listes n’ont pas trouvé d’accord pour fusionner. Même si la droite reste divisée, elle semble en bonne place pour prendre la mairie : le candidat de gauche Jonathan Muñoz ne bénéficie pas d’une grande réserve de voix, tandis que le maintien de Damien Bertrand devrait retenir celles de LREM.

À Soyaux, on prend les mêmes et on recommence

Dans la troisième plus grande ville du département, ce 2nd tour sera strictement identique au premier, les quatre listes ayant pu se maintenir. Le maire sortant François Nebout, arrivé en tête du premier tour (38,6%), bénéficie d’une avance confortable sur son ex-1er adjoint Frédéric Cros (27,6%), la liste du centre de Cédric Jégou (centre) et celle de la gauche et des écologistes de William Jacquillard (13%).

Tout comme à Cognac, la droite part éclatée et irréconciliable, étant donné la division qui règne entre le maire sortant et son ancien adjoint. Ce dernier reproche à l’édile d’avoir annoncé son retrait pour laisser une nouvelle équipe s’installer, puis d’être revenu sur sa parole. Le maire, lui, assure s’être représenté pour éviter des dissensions dans la majorité. Raté.

Si des tentatives de rapprochement ont eu lieu entre les autres listes, toutes résolument opposées à la politique du maire sortant, elles n’ont pas abouti. Reste donc à voir si le 2nd tour validera les résultats du premier.

Julien Bonnet
Julien Bonnet

Crédit Photo : Julien Bonnet

Publié sur aqui.fr le 23/06/2020