Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Spécial | Une femme maire à Biarritz... JR resigne à Bayonne

Maider Arosteguy

Alors que le "re-nouveau" maire d'Anglet Claude Olive élu au premier tour, effectuait son marché dans sa bonne ville, ça bataillait encore sec dans les villes voisines de Bayonne et de Biarritz où l'ambiance dans ces étonnantes élections municipales à épisodes. L'ambiance était plutôt tendue.

"J'ai Bayonne dans la peau et je suis très heureux du résultat de ce soir", commentait, heureux, Jean-René Etchegaray. Nous avons réussi avec plus de 1000 voix d'écart à remporter cette élection, dans un contexte ici comme ailleurs bien particulier. Entre les 25 voix d'avance que j'avais en 2014 et celles constatées cette fois, il y a évidemment la preuve que les Bayonnais adhèrent au projet de rassemblement, je dis bien de rassemblement que nous avons mené. Dans les six ans qui arrivent je serai le maire de tous les Bayonnais et pas seulement celui de ceux qui ont voté pour moi."

Lors du premier tour, le maire sortant Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d’avance) avait totalisé 40,33 % des voix. Il était suivi par les trois listes de gauche. Celle d’Henri Etcheto (Bayonne ville ouverte) était créditée de 29,77 %. Jean-Claude Iriart (Bayonne verte et solidaire) complètait le tiercé avec 13,12 %, suivi de près par Mathieu Bergé, conseiller municipal d'opposition et Conseiller réginal (Demain Bayonne-Bihar Baiona) avec 11,21 %. Un premier tour avec une faible participation de 38,79%, liée on s'en souvient au Coronavirus , soit une abstention de 61,21%.

Victoire Jean René Etchegaray

 

Les trois listes de gauche, au soir de ce premier tour totalisaient, 54,1%, soit 3% de mieux qu'en 2014. De quoi mettre en grande difficulté, le maire sortant, et président de l'Agglomération Pays basque. Or, Henri Etcheto avait réussi à composer une liste commune de gauche avec Mathieu Bergé, appliquant les principes de la proportionnelle pour fusionner les listes. Alors que l'abertzale Jean-Claude Idiart se retirait du jeu? où irait donc le vote abertzale?

Or le mandat de Jean-René Etchegaray aura été fortement marqué par un esprit aberzale, "avocat" du rapprochement des prisonniers basques, défense de la monnaie basque, l'eusko et évidemment les fondations de cette communauté territoriale Pays basque sur laquelle les premiers voisins d'Anglet et Biarritz étaient fort réservés mais l'ont nommé premier président.

"Nous avons ici comme ailleurs des situations de crise économique qu'il va nous falloir gérer. Dans notre ville de 53 000 habitants, composée de 30 000 emplois.  

Biarritz: avec Maïder Arosgteguy, la fin de la Comedia dell Arte?

 La comedia dell Arte qui se joue depuis des mois et des mois à Biarritz va t-elle se terminer avec l'élection de Maïder Arostgeguy ce dimanche soir à Biarritz? Débutée avec le feuilleton du Palais, elle s'est terminée vendredi avec une news à sensation concernant la candidate de "Pour Biarritz pour vous", première candidate déclarée afin de ne pas être doublée et candidate en tête du premier tour avec 31,5% des suffrages d'une participation de 40,7% des électeurs. Ce Palais des premiers maux de cette coalition de 2014 partie en vrille au fil des ans et dont les derniers spasmes annoncaient la nomination par Maïder Arosteguy  de Guy Lafite, ex premier adjoint de Michel Veunac, le maire sortant de Vivons Biarritz (12,21%).

Or, dans cette quadrangulaire, décomposée de désamours entre le doc-surfeur audacieux et écolo Guillaume Barucq avec Nathalie Motch, la passionata, qui rêvaient d'un autre monde et de Jean-Benoît Saint-Cricq, l'électron libre et ténor expert comptable doué, Maïder a remporté la martingale. Assurément avec l'appui de Biarrôts nostalgiques de cette croix de Lorraine qui trône à deux pas du Rocher de la Vierge et du monument aux morts et leur rappelle les fondamentaux du Gaullisme."Les Biarrots ont fait le pari d'une femme a-t-elle commenté", ce qui n'était pas évident. Surtout ils ont fait le pari d'une équipe qui a travaillé pedant un an et demi, qui a construit un projet avec eux.."

"Je suis surtout déçu pour la nouvelle génération de candidats que j'avais enmenés  dans cette liste "Biarritz Nouvelle vague et solidaire" commentgait son challenger malheureux, une nouvelle vage qui ne pourra pas entrer au Conseil municipal. On ne sera pas aussi nombreux que l'on aurait souhaité l'être. On voit que Biarritz a viré en bleu et on n'a pas vu venir cette vague bleue."

Les Nationalistes rafflent aussi la mise dans de nombreuses communes

 Les abertzale rafflent la mise dans plusieurs commuunes du Pays basque comme Ustaritz, Itxassou et Ciboure avec le Nationaliste de gauche de 31 ans, Eneko Aldana (Ziribu Bizi) , 31 ans, arrivé en tête au premier tour a creusé l'écart, avec 57,12% des voix face à Isabelle Dubarbier-Gorostidi (divers droite), 21,12% qui disputait cette élection avec ue deuxième liste divers droite.. Même constatation dans une triangulaire à Urrugne: Philippe Aramendi, nationaliste basque, tête de liste d'un rassemblement de gauche plurielle l'a emporté avec 45,9% des voix.

 

 

Félix Dufour
Félix Dufour

Crédit Photo :

Publié sur aqui.fr le 29/06/2020