Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Tour de France : un vaste déploiement technique en Charente-Maritime

Christian Prudhomme avec Dominique Bussereau lors de la signature de convention entre ASO et le Département, le 6 juillet 2020

« Quand on nous a demandé si on pouvait envisager de reporter le Tour, on a commencé par dire non, c’est impossible. Et finalement on l’a fait ». Christian Prudhomme, le directeur de l’organisation de la Grande Boucle, n’est pas peu fier d’avoir réussi ce tour de force. « Au final, en dehors des dates, nous n’avons rien changé aux étapes qui étaient prévues », affirme-t-il. L’organisation du Tour va tout de même nécessiter la mise en place d’un dispositif technique d’envergure, avec une complexité liée à l’insularité d’Oléron et de Ré.

« Ce ne sera assurément pas un Tour ordinaire », prévient Christian Prudhomme. Le directeur d’Amaury Sport Organisation (ASO) prévient : il faudra faire l’impasse sur les selfies, les autographes, les accolades aux coureurs et les poignées de main. « Les cyclistes vont courir en autonomie, nous créerons une bulle autour d’eux, ils seront isolés pour qu’ils rentrent le moins possible en contact avec des personnes extérieures, afin de réduire au maximum le risque de contamination », explique le dirigeant. Il n’y aura d’ailleurs pas d’exception pour les journalistes : les interviews devront être menées par visioconférence. ASO a chargé l’opérateur Orange de lui fournir des lignes téléphoniques en conséquence. Pas question non plus de serrer des pognes viriles sur le podium. Le champion devra monter seul sur la plus haute marche, déjà vêtu du maillot. Exit aussi les filles, les élus et les partenaires en rang d’oignons pour la photo. ASO a d’ailleurs dû fournir aux services de l’Etat deux scenarii possibles de déroulement du Tour, en cas de regain de l’épidémie.

Christian Prudhomme est venue le 6 juillet en Charente-Maritime, date initiale à laquelle aurait dû se dérouler le Tour

S’il ne devrait a priori pas y avoir de contrôles spécifiques sur les bords de route, le public sera filtré à l’entrée des villages étapes. Objectif : ne pas dépasser la fameuse jauge des 5 000 spectateurs – en sachant que celle-ci comme les autres normes de distanciation sociale préconisées par l’Etat peuvent changer d’ici septembre. ASO a demandé à Orange de leur dégoter un dispositif de comptage spécifique avec des caméras, peut-être avec un système de portique. Une demande inédite pour l’opérateur, partenaire technique du Tour depuis les années 1960. Et ce n’est pas la seule.

Trente-huit antennes mobiles vont renforcer les 243 du réseau public en 4G, pour faire face à la demande en données mobiles générées par les spectateurs. Elles seront disposées essentiellement aux abords des plages, ainsi qu’au Château d’Oléron et à Saint-Martin de Ré.  Les 1Giga déployés vont également permettre de faire remonter au centre de contrôle toutes les données inhérentes à la course : classement, chronométrage, images d’arbitrage (en cas de chute ou de gêne entre coureurs par exemple), etc. Ils serviront également au bon fonctionnement du PC sécurité : ici sera centralisée toutes les images de la vidéosurveillance déployées sur le Tour par ASO, mais aussi celle de la gendarmerie, au sol et en aérien.

Henri Terreau est en charge depuis 24 ans de déployer le réseau téléphonie et internet d'Orange sur le Tour de France

Pour les médias, ASO et Orange vont monter deux salles de presse ponctuelles sur le site de départ et d’arrivée : six cent mètres de fibre vont être tirées à La Citadelle au Château d’Oléron, presque autant du côté de Saint-Martin-de Ré. Les techniciens du Tour ont dû adapter leur protocole aux spécificités des îles charentaises. « A gérer techniquement,  L’île de Ré, c’est un peu comme une étape de montagne finissant en cul-de-sac », s’amuse Henri Terreau, le directeur événementiel d’Orange (photo). La ligne d’arrivée à Saint-Martin de Ré leur a donné du fil à retordre. « Le site étant classé, on n’a pas eu l’autorisation de creuser pour enterrer les lignes. Du coup, on va acheminer des blocs de béton pour les mettre en aérien. La fibre passera dans les douves de la citadelle, remontera le long des remparts puis se répartira sur trois poteaux avant d’arriver au camion régie dans le champ des ânes », explique le directeur événementiel d’Orange.  L’équipe interviendra quinze jours avant l’épreuve.

Il s’agit de satisfaire en haut débit les 300 à 450 journalistes et les 47 agences de photos accrédités, sans oublier la centaine de cars-régies qui suit le Tour. Il faudra également alimenter en images les 99 chaines de télévision du monde entier pour une diffusion en direct. « Et encore, cette année elles seront moins nombreuses que l’an dernier à cause de la Covid-19. Le groupe australien SBS TV ne devrait pas participer et il reste des incertitudes concernant Eurosport », conclut Henri Terreau.

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Publié sur aqui.fr le 10/07/2020