Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Environnement | Landes: Ouverture du Centre de Biodiversité Jean Rostand à Pouydesseaux

A Poudesseaux dans les Landes, le centre de Biodiversité Jean Rostand accueille les visiteurs à compter du 17 juillet 2020

C'est un coin de verdure où coule une rivière... Ici c'est plus exactement un ruisseau, mais, abrité sous les pins, les chênes et autres châtaigners, l'impression de fraîcheur est la même. Ce 17 juillet à Pouydesseaux ouvre, ou plus exactement, ré-ouvre un coin de nature à la déjà longue histoire. Ecrin de biodversité entre lacs, forêt et ruisseau, le lieu avait été choisi par le biologiste Jean Rostand (fils d'Edmond) pour y effectuer, dans les années 60 et 70, une partie de ses recherches sur les batraciens. Le site s'est ensuite largement ouvert au public et aux scolaires pour des sorties nature. Les petits landais des années 70 et 80, devenus grands, s'en souviennent. Un temps abandonné, le Centre, désormais « Centre de Biodiversité Jean Rostand » s'apprête donc à vivre une nouvelle vie où la pédagogie ludique mêlée au plaisir de la pleine nature se veut reine. Avec pour sujet d'étude, la biodiversité et les écosystème du monde, le mot d'ordre est « apprendre et comprendre pour mieux protéger ». De quoi marquer de nouvelles générations de petits landais, et au-delà.

« C'est un site de 30 hectares tout à fait merveilleux ! Un endroit magnifique qui a une histoire... Mais on ne veut pas refaire ce qui a déjà été fait ici. On veut créer un accès pédagogique à la question majeure de la biodiversIté. Notre volonté n'est pas de traiter uniquement de la biodiversité locale, mais l'idée est que le visiteur se promène en apprenant sur la biodiversité mondiale ! » Cette présentation enjouée, c'est celle de l'ancien Ministre Alain Vidalies, président de l'association des Amis du Centre Jean Rostand, qui porte le projet du Centre de Biodiversité.

" Quels enfants allons-nous laisser à notre planète ? "
Quant à la promenade du visiteur, elle se fait sur un parcours de 3,5km cheminant au milieu de la forêt, autour des 3 lacs du site ou encore longeant le ruisseau qui les relie. Un parcours jalonné ça et là d'une douzaine de modules thématiques abordant différents sujets tels que les écosystèmes, les espèces ou des questions directement liées à la préservation de l'environnement et de la biodiversité. Ainsi par exemple, une installation présente les différentes espèces d'ours et donne à voir une réplique à taille réelle d'un Grizzly de Kodiak, un jardin en permaculture et agroforesterie fait jaillir de belles plantes et de beaux légumes qui pourront être cueillis par les visiteurs, sous un chêne majestueux, les forêts du monde se dévoilent, ailleurs c'est le cycle de l'eau, le développement durable, les mammifères marins, les insectes pollinisateurs ou encore les déchets plus vrais que nature...
Des modules toujours pensés dans une approche pédagogique et la plus ludique possible, puisque si le parc est ouvert à tous, une des cibles principales sera bel et bien la jeunesse et les scolaires. Et Alain Vidalies de citer Edgar Morin sur la raison d'être de ce centre: « Beaucoup se posent la question de savoir quelle planète nous allons laisser à nos enfants, mais une autre question devrait tous nous interpeller : quels enfants allons-nous laisser à notre planète ? »

Centre de biodiversité Jean Rostand module sur les espaces d'ours


Ecoconception et recyclage
Globalement pour Pierre Douay, le directeur du site, « le centre sera en évolution permanente. L'idée maîtresse de ce parc dans sa conception est de passer d'un monde de libre échange à un mode de juste échange, du jetable au durable et de la compétition à la coopération ». Côté durable, chaque module, tout comme l'ensemble des structures montées sur le parc (bancs, buvette, tables de pique-nique...), est fait selon les principes de l'écoconception et du recyclage. « Pour ces différents éléments, nous avons beaucoup utilisé des bois tombés lors des dernières tempêtes, des arbres morts trouvé sur place ou bien des matériaux de récupération glanés ça et là qui allaient finir aux ordures . Réduire notre impact environnemental dans nos propres constructions, c'est à la fois emblématique et symbolique de l'ensemble du projet », souligne le directeur.

Côté coopération, le Parc compte bien multiplier les partenariats avec les acteurs reconnus de la protection de l'environnement à l'image de l'UICN (Union Internationale de la Conservation de la Nature) ou National Geographic, des structures su monde de la recherche, mais aussi avec des acteurs locaux à limage de l'Ecole de Design de Mont-de-Marsan. Celle-ci a ainsi permis la participation d'étudiants de l'école sur la construction et l'illustration des différents modules, et plus particulièrement à la conception de la « la Chrysalide », le module dédié à l'éco-conception et au bio-mimétisme. « Conçu comme un cocon, grâce à sa végétalisation avec du chèvre-feuille et du jasmin, il évoluera dans le temps », se ravit Pierre Douay. « Les étudiants se sont tellement impliqués dans le projet du Centre de Biodiversité qu'une fois leur stage de 6 semaines achevés sur le site, beaucoup d'entre eux sont devenus adhérents à l'association pour continuer à aider les bénévoles à préparer l'ouverture », ajoute-t-il enthousiaste.

Les modules et structures sont construit selon les logiques d'écoconception et de recyclage

" Un lieu de vie pour le territoire "
Mais au-delà de l'ouverture et des derniers préparatifs du lancement, Pierre Douay, par ailleurs photographe animalier aux quatre coins du monde, fourmille d'idées pour le développement du site. « Au delà de sa dimension pédagogique, je veux aussi faire de ce lieu un endroit pour les artistes, avec des rendez-vous avec des peintres, des photographes, des troupes de théâtre... Le site est magique, il nourrit forcément la créativité. Il faut que ce soit un lieu culturel, un lieu de vie important pour le territoire. Dans ce sens j'ai aussi l'idée de créer un festival de Land Art sur le site ». Pour la première année ce sont 250 photos du directeur photographe baroudeur qui sont exposées sur le site. Tous les continents et les milieux naturels y sont représentés ainsi que plus de 150 espèces animales.
Autre projet de belle ambition : inviter la réalité virtuelle à la visite, grâce à une trentaine de casque de réalité virtuelle « sans doute pour avril 2021 » avance-t-il déjà. Si les projets sont beaux et ambitieux, pour Pierre Douay comme pour l'ensemble membres de l'association qui porte ce projet, « le plus beau des modules pédagogiques, c'est le parc lui-même », et on ne peut qu’acquiescer.

L'équipe du Centre de Biodiversité Jean Rostand

Site internet : www.centredebiodiversite.com
Tarif : 10 € adultes
5€ enfants -12 ans / Etudiant

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 17/07/2020