Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Les Vacances pour Tous de la Ville de Poitiers

Une farandole d'enfants

Durant le mois d’août 2020, la Ville de Poitiers avec le Secours Populaire Français permet à des milliers d’enfants de partir une journée ou quelques jours tout en assurant les conditions sanitaires actuellement en vigueur. La Ville s’appuie sur le Secours Populaire Français qui bénéficie d’une expérience et expertise depuis de nombreuses années dans ce dispositif. Au travers de cette opération, la Ville soutient les acteurs du secteur de l’éducation populaire. Petit tour d’horizon des différents types de séjours proposés.

Du 10 au 14 août, les enfants de 9 à 12 ans peuvent participer au séjour « Même pas cap » dans les Deux-Sèvres. Ce voyage proposé par l’association Bêta-Pi est basé sur un défi : reproduire des produits du quotidien comme des savons, des balles rebondissantes...La semaine sera également rythmée par des jeux, des veillées et des temps libres.

Du 17 au 21 août, l’association Bêta-Pi propose également aux jeunes de 9 à 12 ans un séjour autour de la science. « Cap sur l’Espace » sera l’occasion pour les enfants de fabriquer des fusées mais aussi de scruter le ciel à l’oeil nu ou au travers d’un télescope.

Les ados pourront, également, découvrir les Deux-Sèvres grâce à l’association Cavale et ces séjours sous-tente, équestre, multi-activités ou encore la mer sur l’Ile de Ré.

Afin de faciliter tout cela, la Ville de Poitiers prend en charge 350 euros/enfant pour les séjours de 5 à 7 jours et à hauteur de 15 euros/enfant pour les escapades d’une journée. En effet, la nouvelle municipalité souhaite engager un grand plan municipal dédié aux vacances pour tous, en développant notamment les lieux d’accueil dans Grand Poitiers mais aussi en dehors de la Communauté Urbaine et proposer un catalogue de voyages collectifs municipaux, le tout à des tarifs préférentiels.

Julie Alleau
Julie Alleau

Crédit Photo : Alain Bachellier

Publié sur aqui.fr le 09/08/2020