Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Edito | Cette rentrée 2020 entre crise sanitaire et économie d'après

La rentrée: Quelle rentrée? Encore une semaine à entretenir une manière de doute, en montrant les cartes où le rouge a vigoureusement coloré toute la France du sud ouest et de l'ouest, la nôtre en quelque sorte, celle de Nouvelle-Aquitaine qui avec ses quelques 700 kilomètres de façade maritime a accueilli une France urbaine désireuse de respirer pour oublier cet interminable confinement... en attendant le prochain qui sera à géométrie variable, pour tenter d'amoindrir l'impact de la crise économique et sociale qui s'annonce...Et sera terrible. Le gouvernement a semblé vouloir prendre les devants en annonçant qu'il allait présenter son plan de relance, ces prochains jours, mais a renoncé ce qui donne à penser que la priorité affichée de cette rentrée sera bien la préparation de l'opinion à une nouvelle épreuve, face à la relance de l'épidémie du covid. L'économie attendra. Mais, d'ores et déjà, soyons certains qu'il ne suffira pas de faire se succéder les milliards aux milliards pour calmer le jeu et donner confiance au pays. Le défi s'annonce, en effet, colossal.

 

Mettre le paquet pour sauver l'emploi où cela est possible... Certes, mais aussi et surtout ne pas déséspérer une génération qui frappe à sa porte, en soutenant, en coordination étroite avec les collectivités locales, Régions et Départements, l'apprentissage et la formation, singulièrement dans les secteurs dont l'activité est au cœur de l'économie de demain. Ceux, aussi, dont la dimension stratégique a notamment été soulignée de façon cuisante pour des responsables politiques qui ont fermé les yeux, à moins qu'ils n'aient encouragé le renoncement dans une imbrication des intérêts, à assurer une indépendance nationale suffisante.

Le choc du Covid l'a souligné pour tout ce qui touche à la santé mais, d'une certaine façon aussi, à l'alimentation. Et là ...miracle ou presque : le pouvoir a magnifié les initiatives de ces TPE - PME et leur capacité de réaction ou encensé ces agriculteurs, producteurs locaux, capables en un rien de temps de mettre en place des points de rencontre ou des circuits de distribution inédits. La France inventive et qui bouge et dont le profil n'est pas réductible à la start up fortement aidée mais sait, elle-aussi, faire vivre et animer un réseau … le numérique aidant.

Mettre le paquet pour accompagner une France d'après qui doit construire autrement en économisant l'énergie, aménager des villes bienveillantes et résistantes à l'emballement climatique, rétablir l'équité entre le soutien au monde rural, aux communes qui demeurent le tissu social de base si précieux, et celui des villes plus favorisées. Et, ceci, au moment où la tentation de l'exode urbain effleure nombre de jeunes, encourager l'installation en agriculture, en commençant par accoucher d'un renforcement d'une loi foncière qui protège le potentiel des terres à forte valeur agronomique du fric des fonds de pension et d'une urbanisation incontrôlée, à la périphérie des villes .

Oui, en cette rentrée plus que difficile parce que bousculant les raisonnements et solutions classiques pour relancer l'économie, l'occasion se présente d'orienter l'investissement vers les secteurs « stratégiques » essentiels à la vie collective. Et ceci, sans oublier, dans une France dont la démographie vacille, le formidable gisement de la « silver économie », cette source d'emplois d'aide à domicile dont nous allons manquer, alors que la crise sanitaire vient de mettre en évidence leur absolue nécessité, dans une réponse sociale alternative aux maisons de retraite et autres Ehpad.

 

 

Joël Aubert
Joël Aubert

Crédit Photo :

Publié sur aqui.fr le 23/08/2020