Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Sénatoriales : Yves d'Amécourt présente sa liste « A l'écoute des forces vives de nos territoires »

Yves d'Amécourt a tenu une conférence de presse à Bouliac ce mercredi 02 septembre

Aux années exceptionnelles, une campagne électorale elle aussi exceptionnelle. L’épidémie de coronavirus ayant provoqué le report des élections municipales, l’annonce de la liste des grands électeurs, élus le 10 juillet, a elle aussi été décalée. Pour cette campagne plus courte qu’à l’accoutumée, Yves d’Amécourt, ancien Maire de Sauveterre-de-Guyenne, élu local depuis plus de 15 ans, estime que « jamais le jeu n’a été aussi ouvert » et compte bien tirer son épingle du jeu.

Il voulait une liste d’union de la droite et du centre pour ces élections sénatoriales. Faute d’accord avec les sénatrices sortantes Nathalie Delattre (Mouvement Radical/UDI) et Florence Lassarade (LR) « parce que personne ne voulait être numéro 3 », Yves d’Amécourt a composé sa propre liste « profondément gaulliste », soutenue par le Mouvement de la Ruralité, le Parti Chrétien Démocrate, le Nouveau Centre et le Rassemblement du Peuple Français (RPF). Le Covid-19 chamboule la campagne des sénatoriales mais l’ex élu de l’Entre Deux Mers relativise. « Les grands électeurs ont été nommés plus tard que prévu et nous n’aurons pas le temps d’ici le 27 septembre d’aller à la rencontre de toutes les communes afin de minimiser les risques de contamination, mais j’entends échanger avec tous les grands électeurs girondins grâce à des réunions en visioconférence ».

L’élu local, qui avait fait le choix de ne pas se représenter aux Municipales dans son fief – Sauveterre de Guyenne – pour se concentrer pleinement sur les sénatoriales, voit ce scrutin comme une suite logique de son parcours en politique. « Cette élection est une étape de plus, presque une consécration quand vous êtes élu local depuis de nombreuses années, affirme Yves d’Amécourt. Avec la sénatrice sortante Harribey (PS) je pense être le seul candidat girondin à connaître les collectivités locales dans leur ensemble et je veux apporter cette expérience au Sénat. Certains préfèrent sacrifier leur mandat parlementaire pour se concentrer sur le local, je choisis l’inverse ».
 

« Je veux une décentralisation efficace »

Yves d’Amécourt a choisi de représenter les « forces vives des territoires », comme l’illustrent ses sept colistiers, à l’image de Pascale Québec (quatrième), Maire de Bossugan, plus petite commune de Gironde en nombre d’habitants (35) ; Pascal Bérillon (troisième), élu de l’agglo Bassin d’Arcachon Sud (COBAS), responsable RSE au Groupe La Poste et défenseur des services publics en milieu rural, ou encore Eddie Puyjalon (septième), conseiller régional et Président du Mouvement de la Ruralité. Un point commun unit les colistiers « A l’écoute des forces vives des territoires » : la mise en valeur du monde rural et la défense des politiques locales. « Ma mère faisait partie de l’équipe municipale d’Yves d’Amécourt pour son premier mandat à Sauveterre, raconte Pascale Québec. En tant que Maire de Bossugan, je représente les invisibles, les petits, ceux qu’on ne voit pas mais qui sont bien là ».

Parmi les dossiers auxquels aimerait s’attaquer Yves d’Amécourt au Sénat en cas d’élection, le projet de loi « 3D » (Décentralisation, Différenciation et Déconcentration). « En tant qu’élu local d’expérience, je veux pouvoir apporter mon grain de sel à cette loi. Je prône une décentralisation efficace, pas décentraliser pour décentraliser. Il y a des domaines où l’État fait mieux que les collectivités et inversement. Par exemple les allocations de solidarité (RSA, ASA…) devraient être gérées par l’État et non les Départements ». Autre cheval de bataille du candidat d’Amécourt : le refus de la métropolisation. « Pour éviter d’avoir des zones trop attractives et donc inaccessibles en termes de logement, il faut s’appuyer sur les villes moyennes, affirme l’élu local. C’est le modèle allemand, mais il est également mis en place en Vendée, Mayenne ou encore le Cantal. C’est aussi un bon moyen de lutter contre le chômage en milieu rural : les trois départements que je viens de citer connaissent le plein emploi. Nous avons besoin de zones d’activités dans nos campagnes pour créer et y pérenniser des emplois ». Conscient que tout ne se fera pas en six ans, Yves d’Amécourt compte bien être élu au Sénat le 27 septembre prochain pour entamer ce nouveau virage dans sa carrière politique.

 

La liste « A l’écoute des forces vives des territoires » :

 

La liste d'Yves d'Amécourt pour les élections sénatorialesUne partie des colistiers d'Yves d'Amécourt pour les élections sénatoriales ©YD

 

1- Yves d’Amécourt : Maire de Sauveterre-de-Guyenne (2008-2020), président de la communauté de communes Rurales de l’Entre Deux Mers (2008-2020), conseiller régional de Nouvelle Aquitaine (depuis 2015), conseiller départemental de la Gironde (2004-2015).

2- Viviane Chaine-Ribeiro : Cheffe d'entreprise. Conseillère municipale déléguée au logement depuis 2020 à Lacanau, Présidente de la Fédération nationale des Très Petites Entreprises (FTPE), co-présidente de la Commission Europe et International du MEDEF (depuis 2018) et Présidente d’Action Logement Immobilier (2017 à 2019).

3- Pascal Bérillon : conseiller municipal délégué au développement durable, à l’environnement et à la prévention écologique depuis 2020 à La Teste de Buch. Vice-Président de la Communauté d’agglomération Bassin d’Arcachon Sud.

4- Pascale Québec : Maire de Bossugan (depuis 2008), cheffe d’équipe dans les travaux viticoles.

5- Dr Pierre Giraud : chirurgien orthopédiste dans la métropole bordelaise, élu à la Mairie de Bruges entre 1995 et 2012 notamment en tant qu’adjoint à l’action sociale.

6- Me Stéphanie Tambo : avocate au barreau de Libourne (Absente sur la photo)

7- Eddie Puyjalon : conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine, président du Mouvement de la ruralité, viticulteur.

8- Agnès Befve-Nédélec : professeure de biotechnologie, conseillère municipale déléguée aux écoles à Talence (2008-2020), vice-présidente du Parti Chrétien Démocrate 33.

Yoan Denéchau
Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Publié sur aqui.fr le 03/09/2020