Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Economie | Bordeaux : Alogia lève 3 millions d’euros pour le mieux vieillir en France

1

La société bordelaise Alogia vient de boucler un deuxième tour de table. Après la levée de 2018 auprès du fonds Capextens, qui s’est depuis retiré du capital, Alogia a séduit deux investisseurs privés – Stéphane de Laforcade et Olivier Delouis – pour une opération s’élevant à 3 millions d’euros. Ces fonds sont destinés à consolider la présence d’Alogia au niveau national et à entamer l’internationalisation de l’entreprise, qui prône la prévention pour le mieux vieillir.

« Le vieillissement est un enjeu sociétal majeur du XXIème siècle ». Par ces mots, Alexandre Petit, Président d’Alogia Groupe, résume l’engagement de son entreprise au service du mieux vieillir. La société déploie des solutions de prévention santé pour l’habitat auprès de professionnels, notamment des bailleurs sociaux. Au-delà de ses 30 salariés, Alogia rassemble trois cents ergothérapeutes libéraux, animés par un seul objectif : le bon vieillissement de la population. « En France, nous réagissons toujours trop tard, raconte Thomas Chargé, Directeur Santé d’Alogia et ergothérapeute. Quand une personne âgée chute, elle est hospitalisée et la question du maintien à domicile se pose rapidement. Alogia veut inverser le schéma : prévenir la chute et éviter de se poser ces questions ».

La profession d’ergothérapeute est méconnue, malgré son importance majeure dans une société en plein ‘papy boom’. « En bref, le métier d’ergothérapeute est d’adapter l’habitat d’une personne âgée à ses difficultés », reprend Thomas Chargé. L’entrepreneur cite l’exemple d’une personne, monsieur F. « Il manque un œil à ce monsieur, il a des problèmes rénaux et des troubles de l’équilibre, raconte le Directeur Santé d’Alogia. Sa salle de bain, équipée d’une baignoire, est inadaptée à sa situation et son logement est encombré et humide ». Monsieur F ne disposait pas de plan d’aide humaine, « faute d’informations », glisse Thomas Chargé. Alogia a donc monté un dossier d’aide, permettant à des aidants professionnel de prendre en charge monsieur F et ainsi soulager sa famille. « Nous avons ensuite effectué une évaluation de sa salle de bain, dossier que nous avons transmis au bailleur social pour remplacer la baignoire par une douche à l’italienne ».

50 emplois créés d’ici 2021

Avec cette levée de fonds de 3 millions d’euros, Alogia voit deux nouveaux investisseurs entrer à son capital : Stéphane de Laforcade et Olivier Delouis. « Nous voulions des personnes physiques, beaucoup de monde dit cela, mais il fallait des personnes qui voulaient s’investir humainement dans le projet », affirme Alexandre Petit. Ainsi, les deux investisseurs sont devenus Vice-présidents d’Alogia. La société vise maintenant le leadership du marché français, « sans véritable acteur national, très explosé », précise le PDG et annonce un objectif de 30 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022 – sans pour autant préciser son chiffre d’affaires actuel – mais aussi le recrutement de 50 personnes d’ici 2021.

Après six ans d’existence, la levée de fonds n’était pas inévitable pour Alogia, plutôt nécessaire. « Pour diriger le marché français et s’attaquer à l’international, il faut se donner les moyens », affirme Alexandre Petit. « Nous avons encore énormément de choses à faire pour aider au mieux vieillir », ajoute Thomas Chargé. Alogia vient de reprendre deux acteurs de la Silver Économie – l’économie des séniors – et avoue avoir signé un partenariat avec une entreprise du CAC40, dont elle dévoilera les noms dans les semaines qui viennent.

Yoan Denéchau
Yoan Denéchau

Crédit Photo : YD

Publié sur aqui.fr le 21/09/2020