Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Sénatoriales dans les Deux-Sèvres : dix noms pour deux places

Sénatoriales

Les élections sénatoriales du 27 septembre prochain ne se font pas partout avec les mêmes enjeux. Dans les Deux-Sèvres, pas énormément de surprises pour un casting 2020 qui compte dix binômes, soit autant qu'en 2014. Ils devront convaincre 1079 grands électeurs, et on peut dire que la droite est plus présente qu'ailleurs. Deux places sont visées (dans un scrutin majoritaire à deux tours, donc). On fait le point sur les têtes d'affiche et leurs antécédents politiques.

Dans les Deux-Sèvres, le casting a un peu changé mais ces sénatoriales comptent toujours dix candidats pour deux postes. Neuf d'entre eux se sont affrontés lors d'un "grand oral" le 11 septembre dernier à Aigondigné. Avant de dévoiler le casting des partants, soulignons que le sénateur Jean-Marie Morisset (LR), élu depuis cinq ans et ancien député (de 1993 à 2012), sort du jeu. Au total, quatre candidats déjà présents au scrutin de 2014 ont choisi de se représenter. C'est le cas du sortant Philippe Moullier (LR), ancien maire de Moncoutant (2008-2017), qui avait recueilli 68,2% des voix au second tour des sénatoriales en 2014. Toujours à droite, la candidature surprise viendrait plutôt de Gilbert Favreau, 71 ans, président du Conseil départemental des Deux-Sèvres. Le souhait de LR de se maintenir était passé, début septembre, par la possibilité d'un ticket commun entre Gilbert Favreau et Philippe Moullier. Les deux auront à leurs côtés Marie Pierre Missioux, maire de Cherveux et Sylvie Brunet, maire de Celles-sur-Belle.

À l'extrémité de l'échiquier, le bleu est présent mais pas le rouge. Cyril Giraud, détective privé de 47 ans, est candidat sans étiquette après s'être présenté aux sénatoriales sous l'étiquette Rassemblement National et sous celle du SIEL (Souveraineté, identité Et libertés) aux législatives de 2017. Les candidats officiels du Rassemblement National s'appellent Arnaud Humbert, qui a pris la tête de la section départementale au début de l'année 2019, et la conseillère régionale Lucie Chaumeron.

Côté gauche, la socialiste Nathalie Lanzi, vice-présidente de la région Nouvelle-Aquitaine et première secrétaire fédérale, retente le coup après un échec d'une courte tête (28 voix) en 2014 aux côtés de Pascal Bironneau (maire de Saint-Loup-Lamairé). Rodolphe Challet, conseiller départemental (divers gauche) et agent immobilier de 47 ans, exclu du PS après son soutien au maire de Niort Jérôme Baloge (Mouvement Radical), souhaite siéger "dans le groupe des non-inscrits" avec l'avocate et batonnière départementale Anne-Laure Bouin. Nicolas Gamache, 46 ans et géographe de formation et Virginie Léonard, conseillère municipale de Coulon, sont la présence verte du casting. Également conseiller régional et maire de la commune des Châteliers, le titulaire et sa suppléante espèrent, tout comme en Gironde, surfer sur la "vague" des municipales. 

En décalant un peu vers le centre, Xavier Argenton (UDI), ancien maire de Parthenay, est le dernier nom déjà candidat aux sénatoriales en 2014 (après Cyril Giraud, Philippe Moullier et Nathalie Lanzi). Il est actuellement conseiller régional -mandat qui prendra fin s'il est élu sénateur aux côtés d'Iréna Bardinet, conseillère municipale d'Échiré - et ancien président de la communauté des communes de Parthenay (de 2001 à 2020). En Marche a aussi choisi sa candidate, la même qu'aux législatives de 2017. Il s'agit de Christine Heintz, 59 ans, principale de collège et deuxième adjointe au maire de Salles, qui se présente aux côtés de Thierry Déchereux, maire de Brion-près-Thouet. L'ancien référent départemental du parti présidentiel (par intérim, suite à quelques remous internes), Rachid Khouifi, premier à se déclarer officiellement candidat, avait renoncé en juillet. La seule candidate sans étiquette est une journaliste : il s'agit de Cécilia Rochefort, qui n'a actuellement aucun mandat. Elle part avec Bruno Herbout, conseiller municipal de Melle.

Romain Béteille
Romain Béteille

Crédit Photo : Sénat.fr

Publié sur aqui.fr le 24/09/2020