Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Quatre navettes électriques et gratuites en circulation à Limoges

1

Les voyageurs s’étaient habitués durant quatre mois à emprunter gratuitement les navettes électriques pour relier les sites emblématiques de l’hyper centre limougeaud. Face à l’engouement, Limoges Métropole remet en service ses quatre navettes.

L’expérimentation a prouvé sa pertinence, avec 15 000 voyages effectués, l’an dernier durant les fêtes de Noël et au cours des soldes de janvier. La circulation des navettes électriques a repris aujourd’hui à 14h30 dans l’hyper centre de Limoges. Ce service gratuit, mis en place par Limoges Métropole, est donc reconduit avec quatre minibus de la marque Bluebus Bolloré, en complément des lignes régulières de bus, qui restent payantes. Silencieux, écologiques et pratiques pour faciliter les déplacements des habitants, ces bus sont entièrement financés par la Communauté urbaine, ce qui représente un coût annuel de 470.000 euros hors taxes. Fort de l’expérimentation durant quatre mois, les élus ont choisi d’étendre le périmètre desservi en reliant les principaux sites stratégiques de l’hyper centre, à savoir les parking Jourdan, Churchill et Roosevelt) et principales places (Denis Dussoubs, Wilson de la République, Jourdan, Saint-Pierre, d’Aine) aux rues piétonnes afin de rapprocher les usagers des commerces.

Facteur d’attractivité commerciale et touristique

L’itinéraire a été optimisé en conservant les secteurs attractifs lors de la phase de l’expérimentation tout en ajoutant de nouveaux notamment une desserte du quartier de la cathédrale, de l’Hôtel de Ville et de la Place de la Motte. En plus des arrêts de bus existants ou créés pour ces trajets, les voyageurs auront toujours la possibilité de faire signe au conducteur lorsqu’ils veulent monter ou descendre sur six zones réservées à cet effet, par exemple, les rues Haute-Vienne, Darnet, Othon-Péconnet, des Combes ou la Place de la République. Des ajustements d’itinéraires ou d’arrêts pourront être réalisés en fonction de l’usage des navettes.

Le voyage inaugural s’est déroulé aujourd’hui à midi et, malgré un départ sous des trombes d’eau, les élus et invités ont apprécié le confort et le silence de ce moyen de transport très pratique et respectueux de l’environnement. « Le coût est de 470.000 € HT dont 200.000 € HT pour la location des navettes mais nous pourrions dans les mois ou années qui viennent nous poser la question de l’achat de ces véhicules a précisé Guillaume Guérin, Président de Limoges Métropole, l’amortissement serait possible en quatre ans si on pérennise totalement ce service. C’est un atout pour l’attractivité des commerces du centre-ville et pour l’accueil des touristes, quel que soit leur âge. Cette opération a été unanimement saluée par les commerçants. Tout ce qui peut permettre d’amener le chaland à l‘entrée du pas de porte commercial est un plus. Les exécutifs municipaux et communautaires sont aussi là pour faire en sorte que l’attractivité du centre-vile se pérennise et s’amplifie. »

Si le succès venait à nouveau à se confirmer, il n’exclut pas d’augmenter le nombre de navettes en circulation. « Nous aurons cette discussion entre nous, le vice-président aux transports et à la mobilité Jean-Marie Lagedamont aura à mener des réunions de concertation sur le sujet.» Les navettes peuvent accueillir 22 voyageurs et elles sont toutes accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur les arrêts avec accessibilité.

« Les tests effectués fin 2019 et début 2020 ont été positifs au niveau de la fréquentation et du retour notamment des commerçants qui étaient très demandeurs ajoute Jean-Marie Lagedamont, président de la Société des Transports en Commun de Limoges Métropole, les navettes sont donc pérennisées du mardi au samedi de 10 h à 19 h sans interruption et les dimanches et jours fériés des fêtes de Noël. » La fréquence de passages entre deux navettes est actuellement de quinze minutes. Un bilan du service est prévu dans six mois et une première analyse attendue après les fêtes de fin d’année.

Corinne Mérigaud
Corinne Mérigaud

Crédit Photo : 4111111111111111

Publié sur aqui.fr le 02/10/2020