Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | L'inspecteur d'académie et le préfet dressent un bilan rassurant de la rentrée en Dordogne

1

Ce mercredi 7 octobre l'inspecteur académique, Jacques Caillaut et le préfet de la Dordogne, Frédéric Périssat, ont fait leur traditionnelle conférence de presse pour faire un bilan sur la rentrée. Ils ont donné quelques chiffres pour dresser un état des lieux. Ils ont déclaré que sur le plan sanitaire, la rentrée dans les établissements scolaires pouvait être considérée comme réussie dans le département. Aucune classe n'est fermée dans le département. On observe une forte progression de l'instruction en famille.

 Il y a un mois, près de 60 000 jeunes périgourdins effectuaient leur rentrée scolaire dans un contexte sanitaire inédit et un protocole sanitaire allégé, notamment pour permettre un retour en classe le plus proche possible de la normalité. Ce mercredi 7 octobre, Frédéric Périssat et Jacques Caillaut, directeur  académique des services départementaux de l’Éducation nationale faisaient devant la presse le bilan de cette rentrée, qu'ils considèrent réussie. Ils sont naturellement revenus sur la crise sanitaire : "Une quinzaine de cas de coronavirus ou considérés comme suspects sont recensés en moyenne chaque semaine, essentiellement parmi les élèves. Il y a un peu plus de cas dans le second degré. La circulation du virus demeure active dans le département, a précisé le Préfet. Aucune  classe n'est fermée à ce jour et aucun foyer au sein d'une école, d'un collège ou d'un lycée n'a été détecté. Le protocole sanitaire en vigueur prévoit une fermeture de classe provisoire à partir de trois cas dans une même classe.  C'est le représentant de l'Etat qui prend la décision. Frédéric Périssat tient a rappeler aux parents le port du masque obligatoire quand ils viennent chercher leur enfant à l'école.
Du côté des apprentissages, le contexte sanitaire et la période de classe à la maison semblent avoir laissé des traces. Actuellement, les évaluations nationales, de CP, de 6e et de Seconde se terminent. Les enseignants relèvent  des lacunes, en mathématique notamment. Un constat reconnu par Jacques Caillaut "malgré les efforts qui ont été faits, par les familles notamment, et pour les  élèves les plus fragilisés ou qui n'ont pas repris le chemin de la classe pendant plusieurs semaines. Il annonce que le dispositif "école ouverte"  est reconduit pendant les vacances de la Toussaint, sur la base du volontariat des enseignants et des établissements, pour les élèves les plus en difficulté. 

Des masque transparents

Jacques Caillaut a tenu à préciser  que des masques transparents devraient arriver d'ici une quinzaine de jours : ils sont destinés en priorité aux élèves malentendants et à leurs enseignants. Les professeurs de langue pourraient en disposer.  Dans le département, 160 élèves malentendants sont scolarisés. L'inspecteur académique est aussi revenu sur la scolarisation des enfants en situation de handicap : ils sont un peu moins de 1100 pour 720 assistants d'éducation (AESH) en précisant l'effort de ses services sur cette problématique. Deux classe Ulis, Unité localisée pour l'inclusion scolaire en colllège, ont ouvert cette rentrée à Anne Franck Périgueux et au Bugue, et l'ulis lycée de Maine de Biran a été confortée. Deux ouvertures d'Ulis sont prévues à la rentrée de septembre, en lycées professionnels à Thiviers et à Périgueux. 

Augmentation de l'instruction en famille

A partir de la rentrée de septembre, l'instruction des enfants devra se faire uniquement à l'école et non plus en familles, sauf pour raison de santé de l'élève, selon les annonces récentes du Président de la République. En Dordogne, un peu de moins de 300 enfants sont concernés par l'école à la maison, soit 0,4 % des élèves, chiffre un peu en deça de la moyenne nationale. "On observe en cette rentrée une progression de 75 %, cette hausse semble en premier lieu concerner des jeunes en petite ou moyenne section de maternelle. Avec l'école obligatoire dès 3 ans, certains parents préfèrent garder leurs enfants chez eux. Une analyse plus fine devrait être faite sur les raisons de cette progression dans le courant de l'année pour préparer au mieux la prochaine rentrée

 

Claude-Hélène Yvard
Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : 4111111111111111

Publié sur aqui.fr le 07/10/2020