Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Surf, Toussaint, et escapade en Espagne: le point sur le confinement dans les Pyrénées-Atlantiques

1

Outre la menace sanitaire, la journée d'hier a encore témoigné de la réalité du risque terroriste en ces jours de célébration de la Toussaint par une partie de la population française. Une « double menace » qu'a tenu à évoquer Eric Spitz, préfet du Département des Pyrénées-Atlantiques face à la presse en ce premier jour de confinement – acte 2. L'occasion de revenir sur la situation sanitaire du département, sur les mesures gouvernementales mises en oeuvre et leur adaptation au niveau local, ainsi que sur les forces de sécurité déployées sur le territoire du 31 octobre au 1er novembre.

« Le président de la République a pris la décision de réduire au plus strict minimum les contacts à partir du constat que l'épidémie devenait hors de contrôle dans toute la France ». C'est avec gravité que le Préfet Eric Spitz a démarré son audio-conférence de presse. Il faut dire que les chiffres du département, toujours dans le sens de l'aggravation de sa situation sanitaire, n'ont rien de léger. « Le taux d'incidence dans le département est de 426, on était à 80-90 pour 100 000, il y a un mois. Et il continue de progresser extrêmement rapidement : 990 personnes ont été détectées Covid + sur la seule journée d'hier dans notre département. Ce taux est à 211 chez les plus de 65 ans, or au delà de 50 c'est préoccupant. » Actuellement 83 personnes sont hospitalisées, dont 34 à Pau, 28 à Bayonne ou encore 7 à Oloron. Parmi elles 8 sont en réanimation au Pays basque et 4 à Pau. Quant aux clusters, ils sont au nombre de 54, dont 13 en EHPAD, et 12 au sein de structures sportives, « essentiellement des clubs de rugby mais pas uniquement », détaille Eric Spitz. Une dizaine de cluster également est recensée dans des administrations ou des entreprises.

Accès à la plage autorisé, mais limité au kilomètre

Bien sûr dans les Pyrénées-Atlantiques comme ailleurs, suivant la volonté présidentielle de « trouver un équilibre entre préservation de la santé et de la situation économique », les écoles, de la crèche au lycée, sont ouvertes et les services publics en présentiel sont maintenus, avec notamment signale le préfet « un accueil en préfecture qui se poursuit, ainsi que le service des étrangers ». Enfin, l'activité se poursuit dans toutes les entreprises et administrations sauf pour les commerces fermés administrativement, avec une réévaluation régulière en fonction de l'évolution de la situation a-t-il rappelé. La règle est évidemment la même qu'au niveau national concernant les déplacements qui peuvent être autorisés soit par une attestation employeurs, soit par une attestation pour les déplacements liés à la scolarité des enfants (qui doit être pré-remplie par les parents et tamponnée par l'école) ou bien encore par l'attestation de déplacements dérogatoires ponctuels.

Comme lors du premier confinement, il reste possible d'exercer une activité physique pour une durée maximale d'une heure, à moins d'un kilomètre de chez soi, et dans cette limite, les parcs, jardins, et pland d'eau resteront accessibles. Quant à l'accès aux plages, il sera lui aussi autorisé. Une décision actée après concertation avec les 7 communes littorales du département. « Pour l'instant, elles restent ouvertes mais il faut pour s'y promener, habiter à moins d'un kilomètre de la plage », rappelle le Préfet, soulignant par ailleurs que les activités nautiques sont interdites, surf compris a-t-il insisté. Ce qui ne sera pas sans faire grincer quelques dents du côté occidental du département en ce week-end annoncé ensoleillé...

Fugues espagnoles, fortement déconseillées
S'inscrivant dans la ligne de « souplesse » du Gouvernement, sur ce premier week-end rimant avec retour de vacances de la Toussaint, Eric Spitz confirme son inclinaison « jusqu'à dimanche soir, à s'inscrire plutôt une action de pédagogie, sauf envers ceux qui violeraient effrontément le décret ». Par ailleurs dans l'optique que la Toussaint se déroule « à peu près normalement », les cimetières resteront ouverts ainsi que les fleuristes, mais uniquement sur ce premier week-end.
Enfin, en anticipation des éventuels tentations d'exotisme et de fugues espagnoles pour le week-end, Eric Spitz déconseille fortement de passer la frontière, excepté pour les travailleurs trans-frontaliers. « Les frontières internes à l'Union européenne restent ouvertes mais les français en Espagne doivent se soumettre au droit espagnol. Or en Espagne, les habitants ne peuvent pas circuler en dehors de leur propre cité. »

Priorité à la lutte contre le terrorisme
Mais au-delà de veiller au bon respect du confinement, le week-end offre une autre source d'attention pour le Préfet du Département en matière d'ordre public. « Nous avons tous été très marqués par l'attentat d'hier, on ne peut pas traiter du sujet du confinement comme si cela n'avait pas eu lieu. », commente Eric Spitz. Afin d'assurer la sécurité dans la lutte contre le terrorisme, le département verra le déploiement de 500 policiers et gendarmes sur le territoire ce week-end, y compris le lundi, dont un renfort de 50 réservistes de la gendarmerie. Ce dispositif veillera à la sécurisation des lieux de culte samedi et dimanche et et à celle des écoles lundi. « Je donne clairement la priorité à la sécurisation des lieux de culte et à la prévention du terrorisme. »

« Dans ce moment coincé entre la menace terroriste et sanitaire, il faut avoir un comportement écopatriote » Et de patience aussi « il faudra au minimum 2 semaines pour évaluer si le confinement a un impact sur la courbe d'incidence », conclue Eric Spitz.

Le point sur la continuité des services publics à Pau

Le Guichet unique à la Mairie et les Maisons du citoyen sont ouverts tout comme les crèches et les services du CCAS. La collecte des déchets (collecte des ordures ménagères et du tri sélectif, ramassage du bac marron) et l’accueil dans les déchetteries restent assurés normalement.

Les piscines sont fermées au grand public à partir du 30/10. Exceptions à cette fermeture : les publics prioritaires, scolaires notamment, dont les conditions seront précisées ultérieurement. Les sportifs de haut-niveau peuvent quant à eux accéder aux équipements sur autorisation préalable. Le Stade d’eaux vives est quant à lui  fermé au grand public.

Côté culture, le Conservatoire et les médiathèques du réseau sont fermés, cependant, des services, tels que le «Click and collect » ou le portage à domicile, pourront rapidement être proposés par les médiathèques.

L'Office de tourisme est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 17h.

Les parkings restent ouverts. Le Funiculaire fonctionnera et fermera tous les jours à 20h30 avec une ouverture à 6h45 le matin du lundi au samedi, et à 13h45 le dimanche.

Les marchés de plein vent sont ouverts uniquement pour les métiers de bouche. Les forains vendant des produits autres qu’alimentaires ne sont pas autorisés.

Concernant plus particulièrement les Halles de Pau : Les jauges restent inchangées à savoir 750 personnes en simultané lorsque le carreau est ouvert et 425 personnes en simultané quand il est fermé. Les horaires d’ouverture sont maintenues. Mais les espaces de dégustations sont fermés  sur le site des Halles. De même aucune dégustationpossible sur les comptoirs. La vente à emporter est autorisée et le service des livraisons est relancé. Les ventes de fleurs et de plants sont autorisées sur le carreau jusqu'à dimanche inclus Et le carreau reste inchangé dans sa composition et son fonctionnement pour le moment. Enfin, les rassemblements et les animations prévus dans le carreau comme dans les Halles sont évidemment annulées jusqu'à nouvel ordre.

Solène Méric
Solène Méric

Crédit Photo : DR

Publié sur aqui.fr le 30/10/2020