Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | La Région attend le feu vert de l’État pour les travaux de la ligne Limoges-Angoulême

1

Le comité de lignes TER concernant les lignes Limoges-Poitiers, Limoges-Angoulême et Limoges-Ussel s’est déroulé, le 19 novembre, en présence de représentants de SNCF Voyageurs, SNCF Réseau et SNCF Gares & Connexions via écrans interposés. L’occasion de faire le point sur les travaux et les nouvelles offres tarifaires alors que les usagers de la ligne Limoges-Angoulême, fermée à partir de Saillat-sur-Vienne, attendent avec impatience le démarrage des travaux.

C’est le point noir des dessertes TER en Nouvelle-Aquitaine, la circulation sur la ligne Angoulême-Limoges est interrompue depuis deux ans et demi, les trains ne roulent plus qu’entre Saillat-sur-Vienne et Limoges, une situation qui exaspère les usagers.
La Région attend que l’État débloque les fonds nécessaires pour ces travaux qui lui incombent. La réfection de la ligne est estimée entre 160 et 170 millions d’euros suivant le scénario qui sera retenu. « La Région se bat pour que l’État mette enfin en place un comité de pilotage pour débuter les études explique William Jacquillard, conseiller régional délégué aux gares et à l’Intermodalité, elle a mis 50 % du financement sur la table depuis l’année dernière et placé ce dossier en haut de la pile, mais l’Etat continue de faire la sourde oreille. Il devrait y avoir peut-être une réponse de la part de la Préfète de Région que l’on espère avant la fin de l’année pour ce comité de pilotage. Cela permettrait de faire le tour financier et d’engager les études. La Région est au maximum de ce qu’elle peut faire pour que cela démarre le plus vite possible. »
Si les études étaient lancées en 2021, elles dureraient un an puis trois ans de travaux seront nécessaires pour la réfection complète de la ligne soit une perspective de réouverture en 2026. La Région a déjà inscrit un million d’euros pour les études. « Nous nous sommes engagés sur aucune fermeture de lignes à notre initiative ajoute l’élu, la Région investira 532 millions d’ici 2027 dans les infrastructures, dont 85 millions pour Angoulême-Limoges, sur un total de 1,1 milliard.» De plus, 300 millions d’euros sont inscrits au budget régional 2020 pour les TER, hors investissements.

Des comités de lignes 100 % en visio

 En dépit du contexte sanitaire, la Région a maintenu ces rendez-vous avec les usagers en proposant une version 100 % digitale. Ces temps d’échanges destinés à tous ceux qui empruntent le TER ont été diffusés en direct via jeparticipetrains.fr. Dix-huit comités de lignes ont été planifiés depuis la mi-septembre, le dernier étant prévu le 30 novembre.

Sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, 92,7 % des trains étaient arrivés à l’heure en 2019 et 91,8 % au 1er semestre 2020 et moins de 2 % ont été supprimés ce semestre là. Pour la ligne Angoulême-Limoges, les chiffres sont meilleurs que la moyenne régionale avec 95,8 % de trains à l’heure au 1er semestre 2020 et 0,7 % supprimés, une baisse de plus d’un point en un an. Sur la ligne Poitiers-Limoges, 70,3 % étaient à l’heure sur la même période et 3,6 % supprimés, des résultats « catastrophiques annonce William Jacquillard mais les problèmes d’infrastructures sont connus ce qui entraîne des chutes en termes de trains à l’heure. Nous attendons les explications de SNCF réseau » Quant à la ligne Limoges-Ussel, 93,4 % des trains étaient ponctuels l’heure au 1er trimestre et 1,3 % avaient été supprimés.

Des travaux en cours

Dans les avenants CPER Limousin et Poitou-Charentes, un budget de16 M€ est inscrit pour réaliser des études de régénération de l’axe Poitiers-Limoges et effectuer potentiellement des travaux d’urgence avec 8 M€ financés par la Région. Les études préliminaires pour la régénération de la voie ont été lancées cette année pour un montant de deux millions dont la moitié financée par la Région. Sur la ligne Le Palais-Meymac, le système de signalisation arrivant en fin de vie, la Région s’est mobilisée pour lancer des études en vue de son remplacement dès 2021 afin d’éviter l’interruption du trafic. Le financement des études préliminaires sera soumis aux votes lors de la commission permanente du 23 novembre, soit 385 000 € avec une part régionale de 50 %. Des travaux de modernisation ont été menés à la gare de Montmorillon avec reprise de la cour, des abords, de la signalisation et rénovation du bâtiment voyageurs. A la demande des usagers, un arrêt supplémentaire a été ajouté le matin depuis le 26 octobre à Saint-Brice-sur-Vienne en direction de Limoges.

Nouvelle offre pour les télétravailleurs le 1er décembre
A compter du 1er décembre, les TER s’adaptent à la crise avec le PASS abonné télétravail, un abonnement de 20 ou 30 voyages par mois éligible à la prime transport et jusqu’à 20 % de réductions supplémentaires par rapport à l’abonnement classique. Il est en vente dans les gares dès aujourd’hui. Pour doper la fréquentation des TER, des offres tarifaires attractives sont proposées depuis la rentrée dont l’abonnement Pass abonné moins de 28 ans (hebdomadaire, mensuel ou annuel) avec une réduction supplémentaire de 33 % par rapport au Pass abonné tout public pour les déplacements fréquents sur un trajet identifié en Nouvelle-Aquitaine. Ces abonnés bénéficient, en prime, d’une offre de parrainage avec réduction de 50 % pour le parrain et le filleul.

Initiée depuis quelques mois, la démarche Optim’TER se poursuit pour établir un diagnostic afin de proposer des trains supplémentaires sur les cinq lots de la région et améliorer les temps de trajet en optimisant les moyens. « Les lots 3 (étoile de Périgueux et Vallée de la Dordogne) et 4 (étoile de Bordeaux) seront les premiers à bénéficier d’améliorations d’horaires en 2021 et 2022, puis le lot 5 (Sud-Aquitaine) et 2 (étoile de Limoges et Brive) en 2023 » assure-t-il. Trois nouvelles offres seront déclinées, à savoir Facilit’R avec des trains fréquents et à heures fixes en périphérie urbaine, Liné’R, des trains desservant tous les arrêts pour un service de proximité et Direct’R, des trains rapides pour relier plus vite une ville à l’autre, avec moins d’arrêts, comme par exemple Limoges à Bordeaux.

Fin des rames diesel en 2030
La Région s’est fixé pour objectif de verdir sa flotte en remplaçant tous les moteurs diesel de ses trains en 2030 par des technologies respectueuses de l’environnement, telles que des trains hybrides, à batteries rechargeables, à hydrogène voire à base d’agrocarburants. « Aujourd’hui, nous sommes plus en avance sur les batteries rechargeables et les premières rames circuleront en 2023 » précise-t-il. Enfin, il a rappelé que les personnes en situation de handicap bénéficient d’un service gratuit dans 49 gares de la Région avec un accompagnant en gare jusqu’au train pour le départ/montée, les correspondances entre TER et l’arrivée/descente. Ce service est proposé six jours sur sept (sauf dimanches), de 7 h à 19 h en gares d’Aixe-sur-Vienne, Angoulême, Bellac, Eymoutiers, Limoges, Meymac, Poitiers, Saint-Junien et Ussel.

Corinne Mérigaud
Corinne Mérigaud

Crédit Photo : 4111111111111111

Publié sur aqui.fr le 20/11/2020