Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Bordeaux : De la difficulté du maintien de l'ordre

1

Fabienne Buccio préfète de Gironde et Nouvelle-Aquitaine, avec à ses côtés Pätrick Mairesse, directeur de la Sécurité publique, est revenue, ce lundi 30 novembre, sur la manifestation qui, samedi, a réuni plusieurs milliers de personnes et a donné lieu à des débordements de groupes de casseurs, ceci en un jour de réouverture de commerces, singulièrement dans l'hypercentre de Bordeaux. Désir d'explication et illustration de la difficulté du maintien de l'ordre, au coeur de la ville, comme cela avait déjà été mis en évidence lors des manifestations des Gilets Jaunes.

Tout se passait pourtant comme prévu et les manifestations dont le cortège s'étirait sur plus d'un kilomètre, des quais et de la place de la Bourse jusqu'à la place Pey Berland, se déroulaient sans heurt, avec un public de tous les âges y compris de jeunes enfants. Et puis surgissent des groupes de casseurs qui s'engouffrent rue Sainte Catherine, cassent les vitrines des magasins Apple, des galeries Lafayette, de la Fnac...Alors il faut intervenir et prendre la décision délicate mais nécessaire: donner le feu vert, depuis le PC opérationne, pour faire ce que Patrick Mairesse appelle le "cisaillement" du cortège des manifestants, tout à fait pacifiques, pour arrêter le cours des exactions commises par les casseurs mais qui inquiète quand une manifestation à cette longueur. Un quart d'heure de folie qui paraît naturellement bien long aux commerçants, tout particulièrement en ce jour de réouverture,  avant que les forces de l'ordre n'interviennent, interpellent et dispersent. Et ce avec quelques 250 policiers et gendarmes dont certains avaient été rappelés, un dispositif supérieur à la normale précise le directeur de la Sécurité publique.

La tâche semble d'autant plus délicate que les casseurs s'échappent et que pour ne prendre que l'exemple de la rue Sainte Catherine, le temple du commerce bordelais, celle-ci est coupée par douze rues! Jusque 20 heures les forces de l'ordre ont pourchassé ces petits groupes qui pratiquent " le mélange des genres". L'un d'entre eux, identifié et en garde à vue, s'est particulièrement fait remarquer par ces démolitions de vitrines. D'autres interpellations suivront après exploitation des données des caméras de surveillance dont le responsable de la DSP a regretté de ne pas avoir en plus grand nombre, ajoutant: " le temps judiciaire est en cours; lors de manifestations précédentes des interpellations ont eu lieu  quatre mois plus tard."

En préambule à ce retour sur la conduite du maintien de l'ordre, Fabienne Buccio avait rappelé avoir rencontré le président de la chambre de Commerce et celui de la Ronde des Quartiers, ainsi que s'être entretenue avec le maire de Bordeaux, des récipissés ayant été actés des trois manifestations en une de samedi (1), ce qui avait permis un dialogue avec les organisateurs, non sans souligner que le Conseil d'Etat avait rappelé la liberté de manifester, et de leur faire part de son point de vue, à savoir que ce n'était sans doute pas le meilleur jour pour pareille manifestation..Et qu'elle avait pris également un arrêté l'interdisant dans l'hyper centre.

1. Contre le port du masque pour les enfants de six ans, contre les mesures sanitaires et la sécurité globale, Marche pour les libertés 

J.A
J.A

Crédit Photo : 4111111111111111

Publié sur aqui.fr le 30/11/2020