Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Charente-Maritime : le déploiement de la fibre a pris du retard

1

La Charente-Maritime a beau être un des départements qui déploie le plus vite et le plus massivement la fibre, elle n’aura pas échappé à l’impact de la crise sanitaire. En ce début décembre, six mois de retard sont annoncés sur le planning initial. « Au plus tard fin juin 2023, tous les Charentais-Maritimes seront raccordés à la fibre », promet Jean-Marie Roustit, vice-président du Département en charge des technologies de l’information et de la communication. En cette fin 2020, 100 000 logements sont d’ores et déjà éligibles au très haut débit, dans 142 communes. Orange et free ont commencé leur commercialisation, bientôt suivis de SFR, puis de Bouygues fin janvier.

« On a bien eu des autorisations de travail de la préfecture de mars à mai, notamment pour le raccordement de particuliers, mais les plus gros travaux nécessitant l’intervention simultanée de 20 à 30 personnes n’ont pas pu avoir lieu », explique Jean-Benoit Leclercq, directeur général de Charente-Maritime Très Haut Débit, la filiale du groupe Orange en charge du projet. Ajoutés aux difficultés d’approvisionnement et de prise en charges (logement, restauration) de 500 personnels déployés, le chantier a pris un premier retard de trois mois, estimé à terme à 6 mois, puisqu’« aujourd’hui encore, on est obligé d’organiser les gros chantiers de façon morcelée pour que tous les intervenants ne se retrouvent pas en même temps sur le site ». L’opérateur a notamment eu quelques bâtons dans les roues par de nouveaux maires souhaitant des modifications ou encore des riverains qui se sont étonnés de voir fleurir des poteaux en milieu rural. « Dans les zones les plus reculées, on ne peut pas faire autrement que de mettre le réseau en aérien. Quand on peut, on se sert des poteaux téléphoniques mais l’existant n’est pas toujours suffisant en termes de capacité et de sécurité », assure Jean-Benoît Leclercq.  

Les travaux ont repris dare-dare depuis septembre. En ce moment, les plus conséquents se déroulent du côté de Matha et Pons. Depuis le début de l’année, Orange dit raccorder 2000 abonnés par mois. « En un an, on a quadruplé nos capacités de raccordement », annonce les deux partenaires. Un autre effet du confinement, où le télétravail et la scolarité à distance ont créé de nouveaux besoins. L’impact de la crise sera également financier : environ 4% de plus sur les 326,4 millions d'euros du budget initial (financé à 86% par Orange, 14% par le Departement), entièrement pris en charge par l’opérateur, promet Orange.  

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : 4111111111111111

Publié sur aqui.fr le 09/12/2020