Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Léonore Moncond’huy, maire de Poitiers : « Je fais de la politique pour Poitiers et les Poitevins ».

1

Ce 13 janvier 2021, Léonore Moncond’huy a réalisé ses premiers voeux en tant que maire de Poitiers. Ils ne se sont pas déroulés comme elle l’aurait souhaité. Seulement en petit comité avec les acteurs de la presse locale. La jeune maire en a profité pour dresser le bilan de ses six premiers mois, ainsi que son attachement à la ville et a bien sûr évoqué les projets futurs. 

C’est un peu le marronnier des débuts d’année. Les traditionnels voeux de la part des personnalités politiques, ou encore des collectivités. Ce mercredi 13 janvier à 18h30, la maire de Poitiers, Léonore Moncond’huy n’a pas dérogé à la règle. C’est dans les Salons d’honneur de l’Hôtel de ville qu’elle a accueilli, en petit comité, les acteurs de la presse locale. Des privilégiés en quelque sorte.  « Je vous souhaite une très belle année 2021. Je tiens à signaler que vous êtes des privilégiés puisque nous avons dû, à notre grand regret, annuler l’ensemble des voeux qu’organisait la mairie de Poitiers habituellement. Nous avons organisé un seul événement en présentiel : celui à destination de la presse. »

"Sur le chemin de la transition"
Voilà le message est passé. Mais les voeux sont aussi l’occasion de revenir sur les six premiers mois de l’équipe municipale. « Nous faisons le point sur le chemin de la transition, de la diversion, de la transformation, un point d’étape, un bilan et à la fois, nous souhaitons ouvrir les perspectives sur la suite », résume la maire de Poitiers. 

Les nouveaux élus ont donc voulu une certaine transformation de la ville de Poitiers. « Vers une ville résiliente face aux crises climatique, sanitaire, économique que nous connaissons ». Léonore Moncond’huy le reconnaît, résilience est un mot qu’on emploie un peu sans vergogne, mais précise ce que cela signifie pour l’équipe municipale. « C’est une ville qui prend ses responsabilités face aux crises que j’ai énumérées. Elle prend ses responsabilités de manière lucide pour anticiper et nous préparer aux changements à venir. Une ville qui protège tous les habitants, toutes les habitantes de manière la plus égalitaire possible. Une ville qui offre des perspectives heureuses pour chacun de ses habitants, sans se laisser enfermer dans la morosité des crises, mais qui offre un avenir heureux à chacun, chacune, de ses habitants ». Sans oublier, que tout cela doit se faire collectivement : partenaires institutionnels, entreprises, associations et avec tous les acteurs du territoire. « Nous rencontrons beaucoup de monde pour essayer de les embarquer dans ce changement que nous voulons pour notre territoire. La participation citoyenne est un peu notre fil rouge, parce que la transition, nous ne la réussirons pas si nous n’embarquons pas tout le monde à nos côtés ». Une volonté d’ouverture et une dynamique collective qui caractérise les premiers mois de ce mandat. 

Les piliers du programme 

Léonore Moncond’huy en a profité pour revenir également sur les piliers de Poitiers Collectif. « Nous avons avancé dans notre action pour Poitiers avec des mesures fortes depuis le début de notre mandat ». Parmi celles-ci, il y a la justice sociale illustrée entre autre par la halte de répit de Pont-Achard ouverte toutes les nuits de 21h à 7h depuis le 1er décembre dernier. Cette halte propose un accueil aux personnes exclues et marginalisées qui vivent dans la rue. Elles peuvent y être au chaud, s’y restaurer et s’y reposer. L’ouverture est assurée par la Croix Rouge. Mais ce n’est pas le seul projet important, il y a aussi eu les vacances pour tous. « Une politique sociale et éducative qui nous tient à coeur et qui se poursuivra à l’avenir », promet la maire de Poitiers.
Bien sûr, autre domaine de poids, l’écologie, avec le plan de végétalisation présenté fin novembre. Plusieurs quartiers de la ville vont verdir et tout cela en consultation avec les habitants. Autre point, la confiance dans l’économie locale. « Nous avons avancé sur ce chemin-là », commente la maire de Poitiers. Elle cite l’exemple d’un travail avec Plaxtil, une société châtelleraudaise, qui recycle entre autre les masques jetables usagés. « Cette entreprise crée de l’emploi localement. Elle est vertueuse du point de vue écologique et du point de vue du circuit économique local ».
Enfin le dernier pilier, celui de la démocratie. La maire et son équipe ont toujours parlé de participation citoyenne. « Elle est beaucoup plus qualitative quand on peut se réunir. » Pour appuyer son propos, elle est revenue sur le choix assumé, même si parfois questionné par des personnes extérieures, de refuser la présidence de la communauté urbaine de Grand Poitiers. « Je crois que cet engagement n’est plus contesté par personne. Cela montre bien qu’un changement de gouvernance peut sembler risqué mais qu’il porte ses fruits assez rapidement. Six mois plus tard, nous avons un territoire plus inclusif et plus horizontal dans sa manière de faire de la démocratie », analyse la jeune femme. 

Les perspectives pour 2021
« Nouvelle vie pour Poitiers, nouvelle vie pour la caserne Pont-Achard, nouvelle vie pour le bois de Saint-Pierre, nouvelle vie pour le Palais, nouveau pas en avant pour le logement à Poitiers », énumère Léonore Moncond’huy. Elle annonce une changement structurel qui prendra en compte l’écologie, la justice sociale, la démocratie, la confiance en l’économie locale ou encore dans l’ensemble des politiques de la ville. « Nous avons depuis ce début de mandat posé un certain nombre de jalons pour engager ce changement structurel. Nous aurons dès l’année prochaine des budgets qui intègreront des progrès écologiques que nous permettent d’avoir nos actions ». Elle a annoncé également une réorganisation de l’administration. 

Enfin, la maire de Poitiers est revenue sur le regard national porté sur la ville, mais aussi sur elle-même. « Cela ne veut pas dire que les regards (de la municipalité) sont plus tournés vers la presse nationale que la presse locale, au contraire je souhaite vraiment que la communication que nous faisons de nos actions soit vraiment au service des Poitevins, au service de Poitiers, au service de l’image de Poitiers. C’est notre focus et pas autre chose ». Elle le rappelle, elle n’est pas là pour commenter les faits et gestes de ses collègues élus écologistes d’autres villes. « Je fais de la politique pour Poitiers et pour les Poitevins ». Pour ces voeux 2021, à la saveur un peu particulière, il n’y aura pas eu de soirée collective avec les acteurs locaux et les habitants de Poitiers. Il n’y a plus qu’à espérer que pour 2022 la situation sanitaire le permette, car ce contact entre acteurs locaux, politiques et habitants manque à tout le monde.

Julien Privat
Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 14/01/2021