Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Pour Jean-Claude Leblois, la crise sanitaire est « comme un jour sans fin »

1

Comme chaque année Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental de la Haute-Vienne, a présenté ses voeux à la presse et brossé les actions menées par la collectivité au cours des derniers mois et les perspectives à venir. La pandémie du Covid-19 a bouleversé ses actions, obligeant à répondre dans l’urgence. L’année 2021 commence sous les mêmes auspices avec un effort financier supplémentaire pour soutenir l’économie haut-viennoise.

« Comme un jour sans fin » voilà le sentiment qui habite Jean-Claude Leblois depuis le début de la crise sanitaire ponctuée par les annonces gouvernementales, confinement, déconfinement, reconfinement, couvre-feu, un vocabulaire devenu familier en quelques mois. Et la dernière mesure, la généralisation du couvre-feu à 18h, n’est qu’un épisode de plus dans cette nuit sans fin qui mine le moral des Français et bouleverse nos habitudes. « Qui aurait pu imaginer il y a moins d’un an que nous serions en couvre-feu début 2021 ? Je ressens une forme de résignation de la population et lorsqu’on est en responsabilité, c’est à prendre en compte estime-t-il. Notre monde a basculé, je ne suis pas certain que cette parenthèse puisse se refermer mais les effets seront présents dans les mois et années qui viennent. »
Il a ensuite rappelé les mesures prises en urgence par le Département pour protéger les Haut-Viennois, la commande et la distribution de 700 000 masques, les 7 000 chèques « Mille mercis » de 30 € offerts aux personnes en première ligne lors du premier confinement à échanger contre un repas dans un restaurant local. « Ces 210 000 euros injectés dans l’économie ont généré un chiffre d’affaires de 700 000 euros puisque les bénéficiaires ont invité des proches au restaurant. La validité des chèques fixée au 31 mars sera prolongée, les restaurants étant fermés. »

Les restaurants n’ouvriront pas par dérogation préfectorale

Le président Leblois ne comprend pas le refus du Préfet face à la demande d’ouverture de restaurants prêts à servir le midi les salariés du BTP contraints de pique-niquer dehors ou dans des cabanes de chantier. La Creuse a ouvert la voie à cette initiative qu’il appelle de ses vœux en Haute-Vienne. « La position du Préfet ne me convient pas, j’attends une réponse écrite. L’ouverture de salles des fêtes n’est pas la solution car elle ajouterait des responsabilités aux maires. Et qui irait vérifier le respect des gestes barrières ? »

Pour appliquer le protocole sanitaire, des équipes ont été dès le printemps affectées en renfort dans les collèges, Ehpad et à l’Aide Sociale à l’Enfance. Les appels d’offres ont été maintenus pour soutenir les entreprises du BTP et le volume de chantiers a même augmenté. Pour favoriser les circuits courts, le Département a mis en place avec les trois chambres consulaires la plateforme « j’achète87 » afin de mettre en relation producteurs et consommateurs, une initiative qu’il souhaite poursuivre. Pour le monde de la culture, privé de scènes depuis plusieurs mois, le Département met la touche finale à un plan d’aide qui sera voté à la fin du mois. « Nous avons reçu beaucoup de demandes et nous élaborons un dispositif avec toute une série de mesures » annonce-t-il.
La semaine dernière, le Département a présenté son Plan de Reprise Economique des Territoires doté de 85 millions d'euros dont la moitié est dédiée à des projets communaux et intercommunaux avec des axes forts comme la transition écologique, la poursuite du déploiement de la fibre et la rénovation de logements. Il espère prochainement signer le même type de contrat avec Limoges Métropole.
Concernant la vaccination, les médecins, infirmières et puéricultrices de la PMI vont participer à l’effort en se rendant auprès des personnes âgées dans les résidences autonomie qui sont dépourvues de médecins et auprès des aides à domicile. Pour soutenir la Banque alimentaire qui a vu ses dons diminuer lors de sa dernière collecte, la collectivité va débloquer une aide d’urgence de 50 000 euros. « Avec la crise, personne ne peut nier l’importance de l’échelon départemental pour sa réactivité et la connaissance rapide de ses interlocuteurs locaux» constate-t-il, un échelon qu’il estime bien dimensionné pour apporter des réponses rapides aux conséquences de cette pandémie.

Travaux espérés sur la RN 147

D’autres sujets au coeur de l’actualité devraient alimenter les colonnes de la presse cette année à commencer par le doublement de RN 147 Limoges-Poitiers, appelé aussi de leurs voeux depuis des décennies par les haut-viennois. Une réponse rapide est demandée à l’État qui ouvre un débat public pour deux ans sur la possibilité d’une concession autoroutière de cette route très accidentogène, un investissement d’un milliard d’euros. « Le Département ne sera jamais un frein à l’aménagement de cet axe martèle-t-il, nous avons voté 17 millions, autant que la Région, c’est une route nationale donc c’est à l’État de prendre ses responsabilités. Ne faudrait-il pas qu’à l’avenir la RN 147 tombe dans le giron du Département ? ». Les travaux d’un créneau de dépassement de six kilomètres, au nord de Limoges, doivent être réalisés dans les deux ans. Quant à la mise à deux fois deux voies en Haute-Vienne, une étude sur l’eau vient de démarrer, entraînant un flèchage des 50 millions d’euros initialement affectés vers le contournement de Lussac-les-Châteaux dans la Vienne, un énième rebondissement dans ce feuilleton sans fin.

Au niveau ferroviaire, l’initiative de la coopérative Railcoop qui veut rouvrir au trafic la ligne Bordeaux-Lyon, lui semble « intéressante ». Le porteur de projet est venu dernièrement présenté son dossier au Conseil départemental.

Autre ambition dans le domaine touristique, le développement d’une offre en adéquation avec les attentes des touristes. « L’objectif est de passer de 6 000 emplois au double avec la création de la société publique locale Tourisme qui servira de levier avec 2,75 millions » et à laquelle les douze établissements publics de coopération intercommunale de la Haute-Vienne ont adhéré. Dernier sujet qui ponctuera 2021, l’approche des échéances électorales. S’il n’a pas évoqué sa probable candidature, il a plaidé pour le maintien des élections en juin, refusant d’ores et déjà un éventuel report après la Présidentielle sous prétexte d’un contexte sanitaire défavorable.

Corinne Mérigaud
Corinne Mérigaud

Crédit Photo : 4111111111111111

Publié sur aqui.fr le 20/01/2021