Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | En Charente-Maritime, la crue touche des milliers d'habitations

Saintes fait parties des 22 communes inondées en Charente-Maritime, avec une cinquantaine de rues submergées

Parmi les 5 départements de Nouvelle-Aquitaine en alerte aux crues, la Charente-Maritime a vu 3 de ses cours d’eau sortir progressivement de leur lit depuis le 2 février : la Charente (aval), la Boutonne (amont) et la Dronne (aval). Les affluents débordent également, inondant partiellement 22 communes du département, au nord et au sud : 14 sur l’arrondissement de Saintes, 4 sur celui de Jonzac, 4 sur celui de Saint-Jean-d’Angély. Neuf d’entre elles ont activé leur plan communal de sauvegarde, dont Saintes. La capitale de la Saintonge reste la plus touchée, avec plus de 2000 habitations atteintes.

Sur l’ensemble du département, 150 personnes ont été évacuées, dont une soixantaine rien qu’à Saintes. La plupart ont trouvé refuge chez de la famille ou des amis, mais une quarantaine a dû être relogée par les communes. Et leur nombre pourrait encore grossir. Ce vendredi, la Charente était à 5m94 au dessus de sa côte normale au pont de Palissy. Les dernières estimations météorologiques font craindre un pic à 6m10 ce week-end, et 6,30 m lundi au plus fort de la crue. « Quand ça va passer par-dessus-bord, on aura 300 maisons de plus qui seront inondées. Pour certaines, ça va se jouer à 2 cm ! », analyse le maire de Saintes. Bruno Drapon craint une recrudescence soudaine des demandes en parpaings, batardeaux et de relogements. Un nouveau débordement de la Charente signifierait d’avoir à reloger 4000 à 5000 personnes. Mais sa plus grande inquiétude, c’est celle de voir des pillages de maisons désertées par leurs habitants, « comme lors de la crue de 1994 ». Il a demandé au préfet de déployer le plan Orsec.
Pour Nicolas Basselier, la situation ne nécessite pas encore un tel déploiement. A son sens, les quelque 200 sapeurs pompiers, gendarmes et policiers, dont la moitié est concentrée sur Saintes, suffisent. Il a cependant promis que dès ce week-end 32 militaires d’une unité d’intervention de la sécurité civile viendraient renforcer les effectifs de Saintes. La Boutonne et la Dronne suscitent moins d’inquiétude : elles auraient entamé une lente décrue, et les pluies annoncées ce week-end devraient seulement maintenir le niveau actuel.

A Saintes, une cinquantaine de rues sont inondées, à commencer par les quais le long de la Charente

Pour le contrôleur général du SDIS Pascal Leprince, « l’essentiel, c’est d’anticiper le pic de crue attendu pour lundi ». Sur les 182 interventions menées par les pompiers entre jeudi et vendredi, un tiers a consisté à rehausser les meubles et les appareils électroménagers chez les particuliers. Cette mission va évidemment continuer. Les soldats du feu font également du repérage, « pour faire coïncider les cartes des crues précédentes avec les réalités d’aujourd’hui ». Pour l’instant, « la situation est comparable à la crue de 1994 (qui avait dépassé les 6 m, NDLR) », estime Pascal Leprince, « mais je ne pense pas qu’on aille jusqu’au scénario de 1982 (avec une cote de 6,84m) ». Les services de l’Etat ont également anticipé en évacuant les 94 détenus de la maison d’arrêt de Saintes, pour les transférer vers d’autres établissements de Nouvelle-Aquitaine. Cinquante kilomètres de route sont également fermées, dont l’axe D24/D128 entre Saintes et Cognac, ainsi que la D220 entre Dampierre et Saint-Jean-D’Angély. Une vingtaine d’autres partiellement submergées aujourd’hui pourraient être totalement coupées à la circulation dans les prochains jours.  

Mise à jour le 6 février 2021 à 14h : 50 renforts extradépartementaux de sapeurs-pompiers (venant de la Creuse, de la Corrèze, de la Vienne et de la Haute-Vienne) sont sur le terrain pour renforcer les effectifs déjà engagés, selin la Préfecture. Sur l’ensemble du département, 190 personnes ont été évacuées, dont 50 ont été prises en charge et hébergées par les communes.

Mise à jour le 6 février 2021 à 16h : Le lit de la Charente se trouve actuellement à 6,05 m. A Saintes, 22 rues sur une cinquantaine inondées sont fermées. Le nombre de personnes évacuées s'élèvent à 159. 85 foyers sont privés d'électecité, ce qui représente moins d'1% de la population de la ville. Devant de nombreuses rumeurs qui circulent, la préfecture rappelle que les axes principaux et les infrastructures majeures comme la gare, l'hopital et le tribunal restent accessibles par la route.

Mise à jour le 6 février 2021 à 18h :  Sur l'ensemble des 22 communes de Charente-Maritime touchées par les inondations, on compte 373 interventions du SDIS depuis le début de l’épisode, dont 140 aujourd’hui. Le nombre de personnes évacuées par les pompiers depuis le début de l’épisode monte à 278 - 55 ont été accueillies dans les structures mises en place par les communes (dont 11 à Saintes). 

Mise à jour le 8 février à 9h30 : 528 interventions du SDIS depuis le début de l’épisode, dont 155 dimanche. 315 personnes ont été évacuées par les pompiers depuis le début de l’épisode (246 à Saintes dont 33 hier), une cinquantaine d’entre elles ont été accueillies dans des structures ouvertes par les communes ; 2 coupures de gaz et 140 coupures d’électricité sur tout le département. Plus de 300 sapeurs-pompiers, gendarmes et policiers ainsi que des bénévoles de la Protection civile et de la Croix-Rouge restent déployés sur le terrain. Les renforts extra-départementaux sont toujours présents dans le département. 

Anne-Lise Durif
Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Publié sur aqui.fr le 08/02/2021