Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Bordeaux : les ambassadeurs de l'Europe à la Maison Européenne

1

Du 4 au 27 mai, la Maison de l’Europe Bordeaux Aquitaine (Meba) participe au « joli mois de mai » afin de mettre l’Europe à l’honneur. La Meba pilote depuis 2015, le plus grand projet de mobilité européenne en éducation non formelle (éducation populaire) : les ambassadeurs des valeurs européennes et olympiques. Pour cette promotion 2020/2021, 18 ambassadeurs participent au projet. Venus de différents pays d’Europe, l’objectif principal est de promouvoir des valeurs européennes et olympiques sur tout le territoire girondin. Nous avons rencontré Simona, Sophia et Natàlia qui nous racontent leur expérience en tant qu’ambassadrices.

« On est tous unis dans la diversité. Même si on est différents on partage beaucoup de choses ». C’est le constat que Natàlia peut déjà faire après huit mois en tant qu’ambassadrice. Les volontaires, âgés de 18 à 30 ans, viennent dans le cas du service civique européen (CES). « Le projet est né dans le cadre de l’Euro 2016. Le but est de promouvoir les valeurs européennes et sportives dans le département. Que ce soit dans les écoles, collèges, lycées, centres de loisir, associations, radios etc. », explique Gwénaël Lamarque, directeur de la Meba. Le projet porte majoritairement autour d’un volet éducatif. « C’est le seul et unique projet qui va en ce sens », dit-il fièrement. Pendant les années de compétition, c’est 60 volontaires qui participent au projet. En cette année particulière que nous connaissons tous, seuls 18 jeunes ont le statut d’ambassadeurs. 

 

f
Infogram

Lutter contre les préjugés

Arrivés en septembre 2020 pour 12 mois, les volontaires ont reçu une formation de deux mois. D’abord pour avoir davantage de connaissances sur l’Europe et ensuite pour apprendre à se servir des différents outils pédagogiques. Ils ont notamment disposé d’une formation en radio.  A travers diverses projets éducatifs, les ambassadeurs promeuvent les valeurs de l’Europe. « Le but c’est de lutter contre les préjugés, la xénophobie. Mais aussi parler de l’Union Européenne, de ses valeurs olympiques. On parle beaucoup de nos pays, on leur fait découvrir nos cultures, nos traditions…On parle aussi de la discrimination fille/garçon dans le sport », raconte Natàlia. « Vivre ensemble, travailler ensemble, rencontrer d’autres cultures… Ca ouvre l’esprit. De parler de notre pays, on se rend compte des préjugés qu’il peut y avoir et on voit plus les choses pareilles », raconte Simona. Le but est aussi de faire la promotion des valeurs Olympiques, articulées autour de trois valeurs fondamentales de l’Olympisme : l’excellence, l’amitié et le respect.

Les volontaires préparent leurs supports éducatifs ainsi que toutes les séances. De nombreux évènements ont lieu. Par exemple, une fois par mois, ils mettent en place des afterworks linguistiques. Sorte de cafés linguistiques qui, au vu de la situation sanitaire, se déroulent en ligne. « Il y a sept salles différentes et les gens choisissent la langue qu’ils veulent. Ils ont le choix entre anglais, allemand, espagnol, portugais, italien et français », explique Sophia. Sur la même fréquence, chaque jeune présente son pays avec le support de son choix, sous forme cette fois d’ « apéro en ligne ».  

Dans la peau d’un eurodéputé

Sophia raconte qu’elle a déjà mis des collégiens en situation. « On leur a présenté les différentes institutions de l’Union Européenne. On abordait surtout l’aspect législatif. La simulation c’était de voter une loi concernant les repas végétariens à la cantine. Ca a créé un vrai dynamisme, ils ont beaucoup discutés et débattus sur le sujet. Même après, dans la cour du collège ils en parlaient encore », explique-t-elle en souriant. 

Exemple de support d'atelier

D’autres actions ont été faites comme des concerts dans des Ehpad ou encore des sorties à vélo avec l’association vélo sans âge.

Mélanie Philips
Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 10/05/2021