Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Métropole | Artigues-Près-Bordeaux : un chantier éducatif pour un projet agro-écologique

1

Le maire d'Artigues-près-Bordeaux, Alain Garnier, accompagné de Jean-Jacques Puyobrau, vice-président de Bordeaux Métropole chargé du logement, de l’habitat et de la politique de la ville ont présenté ce jour l’opération d’urbanisme transitoire, au domaine Près de Saint-Leu. Une bâtisse qui accueillera d'ici 2023 un projet agro-écologique. Pour l'heure, un chantier éducatif a réhabilité le bâtiment. Un bâtiment qui offre un espace d'hébergement et de formation temporaire. L'Ajahg (Association jeunesse action des Hauts de Garonne) et les compagnons bâtisseurs ont participé à ce projet.

Il est 12 heures et devant la mairie d’Artigues-près-Bordeaux, ça s’agite. Jean-Jacques Puyobrau, vice-président de Bordeaux Métropole chargé du logement, de l’habitat et de la politique de la ville et Alain Garnier, maire d’Artigues-près-Bordeaux et vice-président de Bordeaux Métropole se saluent. Membres de l’AJAHG (Association jeunesse action des Hauts de Garonne) ainsi qu’élus sont présents. C’est ensemble que tous se dirigent à pieds, vers le domaine Près de Saint-Leu. Le vice-président, également maire de Floirac, et le maire d’Artigues sont en tête de cortège et ouvrent le chemin. 

Le domaine de Près de Saint-Leu, est un « exemple de nature en ville », pour Alain Garnier. Une ancienne bâtisse à caractère patrimonial sur un site d’un hectare préempté par Bordeaux Métropole. « Sur l’ensemble de nos communes, on a autant de joyaux que celui-ci qu’il faut utiliser de la meilleure manière », assure Jean-Jacques Puyobrau. « C'est un projet en lien avec la nature mais aussi le développement durable, en co-construction avec les habitants », précise le maire, convaincu du « potentiel de ce projet ambitieux ». À l’horizon 2023, la ville offrira un projet agro-écologique et pédagogique à destination des habitants. Davantage d’informations seront révélées prochainement. En attendant, Bordeaux Métropole propose d’en faire "un espace transitoire de formation et d’hébergement temporaire" à destination de jeunes en difficulté en parcours d’insertion socio-professionnelle. Un projet expérimental joignant des enjeux de transition écologique mais aussi sociale.

 

Bâtisse du projetBâtisse du projet de près de Saint-Leu, située à Artigues-Près-Bordeaux

 

Un projet éducatif

Pour faire de cette bâtisse un espace transitoire de formation et d’hébergement temporaire, il a fallu la réhabiliter. Cela a donc permis de mettre en place un chantier éducatif à destination des jeunes de la Rive droite. Un chantier encadré par les équipes de l’AJHAG et des Compagnons Bâtisseurs. « On a été sollicité par Bordeaux Métropole début 2021 pour réfléchir à ce qui était possible de faire sur la réhabilitation et l’embellissement la bâtisse, avec l’objectif de faire un projet social avec la valorisation d’un projet éducatif », souligne Alexis Trillard, coordinateur projets Habitat chez Association Nationale Compagnons Bâtisseurs. C’est par la suite que l’association s’est tournée vers l’Ajagh. Durant le mois d’avril, un technicien des Compagnons bâtisseurs est venu « accompagner les jeunes dans le nettoyage des supports, la réalisation des peintures, mais aussi  poser les toiles de verre si besoin, refaire les sols… Essayer de toucher au maximum de tâches de second oeuvre », explique Alexis Trillard. Un chantier qui a duré dix jours répartis sur deux semaines et demie avec dix jeunes. 

« L’objectif du chantier éducatif c’est de voir comment travailler avec les jeunes sur le long terme. Voir si cela suscite des vocations », explique Mohamed Boulahoulal, directeur de l’Ajahg. Un accompagnement social et professionnel. Au-delà d’apporter une rémunération aux jeunes, il s’agit d’un « temps d’évaluation des compétences et de leurs motivations. » Si le chantier éducatif suscite des vocations, l’accompagnement professionnel se poursuit vers la réinsertion. Sinon, il se poursuit dans la recherche d’autres domaines d'intérêt avec d’autres entreprises. Younes est un jeune de 17 ans qui a découvert la peinture à travers ce chantier. Toujours en réorientation, cela lui a permis « d’avoir une expérience, de découvrir et de sortir de la routine ».

Maintenant que la bâtisse a été réhabilitée, des jeunes repérés dans le cadre du Faj (Fonds d’aide aux jeunes) pourront être hébergés temporairement. Aussi, cela va permettre de former les jeunes hébergés tout en les accompagnant vers l’autonomie par la mise en place d’un « chantier-formation qualification Nouvelle Chance », en partenariat avec le Conseil régional et le Conseil départemental de la Gironde.

Mélanie Philips
Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Publié sur aqui.fr le 08/06/2021